Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Livre / «La mort de l'entomologiste»
Les prémices du malaise
Publié dans Info Soir le 20 - 05 - 2008

Roman n Etrange fiction littéraire que celle qu'installe l'écrivain Mohamed Balhi, au cœur de son roman policier au titre pas aussi énigmatique qu'il n'y paraît.
La mort de l'entomologiste, paru aux éditions Barzakh, procède par petites touches narratives pour reconstituer le puzzle d'une sombre histoire de meurtre.
Dans un français classique irréprochable, un texte chronologique, l'auteur plante son décor narratif autour d'une intrigue suspecte qui se noue autour d'un couple de personnages dans l'Algérie des années 1990 avec en arrière-plan les stigmates de la violence terroriste.
Fatima et Malek, une artiste-peintre issue de la haute bourgeoisie, et un agriculteur sans histoire sont installés dans une maisonnée au fin fond de la Mitidja où il se passe des choses bizarres. Un jour, on découvre le cadavre, l'ami du couple, un chercheur scientifique qui étudie la vie des insectes. L'entomologiste est trouvé assassiné et ligoté dans la grange de leur villa. Autour de l'intrigue policière, tous les ingrédients qui vont dessiner toute une société villageoise de prédicateurs illuminés nous sont donnés par bribes, comme les indices révélateurs d'une explosion sociale. Tout le roman consiste à raconter avec des éléments disparates, les raisons comme les origines d'une intrigue sociale. Cette quête est menée de façon méthodique et rigoureuse à travers les pérégrinations et les nombreux dialogues de personnages antithétiques.
Le couple d'intellectuels subissant menace et demande de rançon par un groupe de mystérieux individus tapis dans la brousse, n'est qu'un prétexte pour raconter les raisons d'une confrontation tragique. Mohamed Balhi a signé un roman policier qui est la parfaite élaboration littéraire qui se penche sur la société algérienne particulièrement sur son vécu dans les années sanglantes. Un regard visionnaire qui réussit à dépeindre le désordre social des années 1990 à 2000 qui allait s'ensuivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.