Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Livre / «La mort de l'entomologiste»
Les prémices du malaise
Publié dans Info Soir le 20 - 05 - 2008

Roman n Etrange fiction littéraire que celle qu'installe l'écrivain Mohamed Balhi, au cœur de son roman policier au titre pas aussi énigmatique qu'il n'y paraît.
La mort de l'entomologiste, paru aux éditions Barzakh, procède par petites touches narratives pour reconstituer le puzzle d'une sombre histoire de meurtre.
Dans un français classique irréprochable, un texte chronologique, l'auteur plante son décor narratif autour d'une intrigue suspecte qui se noue autour d'un couple de personnages dans l'Algérie des années 1990 avec en arrière-plan les stigmates de la violence terroriste.
Fatima et Malek, une artiste-peintre issue de la haute bourgeoisie, et un agriculteur sans histoire sont installés dans une maisonnée au fin fond de la Mitidja où il se passe des choses bizarres. Un jour, on découvre le cadavre, l'ami du couple, un chercheur scientifique qui étudie la vie des insectes. L'entomologiste est trouvé assassiné et ligoté dans la grange de leur villa. Autour de l'intrigue policière, tous les ingrédients qui vont dessiner toute une société villageoise de prédicateurs illuminés nous sont donnés par bribes, comme les indices révélateurs d'une explosion sociale. Tout le roman consiste à raconter avec des éléments disparates, les raisons comme les origines d'une intrigue sociale. Cette quête est menée de façon méthodique et rigoureuse à travers les pérégrinations et les nombreux dialogues de personnages antithétiques.
Le couple d'intellectuels subissant menace et demande de rançon par un groupe de mystérieux individus tapis dans la brousse, n'est qu'un prétexte pour raconter les raisons d'une confrontation tragique. Mohamed Balhi a signé un roman policier qui est la parfaite élaboration littéraire qui se penche sur la société algérienne particulièrement sur son vécu dans les années sanglantes. Un regard visionnaire qui réussit à dépeindre le désordre social des années 1990 à 2000 qui allait s'ensuivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.