Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Si l'Algérie m'était contée (1re partie)
Publié dans Info Soir le 22 - 09 - 2008

Récit n Le conte a été longtemps un véhicule de croyances et de mythes, un moyen d'enseignement.
La vie quotidienne d'un pays, c'est sa culture, ses habitudes, ses mentalités, ses problèmes aussi… Mais c'est aussi son imagination, sa capacité à produire des légendes et des contes…
Le conte populaire, il n'y a pas de doute, est le genre littéraire le plus universel, c'est sans doute aussi le plus ancien. On le retrouve dans les plus vieux papyrus égyptiens comme dans les tablettes cunéiformes de Babylone. Et aujourd'hui, encore, il n'y a pas de culture, il n'y a pas de civilisation qui n'ait pas ses contes. C'est aussi, l'un des genres le plus publié dans le monde, puisque les contes édités se comptent par millions d'exemplaires…
L'Algérie possède un riche patrimoine dans ce domaine. Même si les publications sont de plus en plus nombreuses, un grand nombre de contes ne sont toujours pas transcrits. Contes en berbère ou en arabe populaire, contes des différentes régions : le travail de collecte ne fait que commencer. Mais il faut regretter que les universités algériennes ne forment pas assez de spécialistes pour recueillir ce riche patrimoine.
Dans cette série, nous allons rapporter un certains nombre de contes et légendes relevés dans diverses parties de l'Algérie. Si certains contes sont connus, d'autres le sont moins et sont même inédits. A chaque fois, nous présenterons brièvement la région où ils ont été recueillis. Nous présenterons, au départ, quelques informations générales sur le conte qui, répétons-le, est le genre le plus ancien du monde !
Il faut d'abord dire que le conte, contrairement, à ce que l'on croit, n'est pas un genre exclusivement réservé aux enfants. Et dans beaucoup de familles, la récitation des contes se fait aussi bien devant un public d'enfants que d'adultes.
Le conte a été longtemps un véhicule de croyances et de mythes, un moyen d'enseignement des règles et des lois, ou encore le canal par lequel un peuple consigne les événements les plus marquants de son histoire. L'un des mythes les plus prestigieux et le plus ancien du monde est le conte sumérien de Gilgamesh, qui rapporte un récit du déluge.
Gilgamesh, roi d'Uruk (Erech), cherchait un moyen de ramener à la vie son ami Engidu qui venait de mourir. Il apprit qu'un certain Ut-napishtim, qui avait survécu au déluge ayant submergé autrefois la terre, était devenu immortel.
Il se rendit auprès de lui et lui demanda son secret. Ut-napishtim lui répondit qu'il n'avait pas de secret, mais qu'il avait bénéficié, en raison de sa piété, de la bienveillance des dieux. Il lui raconta alors l'histoire de Shuruppak, sur laquelle les dieux ont déchaîné les eaux. Auparavant, la déesse Ea a suggéré en rêve à Ut-napishtim, de démolir sa cabane et de construire, avec les planches, un navire. Il obéit et construisit une nef cubique, y fit entrer sa famille, ses ouvriers, ses serviteurs, ses animaux domestiques ainsi que les bêtes qu'il trouva.
La pluie inonde bientôt la terre et le bateau vogue encore plusieurs jours avant de s'échouer sur le mont Nisir. Ut-napishtim attendit encore sept jours et lâcha une colombe, mais celle-ci revint n'ayant pas trouvé de terre. Il envoya une hirondelle qui revint également.
Enfin, il lâcha un corbeau qui, lui, ne retourna pas au vaisseau. Les eaux s'étaient donc retirées. Ut-Napishtim libéra les gens et les bêtes et fit un sacrifice aux dieux. Ceux-ci lui accordèrent, ainsi qu'à son épouse, l'immortalité. Cette histoire, rappelle l'histoire de Noé, rapporté par l'Ancien Testament et le Coran. Elle n'en est sans doute qu'une corruption de l'histoire du prophète monothéiste. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.