Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Le procès de Mira Moknache renvoyé au 16 novembre    Le délibéré remis à la semaine prochaine    Le transport aérien s'ouvre aux capitaux privés    L'Algérie ne fournira plus de gaz au Maroc    La pomme de discorde    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Perte de production de 500 000 véhicules pour Renault    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Medouar : "Officiellement, nous n'avons encore rien reçu"    Lancement d'une campagne de plantation de plus de 4 000 arbres    Prolifération des constructions illicites à Bou-Sâada    Tiaret : Des cliniques privées et un centre anti-cancer en renfort    «On a facilité aux clubs le retrait de leurs nouvelles licences»    Salah Eddine savait, mais lui pouvait    Une troisième dose disponible pour tous    Les syndicats de la santé font front    Les élèves ferment le lycée de Sidi-Boudraham    Interroger une profession sur ses abandons    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (2e partie)    Un cinéma vivant et amoral    Lutte contre le terrorisme : Le Niger se félicite de la signature d'un accord de coopération avec l'Algérie    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    La campagne de vaccination compromise ?    "Une preuve que le pays est sur la bonne voie", estime Belhimer    Un colloque national prévu le 8 novembre prochain    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Secteur public marchand: Une alliance public-privé pour aller de l'avant    Tourisme: L'Algérie veut séduire les touristes russes    Ouargla: Perpétuité pour un narcotrafiquant    Un pied à terre et dos au mur    Grave manque d'eau à Oran    Le Makhzen humilié à Kigali    Nouveau risque de report?    Zidane pas intéressé    Brèves Omnisports    Lamamra - Le Drian: un duel à distance    Le virage numérique mal négocié    Le cartel du commerce extérieur    Les dernières cartouches des imposteurs    Un mémorial pour les amis de l'Algérie    Les liens cimentés aux Lieux saints    Commémoration du 67e anniversaire de la guerre de Libération nationale    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Peine de mort
L'Algérie ira-t-elle vers son abolition ?
Publié dans Info Soir le 17 - 01 - 2009

Débat n Le dépôt d'une proposition de loi par le groupe parlementaire du RCD, le 5 décembre dernier à l'APN visant l'abolition pure et simple de la peine de mort, a relancé à nouveau le débat sur la question.
La peine de mort en Algérie demeure en vigueur en dépit du gel de son exécution depuis déjà seize ans. La dernière exécution de la peine capitale remonte à septembre 1993. Elle a été appliquée aux sept condamnés à mort, impliqués dans l'attentat perpétré le 26 août 1992 à l'aéroport d'Alger et à ceux de l'affaire de l'Amirauté (Commandement des forces navales). Hormis ces exécutions et celle du colonel Chabani, en 1964, aucune autre exécution n'a été enregistrée. Mais du fait de son maintien dans le code pénal algérien, les juridictions du pays continuent à prononcer des centaines de condamnations à mort chaque année.
Les abolitionnistes affirment que l'Algérie doit supprimer ce châtiment pour être en conformité avec ses engagements internationaux. L'Algérie est, en effet, le seul pays arabo-musulman à avoir voté, en décembre 2008, la résolution onusienne 61/430 exhortant les pays membres à imposer un moratoire sur la peine de mort.
En outre, l'Algérie a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques et son premier protocole additionnel adoptés par l'Assemblée générale des nations unies en décembre 1966. Elle a signé aussi la Convention sur les droits de l'enfant et celle sur la torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.
Actuellement, la loi algérienne prévoit la peine de mort pour une série de délits capitaux, à savoir la trahison et l'espionnage, la tentative de renversement du régime ou les actes d'instigation, la destruction du territoire, le sabotage des services publics ou l'économie, les massacres, l'appartenance à des bandes armées ou à des mouvements insurrectionnels, la falsification, l'homicide, le viol d'enfants et le vol aggravé. La sentence a été élargie aux actes terroristes après les événements politiques de 1991 qui ont vu la naissance du phénomène du terrorisme en Algérie. Et depuis, des centaines de personnes ont été condamnées à mort, dont la plupart par contumace. Cependant, malgré le gel de son exécution depuis 1993, la question se pose aujourd'hui au sujet des condamnés à mort qui purgent des années de prison sans connaître le jour de leur exécution. Une période qualifiée par les défenseurs des droits de l'homme de «torture morale et corporelle insupportable», d'où la nécessité absolue de trancher définitivement la question. Ainsi, le document déposé par le député Ali Brahimi demande explicitement l'abolition de la peine de mort ou du moins sa commutation en peine de prison à perpétuité. «La peine de mort constitue une violation des droits fondamentaux de l'homme que justifie mal l'argument, louable en soi, de protection absolue de la société», lit-on dans le document déposé par le RCD.
Cette proposition, qui a été examinée et approuvée par le bureau de l'Assemblée nationale le 4 janvier de l'année en cours, a permis de relacer à nouveau le débat sur la question. En effet, en attendant le verdict des partis politiques siégeant au Parlement, plusieurs autres parties se sont alignées et ont appelé à son abolition, telles la Ligue de défense des droits de l'homme et la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l'homme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.