Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Allemagne : Angela Merkel en quête d'un nouveau souffle
Réélue à la tête de la CDU
Publié dans La Tribune le 08 - 12 - 2016

L'enjeu du 29e Congrès de l'Union chrétienne démocrate (CDU) était de savoir avec quel score Angela Merkel allait-elle être réélue à la tête du parti qu'elle préside depuis 2000.
L'enjeu du 29e Congrès de l'Union chrétienne démocrate (CDU) était de savoir avec quel score Angela Merkel allait-elle être réélue à la tête du parti qu'elle préside depuis 2000. La réponse est tombée ce 6 décembre : avec 89,5% des voix. Huit mois avant les législatives de septembre 2017, à l'occasion desquelles Merkel briguera un quatrième mandat de chancelière, ce score résume au fond assez bien la position qui est la sienne à l'intérieur de sa propre famille politique : même si son autorité n'y est plus aussi incontestée qu'il y a trois ou quatre ans, même si sa gestion de la crise des réfugiés a suscité des doutes et des critiques parmi ses troupes, Merkel sait qu'elle peut compter sur le large soutien de son camp pour affronter «une élection qui sera plus difficile que toutes celles qui l'ont précédée», comme elle l'a encore répétée. Sur le plan de la politique économique, Merkel était attendue. Ces dernières semaines, plusieurs responsables de la CDU avaient réclamé des engagements précis sur la fiscalité. C'est ce qu'elle a fait, en promettant que, si elle était réélue en 2017, il n'y aurait ni augmentations de taxes pour les PME, ni hausse de l'impôt sur la succession, ni impôt sur la fortune. Au passage, la chancelière a dit vouloir agir pour que les grands groupes internationaux n'échappent pas à leurs obligations fiscales, affirmant que «certains ne comprennent pas que les gens qui payent chaque année honnêtement leurs impôts se détournent du système politique lorsque les grandes entreprises ne respectent pas leurs obligations». Fière de son bilan, rappelant notamment que «le chômage a diminué de moitié» depuis son accession au pouvoir, en 2005, Merkel n'a certes pas dit grand-chose, sur le fond, du projet qu'elle entend proposer aux Allemands pour les quatre années qui viennent. Elle a néanmoins esquissé ce que serait la ligne directrice de sa campagne pour les législatives : la promesse de la stabilité. «2016 n'a pas apporté plus de calme et de stabilité. Au contraire. Nous sommes confrontés à un monde, en particulier depuis l'élection américaine, qui a besoin de se réorganiser, par rapport à l'Otan et à la relation avec la Russie», a-t-elle rappelé. «Personne, pas même quelqu'un muni d'une grande expérience, ne peut seul améliorer les choses en Allemagne, en Europe, dans le monde, et certainement pas le chancelier de l'Allemagne», a-t-elle ajouté. Malgré cette précaution oratoire, le message était clair : dans ce monde incertain, où plusieurs de ses homologues sont sur le point de quitter le pouvoir, qu'il s'agisse de Barack Obama aux Etats-Unis, de François Hollande en France ou de Matteo Renzi en Italie, Merkel sera bientôt la seule, parmi les principaux dirigeants de la planète, à avoir une telle longévité. Pour elle, tout l'enjeu est de convaincre ceux qui voient dans cette longévité un pouvoir en bout de course – ce que ne cesse de répéter le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, crédité de plus de 10% des intentions de vote aux législatives – qu'il s'agit au contraire d'un atout pour l'Allemagne. Il lui reste dix mois pour cela.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.