Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Allemagne : Angela Merkel en quête d'un nouveau souffle
Réélue à la tête de la CDU
Publié dans La Tribune le 08 - 12 - 2016

L'enjeu du 29e Congrès de l'Union chrétienne démocrate (CDU) était de savoir avec quel score Angela Merkel allait-elle être réélue à la tête du parti qu'elle préside depuis 2000.
L'enjeu du 29e Congrès de l'Union chrétienne démocrate (CDU) était de savoir avec quel score Angela Merkel allait-elle être réélue à la tête du parti qu'elle préside depuis 2000. La réponse est tombée ce 6 décembre : avec 89,5% des voix. Huit mois avant les législatives de septembre 2017, à l'occasion desquelles Merkel briguera un quatrième mandat de chancelière, ce score résume au fond assez bien la position qui est la sienne à l'intérieur de sa propre famille politique : même si son autorité n'y est plus aussi incontestée qu'il y a trois ou quatre ans, même si sa gestion de la crise des réfugiés a suscité des doutes et des critiques parmi ses troupes, Merkel sait qu'elle peut compter sur le large soutien de son camp pour affronter «une élection qui sera plus difficile que toutes celles qui l'ont précédée», comme elle l'a encore répétée. Sur le plan de la politique économique, Merkel était attendue. Ces dernières semaines, plusieurs responsables de la CDU avaient réclamé des engagements précis sur la fiscalité. C'est ce qu'elle a fait, en promettant que, si elle était réélue en 2017, il n'y aurait ni augmentations de taxes pour les PME, ni hausse de l'impôt sur la succession, ni impôt sur la fortune. Au passage, la chancelière a dit vouloir agir pour que les grands groupes internationaux n'échappent pas à leurs obligations fiscales, affirmant que «certains ne comprennent pas que les gens qui payent chaque année honnêtement leurs impôts se détournent du système politique lorsque les grandes entreprises ne respectent pas leurs obligations». Fière de son bilan, rappelant notamment que «le chômage a diminué de moitié» depuis son accession au pouvoir, en 2005, Merkel n'a certes pas dit grand-chose, sur le fond, du projet qu'elle entend proposer aux Allemands pour les quatre années qui viennent. Elle a néanmoins esquissé ce que serait la ligne directrice de sa campagne pour les législatives : la promesse de la stabilité. «2016 n'a pas apporté plus de calme et de stabilité. Au contraire. Nous sommes confrontés à un monde, en particulier depuis l'élection américaine, qui a besoin de se réorganiser, par rapport à l'Otan et à la relation avec la Russie», a-t-elle rappelé. «Personne, pas même quelqu'un muni d'une grande expérience, ne peut seul améliorer les choses en Allemagne, en Europe, dans le monde, et certainement pas le chancelier de l'Allemagne», a-t-elle ajouté. Malgré cette précaution oratoire, le message était clair : dans ce monde incertain, où plusieurs de ses homologues sont sur le point de quitter le pouvoir, qu'il s'agisse de Barack Obama aux Etats-Unis, de François Hollande en France ou de Matteo Renzi en Italie, Merkel sera bientôt la seule, parmi les principaux dirigeants de la planète, à avoir une telle longévité. Pour elle, tout l'enjeu est de convaincre ceux qui voient dans cette longévité un pouvoir en bout de course – ce que ne cesse de répéter le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne, crédité de plus de 10% des intentions de vote aux législatives – qu'il s'agit au contraire d'un atout pour l'Allemagne. Il lui reste dix mois pour cela.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.