Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Neymar au PSG, les médias en font une affaire d'Etat
Le transfert du Brésilien du Barça devient l'événement
Publié dans La Tribune le 23 - 07 - 2017

Neymar drainerait un torrent financier, une réalité que ne lui dénie aucun de ceux qui s'opposent à son arrivée tant celui-ci est considéré comme le phénomène le plus bancable du football mondial
Pour espérer jouer autre que les épouvantails en Ligue des champions, le PSG ne peut se passer d'une tête de gondole mondiale telle que le Brésilien Neymar. Sauf que celui-ci est au Barça et qu'il faudrait que le club parisien y aille très sérieusement sur le plan financier pour l'exfiltrer de ce qui fait la colonne vertébrale du club catalan à savoir la MSN. Dans un cas de figure pareille, il n'y aura pas que le trio de rêve du FCB qui deviendra orphelin mais aussi les 90 000 socios qui paient rubis sur ongle leur abonnement chaque année pour vivre des instants oniriques. Faudrait-il encore rappeler que le Brésilien aurait pu se retrouver au PSG la saison écoulée déjà, sauf que les exigences de son père ont fait capoter le projet. En effet, ce dernier exigeait un salaire annuel de 25 millions d'euros, en plus de la prise en charge de la facture fiscale de son fils évaluée, elle, à 40 millions. Paradoxalement, ce qui, l'an dernier, n'a pas été accepté par la direction qatarie du PSG va probablement l'être au cours de celle-ci, avec cette nuance qui veut que désormais Neymar a revu en hausse ses prétentions et demande carrément un salaire annuel de 40 millions que le club de la capitale française va… accepter… en plus d'autres exigences dont les détails n'ont pas été livrés. Du coup, autour du club bien des langues se libèrent considérant comme un «plantage» délibéré les contacts précédemment entrepris par les deux parties. Toutefois, ils s'en trouvent qui n'hésitent pas à dédouaner les dirigeants parisiens, estimant que ces derniers n'ont fait que respecter le principe du fair-play financier et ceux-là même assurant que si les conditions du père du footballeur brésilien avaient été acceptées c'est le budget du club qui aurait carrément explosé. En réalité, avec justement l'explosion des droits TV, les Parisiens n'avaient en fait rien à craindre du côté de la trésorerie et l'exemple du transfert à plus de 110 millions d'euros de Paul Pogba, un footballeur juste moyen, à Manchester United n'a pas arrêté de constituer le contre-argument des proches du club pour qui, en débarquant au PSG, Neymar, bien au contraire, drainerait un torrent financier, une réalité que ne lui dénie aucun de ceux qui s'opposent à son arrivée tant celui-ci est considéré comme le phénomène le plus bancable du football mondial. «Il suffisait de dégraisser deux ou trois footballeurs nuls (schtroumpfs, selon un journaliste de L'Equipe) parmi ceux qui sont royalement payés au PSG et la question était réglée (Lavezzi touchait 9 millions d'euros, Ndlr)», insistaient les inconditionnels de la formation parisienne. En 2016/2017, le club disposait donc d'une fenêtre de tir qu'il n'a pas su exploiter à frais «amoindris» et sur laquelle il n'est plus hésitant désormais même si cela coûte les yeux de la tête. Et ce raisonnement n'a pas été sans conduire sur le terrain politique le débat, puisque les médias vont se déchainer sur la fortune du micro-Etat qu'est le Qatar en rappelant qu'il est le premier producteur de gaz au monde, le troisième pays producteur de pétrole et qu'il serait donc anormal qu'ils chipotent pour quelques millions d'euros.
En conclusion, le cas Neymar-PSG est passé du stade d'affaire sportive commerciale à celui d'un enjeu industriel à l'échelle d'un Etat qui dépasserait même l'omnipotence du président du PSG, en l'occurrence Nacer El-Khaleifi, pour carrément atterrir au palais de l'émir du Qatar lequel, en ce qui le concerne, aurait exigé la présence du Brésilien sous les couleurs du club de la capitale et peu importent les moyens.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.