Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Neymar au PSG, les médias en font une affaire d'Etat
Le transfert du Brésilien du Barça devient l'événement
Publié dans La Tribune le 23 - 07 - 2017

Neymar drainerait un torrent financier, une réalité que ne lui dénie aucun de ceux qui s'opposent à son arrivée tant celui-ci est considéré comme le phénomène le plus bancable du football mondial
Pour espérer jouer autre que les épouvantails en Ligue des champions, le PSG ne peut se passer d'une tête de gondole mondiale telle que le Brésilien Neymar. Sauf que celui-ci est au Barça et qu'il faudrait que le club parisien y aille très sérieusement sur le plan financier pour l'exfiltrer de ce qui fait la colonne vertébrale du club catalan à savoir la MSN. Dans un cas de figure pareille, il n'y aura pas que le trio de rêve du FCB qui deviendra orphelin mais aussi les 90 000 socios qui paient rubis sur ongle leur abonnement chaque année pour vivre des instants oniriques. Faudrait-il encore rappeler que le Brésilien aurait pu se retrouver au PSG la saison écoulée déjà, sauf que les exigences de son père ont fait capoter le projet. En effet, ce dernier exigeait un salaire annuel de 25 millions d'euros, en plus de la prise en charge de la facture fiscale de son fils évaluée, elle, à 40 millions. Paradoxalement, ce qui, l'an dernier, n'a pas été accepté par la direction qatarie du PSG va probablement l'être au cours de celle-ci, avec cette nuance qui veut que désormais Neymar a revu en hausse ses prétentions et demande carrément un salaire annuel de 40 millions que le club de la capitale française va… accepter… en plus d'autres exigences dont les détails n'ont pas été livrés. Du coup, autour du club bien des langues se libèrent considérant comme un «plantage» délibéré les contacts précédemment entrepris par les deux parties. Toutefois, ils s'en trouvent qui n'hésitent pas à dédouaner les dirigeants parisiens, estimant que ces derniers n'ont fait que respecter le principe du fair-play financier et ceux-là même assurant que si les conditions du père du footballeur brésilien avaient été acceptées c'est le budget du club qui aurait carrément explosé. En réalité, avec justement l'explosion des droits TV, les Parisiens n'avaient en fait rien à craindre du côté de la trésorerie et l'exemple du transfert à plus de 110 millions d'euros de Paul Pogba, un footballeur juste moyen, à Manchester United n'a pas arrêté de constituer le contre-argument des proches du club pour qui, en débarquant au PSG, Neymar, bien au contraire, drainerait un torrent financier, une réalité que ne lui dénie aucun de ceux qui s'opposent à son arrivée tant celui-ci est considéré comme le phénomène le plus bancable du football mondial. «Il suffisait de dégraisser deux ou trois footballeurs nuls (schtroumpfs, selon un journaliste de L'Equipe) parmi ceux qui sont royalement payés au PSG et la question était réglée (Lavezzi touchait 9 millions d'euros, Ndlr)», insistaient les inconditionnels de la formation parisienne. En 2016/2017, le club disposait donc d'une fenêtre de tir qu'il n'a pas su exploiter à frais «amoindris» et sur laquelle il n'est plus hésitant désormais même si cela coûte les yeux de la tête. Et ce raisonnement n'a pas été sans conduire sur le terrain politique le débat, puisque les médias vont se déchainer sur la fortune du micro-Etat qu'est le Qatar en rappelant qu'il est le premier producteur de gaz au monde, le troisième pays producteur de pétrole et qu'il serait donc anormal qu'ils chipotent pour quelques millions d'euros.
En conclusion, le cas Neymar-PSG est passé du stade d'affaire sportive commerciale à celui d'un enjeu industriel à l'échelle d'un Etat qui dépasserait même l'omnipotence du président du PSG, en l'occurrence Nacer El-Khaleifi, pour carrément atterrir au palais de l'émir du Qatar lequel, en ce qui le concerne, aurait exigé la présence du Brésilien sous les couleurs du club de la capitale et peu importent les moyens.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.