Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    L'AG élective fixée au 2 février    Madoui prend le relais    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    "Nous ne sommes pas encore au maximum"    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mesures ponctuelles et... cosmétiques
Jeunesse et animation estivale
Publié dans La Tribune le 26 - 07 - 2017

Si l'Etat a les moyens de sa politique, la meilleure des démarches serait évidemment de préparer les saisons estivales autrement que par des opérations et programmes qui ressemblent à s'y méprendre à des actions sans lendemains, ponctuelles et conjoncturelles, même si elles sont rééditées chaque année. La réponse à une telle situation consisterait en la réalisation de nombreux bassins, parcs de loisirs, espaces champêtres, parcours naturels... quitte pour cela à priver les populations durant un quinquennat, voire plus, d'un agréable bénéfice de leur temps libre, avec toutefois l'avantage d'investir à long terme, et sans grands frais en réalité, comparativement aux coûts des moyens ponctuels dont le seul avantage reste la facilité de leur bénéfice.
Les directeurs de wilaya de la jeunesse et les sports ont été instruits par leur tutelle afin qu'elles multiplient les mesures à l'endroit des jeunes notamment l'accès gratuit aux piscines. Ne se trouve-t-il pas à travers cette mesure une attention excessive par son aspect paternaliste au moment où sous d'autres cieux l'une des plus importantes résolutions prises par des gouvernements responsables est de mettre fin à toute forme d'assistanat même si c'est à l'endroit des personnes appartenant à des couches sociales dites vulnérables dans la mesure où cela constituerait, en fait, une véritable atteinte à leur dignité. Par ailleurs, cette instruction est quelque part un leurre sachant que piscines et autres bassins d'eau sont bien loin d'être disponibles en ce sens que, si tant est que ces infrastructures existent et la demande dépassant largement l'offre, la gratuité de l'accès ne viendrait que rajouter à la misère déjà ambiante en le domaine. Dans un tel cas de figure, et c'est tout autant visible à Constantine qu'à Djelfa, ceux qui parviennent à accéder à un bassin ne peuvent que se contenter de rester debout dans l'eau étant dans l'impossibilité de pouvoir tenter une quelconque brasse sans heurter ou se heurter à un autre «baigneur».
Les responsables à hauteur des pouvoirs publics et notamment du gouvernement auraient eu certainement le nez creux si depuis quelques années s'était multipliée à l'extrême la réalisation de bassins d'eau et bien entendu de toute infrastructure de nature à contribuer aux loisirs des populations ciblées, tels les terrains de jeu de proximité, parcs d'attraction, excursions, sorties aérées, voyages organisés…
Hélas, les années passent et les pratiques ne changent pas. Paradoxalement, la débauche intellectuelle et d'énergie des responsables au sein des institutions n'a d'égale que les très fortes chaleurs estivales et chaque saison charrie désormais son lot d'imagination, d'inventivité de procédés de substitution qui amoindriraient les souffrances de tous ceux qui, en ce qui les concerne, n'ont pas les moyens qu'il faut pour affronter la canicule. Le plus court chemin a été évidemment pour cette année le recours à des bassins gonflables dont la facture de règlement approcherait presque le prix d'un bassin ordinaire en dur. Encore, faudrait-il préciser que l'impact réel sur les populations concernées est loin, bien loin d'être évident.
Ceci étant, il parait pour le moins paradoxal que plus les temps sont durs, en raison de la crise financière internationale, d'une part, et la chute du prix du baril de pétrole, d'autre part, et plus les pouvoirs publics algériens optent pour des opérations et programmes qui, dans la conduite normale d'une économie nationale, devraient être les premières à passer à la trappe. Toutefois, nul n'ignore que ce qui pourrait le plus importer c'est d'aligner chiffres, statistiques et autres rapports de conjoncture lesquels logiquement, et pour cause, ne peuvent qu'être positifs mais qu'il est pourtant peu probable de renouveler l'année prochaine sachant que tout va dépendre justement de la conjoncture. Or, si le baril de pétrole est déjà au plus bas, les experts sont unanimes à souligner qu'il le sera encore plus au cours des années à venir. Enfin, si l'Etat a les moyens de sa politique la meilleure des démarches serait évidemment de préparer les saisons estivales autrement que par des opérations et programmes qui ressemblent à s'y méprendre au fait de placer un cautère sur une jambe de bois. La réponse à une telle situation consisterait en la réalisation de nombreux bassins, parcs de loisirs, espaces champêtres, parcours naturels… quitte pour cela à priver les populations durant un quinquennat, voire plus, d'un agréable bénéfice de leur temps libre avec toutefois l'avantage d'investir à long terme sans… grands frais en réalité, comparativement aux coûts des moyens ponctuels dont le seul avantage reste la facilité de leur bénéfice. Mais là, également, il y a matière à gloser.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.