Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des mesures ponctuelles et... cosmétiques
Jeunesse et animation estivale
Publié dans La Tribune le 26 - 07 - 2017

Si l'Etat a les moyens de sa politique, la meilleure des démarches serait évidemment de préparer les saisons estivales autrement que par des opérations et programmes qui ressemblent à s'y méprendre à des actions sans lendemains, ponctuelles et conjoncturelles, même si elles sont rééditées chaque année. La réponse à une telle situation consisterait en la réalisation de nombreux bassins, parcs de loisirs, espaces champêtres, parcours naturels... quitte pour cela à priver les populations durant un quinquennat, voire plus, d'un agréable bénéfice de leur temps libre, avec toutefois l'avantage d'investir à long terme, et sans grands frais en réalité, comparativement aux coûts des moyens ponctuels dont le seul avantage reste la facilité de leur bénéfice.
Les directeurs de wilaya de la jeunesse et les sports ont été instruits par leur tutelle afin qu'elles multiplient les mesures à l'endroit des jeunes notamment l'accès gratuit aux piscines. Ne se trouve-t-il pas à travers cette mesure une attention excessive par son aspect paternaliste au moment où sous d'autres cieux l'une des plus importantes résolutions prises par des gouvernements responsables est de mettre fin à toute forme d'assistanat même si c'est à l'endroit des personnes appartenant à des couches sociales dites vulnérables dans la mesure où cela constituerait, en fait, une véritable atteinte à leur dignité. Par ailleurs, cette instruction est quelque part un leurre sachant que piscines et autres bassins d'eau sont bien loin d'être disponibles en ce sens que, si tant est que ces infrastructures existent et la demande dépassant largement l'offre, la gratuité de l'accès ne viendrait que rajouter à la misère déjà ambiante en le domaine. Dans un tel cas de figure, et c'est tout autant visible à Constantine qu'à Djelfa, ceux qui parviennent à accéder à un bassin ne peuvent que se contenter de rester debout dans l'eau étant dans l'impossibilité de pouvoir tenter une quelconque brasse sans heurter ou se heurter à un autre «baigneur».
Les responsables à hauteur des pouvoirs publics et notamment du gouvernement auraient eu certainement le nez creux si depuis quelques années s'était multipliée à l'extrême la réalisation de bassins d'eau et bien entendu de toute infrastructure de nature à contribuer aux loisirs des populations ciblées, tels les terrains de jeu de proximité, parcs d'attraction, excursions, sorties aérées, voyages organisés…
Hélas, les années passent et les pratiques ne changent pas. Paradoxalement, la débauche intellectuelle et d'énergie des responsables au sein des institutions n'a d'égale que les très fortes chaleurs estivales et chaque saison charrie désormais son lot d'imagination, d'inventivité de procédés de substitution qui amoindriraient les souffrances de tous ceux qui, en ce qui les concerne, n'ont pas les moyens qu'il faut pour affronter la canicule. Le plus court chemin a été évidemment pour cette année le recours à des bassins gonflables dont la facture de règlement approcherait presque le prix d'un bassin ordinaire en dur. Encore, faudrait-il préciser que l'impact réel sur les populations concernées est loin, bien loin d'être évident.
Ceci étant, il parait pour le moins paradoxal que plus les temps sont durs, en raison de la crise financière internationale, d'une part, et la chute du prix du baril de pétrole, d'autre part, et plus les pouvoirs publics algériens optent pour des opérations et programmes qui, dans la conduite normale d'une économie nationale, devraient être les premières à passer à la trappe. Toutefois, nul n'ignore que ce qui pourrait le plus importer c'est d'aligner chiffres, statistiques et autres rapports de conjoncture lesquels logiquement, et pour cause, ne peuvent qu'être positifs mais qu'il est pourtant peu probable de renouveler l'année prochaine sachant que tout va dépendre justement de la conjoncture. Or, si le baril de pétrole est déjà au plus bas, les experts sont unanimes à souligner qu'il le sera encore plus au cours des années à venir. Enfin, si l'Etat a les moyens de sa politique la meilleure des démarches serait évidemment de préparer les saisons estivales autrement que par des opérations et programmes qui ressemblent à s'y méprendre au fait de placer un cautère sur une jambe de bois. La réponse à une telle situation consisterait en la réalisation de nombreux bassins, parcs de loisirs, espaces champêtres, parcours naturels… quitte pour cela à priver les populations durant un quinquennat, voire plus, d'un agréable bénéfice de leur temps libre avec toutefois l'avantage d'investir à long terme sans… grands frais en réalité, comparativement aux coûts des moyens ponctuels dont le seul avantage reste la facilité de leur bénéfice. Mais là, également, il y a matière à gloser.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.