PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les producteurs soumis à une nouvelle règle d'approvisionnement
Lait en sachet
Publié dans La Tribune le 20 - 07 - 2008

Dans les prochains mois, les producteurs de lait pasteurisé en sachet (LPS) à partir de la poudre de lait seront soumis à une nouvelle règle de livraison par l'Office national interprofessionnel du lait et de ses dérivés (ONIL). Ces derniers seront dorénavant approvisionnés en fonction du taux d'intégration de lait cru dans leur production
de LSP.
En clair, l'approvisionnement sera proportionnel aux litres de lait cru que les opérateurs auront achetés auprès des éleveurs de vaches laitières et non selon un quota calculé à partir de leur capacité réelle de production. Une mesure qui vise à assurer aux éleveurs la vente de leur lait cru et, par effet d'entraînement, d'encourager cette catégorie professionnelle dans leur activité. Il est vrai qu'une telle orientation, si elle vient à se concrétiser, sera tout à l'avantage des deux parties, aussi bien les transformateurs que les producteurs de lait cru, en ce sens que chacun y trouverait son compte, alors que ce n'est pas ce qui est constaté actuellement. En effet, des laiteries sont entièrement consacrées à la transformation de la poudre de lait en LPS, ignorant la production de lait cru local. C'est du moins l'argument avancé par le docteur Rachid Benaïssa, ministre de l'Agriculture et du Développement rural, lors de son intervention donnée devant les cadres du secteur, réunis hier en son siège pour prendre acte des préparatifs du lancement prochain des contrats de performance auxquels sera soumise chaque wilaya dans un but essentiel, celui du renouveau de l'économie agricole et du développement rural. Le premier responsable du secteur a attiré l'attention des participants à cette réunion sur l'intérêt d'une telle initiative «qui est, en fait, une vision globale mais très étudiée, qui va permettre à coup sûr de relancer le secteur sur des bases saines et où la stratégie en matière de politique agricole sera d'autant plus claire». Il déclare aussi à l'auditoire que les lignes directrices du renouveau de l'économie agricole et rurale qui s'articulent autour de neuf grands axes vont servir de feuille de route «pour arriver à mettre en synergie toutes les compétences».
Toujours au sujet de cette feuille de route, M. Benaïssa exigera de ses cadres de «traduire au plus vite en actions concrètes sur le terrain, toutes les décisions que nous avons prises et celles à venir», non sans rappeler de «libérer toutes les initiatives qui s'inscrivent dans ce cadre. Notons également que, dans son intervention, le ministre de l'Agriculture s'est longuement attardé sur le nouveau système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac). «Un moyen qui a commencé à porter ses fruits puisque nous avons constaté sur le terrain une revue à la hausse des prix de gros de la pomme de terre de 3 à 5 DA par rapport à ce qu'ils étaient auparavant, où, faut-il le rappeler, le tubercule s'est écoulé à 5 DA le kilogramme, créant ainsi de fortes inquiétudes chez les agriculteurs versés dans ce type de culture», a expliqué le docteur. Il précisera par ailleurs que dans le cadre du Syrpalac, il a été enregistré à ce jour le stockage de près de 30 000 m3 de pomme de terre pour des capacités nationales de stockage réel de 1 700 000 mètres carrés.
Rappelons que, dans la conférence de presse organisée après son allocution devant les cadres, le ministre a
tenté d'éclairer au mieux les journalistes sur la feuille de route qu'il compte mettre en œuvre et d'annoncer que les contrats de performance prendront effet d'ici la fin de l'année. Il a tenu enfin à faire comprendre aux médias qu'il ne peut y avoir d'agriculture moderne sans une industrie agroalimentaire efficiente. Et d'expliquer : «L'industrie agroalimentaire est le moteur de modernisation de l'agriculture.»
Z. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.