PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accès de l'Algérie à la société du savoir est tributaire du développement de la langue arabe
Selon un chercheur universitaire
Publié dans La Tribune le 15 - 04 - 2010


Photo : Riad
Synthèse de Rami Narimene
L'accès de l'Algérie à la société du savoir reste tributaire du développement de la langue arabe à travers des programmes linguistiques lui permettant de devenir compétitive face aux autres langues, a souligné, mardi dernier à Alger, le chercheur universitaire Amar Bouhouche. Lors d'une conférence sur le thème «langue de développement et développement de la langue» dans le cadre des rencontres organisées par le Conseil supérieur de la langue arabe (CSLA), M. Bouhouche a souligné l'importance de la langue arabe en tant qu'élément déterminant de l'identité nationale. Il a préconisé l'intensification des programmes linguistiques de qualité pour rendre la langue arabe concurrentielle face aux autres idiomes. Le conférencier est revenu sur la problématique à l'origine du déclin de la langue arabe en Algérie estimant que l'émergence, au lendemain de l'indépendance, du conflit idéologique entre les cercles francophone et arabisant au sein du système politique a influencé la personnalité de l'Algérien dans son ensemble. La conséquence de ce conflit, a-t-il ajouté, a fait que les démarches de l'Algérie pour redonner à la langue arabe la place qui est la sienne accusaient au départ un certain dysfonctionnement. Pour M. Bouhouche, les procédés d'enseignement dans les établissements éducatifs nationaux sont désuets et n'ont aucune portée civilisationnelle. Un constat regrettable que le chercheur impute également au manque de stimulants matériels et moraux en direction de l'enseignant. L'enseignement de la langue est devenu la destination de gens n'ayant aucune vocation pour le faire, fait-il remarquer devant la fuite des véritables compétences vers l'étranger. Il a en outre évoqué l'insuffisance en matière de traduction et le confinement du patrimoine cognitif de la langue arabe aux domaines théologiques au moment où les Occidentaux ont pris connaissance de la valeur de cette langue, ce qui s'est traduit dans la création, dans leurs sociétés, de moteurs de recherche, de logiciels et de chaînes de télévision en langue arabe. «Le développement de la recherche scientifique en langue arabe est tributaire d'une volonté réelle de changement notamment à travers la prise de conscience de l'importance de la langue comme facteur de réussite de tout projet», a conclu M. Bouhouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.