Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accès de l'Algérie à la société du savoir est tributaire du développement de la langue arabe
Selon un chercheur universitaire
Publié dans La Tribune le 15 - 04 - 2010


Photo : Riad
Synthèse de Rami Narimene
L'accès de l'Algérie à la société du savoir reste tributaire du développement de la langue arabe à travers des programmes linguistiques lui permettant de devenir compétitive face aux autres langues, a souligné, mardi dernier à Alger, le chercheur universitaire Amar Bouhouche. Lors d'une conférence sur le thème «langue de développement et développement de la langue» dans le cadre des rencontres organisées par le Conseil supérieur de la langue arabe (CSLA), M. Bouhouche a souligné l'importance de la langue arabe en tant qu'élément déterminant de l'identité nationale. Il a préconisé l'intensification des programmes linguistiques de qualité pour rendre la langue arabe concurrentielle face aux autres idiomes. Le conférencier est revenu sur la problématique à l'origine du déclin de la langue arabe en Algérie estimant que l'émergence, au lendemain de l'indépendance, du conflit idéologique entre les cercles francophone et arabisant au sein du système politique a influencé la personnalité de l'Algérien dans son ensemble. La conséquence de ce conflit, a-t-il ajouté, a fait que les démarches de l'Algérie pour redonner à la langue arabe la place qui est la sienne accusaient au départ un certain dysfonctionnement. Pour M. Bouhouche, les procédés d'enseignement dans les établissements éducatifs nationaux sont désuets et n'ont aucune portée civilisationnelle. Un constat regrettable que le chercheur impute également au manque de stimulants matériels et moraux en direction de l'enseignant. L'enseignement de la langue est devenu la destination de gens n'ayant aucune vocation pour le faire, fait-il remarquer devant la fuite des véritables compétences vers l'étranger. Il a en outre évoqué l'insuffisance en matière de traduction et le confinement du patrimoine cognitif de la langue arabe aux domaines théologiques au moment où les Occidentaux ont pris connaissance de la valeur de cette langue, ce qui s'est traduit dans la création, dans leurs sociétés, de moteurs de recherche, de logiciels et de chaînes de télévision en langue arabe. «Le développement de la recherche scientifique en langue arabe est tributaire d'une volonté réelle de changement notamment à travers la prise de conscience de l'importance de la langue comme facteur de réussite de tout projet», a conclu M. Bouhouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.