Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le Bébête Show, version élections US    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    Mahrez a repris les entraînements    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants surclassent partis et syndicats à Tizi Ouzou
La violence reste le point noir du mouvement estudiantin
Publié dans La Tribune le 20 - 05 - 2008


Photo : Riad
De notre correspondant à Tizi Ouzou
Lakhdar Siad
L'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, qui compte 41 500 étudiants, dont 10 844 nouveaux inscrits, a vécu cette année une rentrée et des moments de lutte acharnée traversés malheureusement par des faux pas inimaginables dans un tel lieu censé être l'antre du savoir et de la tolérance. La Coordination locale des étudiants (CLE), qui réunit 18 comités estudiantins, a pourtant repris cette année le flambeau de la revendication dans la région de Kabylie au moment où les acteurs traditionnels de la scène politique avaient marqué le pas. De l'espoir. Cependant, de la voie pacifique, naturelle dans ce milieu, la contestation, pourtant très organisée autour des comités autonomes des étudiants, a débordé sur le terrain de la violence laissant sans voix les plus optimistes défenseurs quant à l'avenir de l'université algérienne. Une situation ayant nécessité la médiation du directeur de l'Office national des œuvres universitaires, l'ONOU, qui s'était déplacé sur les lieux avant d'installer une commission d'enquête à l'effet de faire la lumière sur les raisons du
grave conflit et les accusations de violence.
Tout avait commencé au début de l'année universitaire qui s'achève quand l'ex- directrice de la DOUH, Mme Larfi, décide d'affecter les résidences universitaires de Draa Ben Khedda et de l'ex-Habitat, occupées par des garçons, à l'hébergement des filles. Ces dernières représentaient 69% des nouveaux bacheliers, au nombre de 11 356, avec, en plus, une croissance des effectifs de 16%. La DOUH, pour rappel, gère sept résidences universitaires de 10 668 lits et douze restaurants assurant 21 000 repas/jour.
Les étudiants, qui avaient rejeté cette décision, ont élaboré un programme de protestations entre marches, grèves, rassemblements, sit-in, pétitions… transformant l'enceinte universitaire et le chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou en un véritable théâtre de revendications pacifiques durant plusieurs semaines, voire mois, suscitant une adhésion estudiantine rarement égalée au sein de cette université connue pour ses traditions de lutte. 18 comités estudiantins constituant la Coordination locale des étudiants (CLE) ont tenu en haleine les responsables de l'université tant au niveau du ministère, à Alger, qu'à l'échelle locale, ainsi que les autorités locales, une image qui contraste avec le reflux qu'a connu l'activité politique et syndicale en Kabylie ces derniers mois. En plus des problèmes sociaux et des services liés à la qualité de la restauration, de l'hébergement et du transport, ainsi que la sécurité, la CLE avait dénoncé le nouveau système LMD qui serait un échec, selon une déclaration de la Coordination rendue publique à l'époque.
Fin 2007, la situation se corse et le recours aux méthodes violentes fait son apparition lors des actions organisées par les étudiants. Des actions grandioses de la CLE surprennent les observateurs. Les échanges entre les agents de sécurité et les étudiants deviennent de plus en plus malveillants jusqu'à en arriver aux mains, aux jets de pierres, à la destruction et au saccage de biens. «En dépit de la mobilisation estudiantine et des diverses actions entreprises dans le cadre des comités autonomes pour dénoncer la situation sinistre, que ce soit sur le plan social que pédagogique, l'UMMTO, ne cesse de subir et d'endurer la politique de l'abîme préconisée par le système et mise en œuvre par une pseudo-administration dont la finalité n'est autre que d'en finir avec son rôle moteur dans la société ; étouffer toute forme de protestation légitime à travers la normalisation, la caporalisation et l'embrigadement de l'université en usant de moyens et méthodes de bas âge dont la destruction des comités autonomes, les intimidations et les agressions des étudiants par des agents de sécurité, l'instrumentalisation de l'institution judiciaire et autres manipulations et les restrictions de budgets», alertait la CLE qui dénonçait à l'occasion «l'insécurité grandissante qui règne dans les campus et les cités universitaires ainsi qu'aux alentours (agressions, vols), l'agressivité des agents de sécurité et leur implication dans un conflit syndical opposant des étudiants aux responsables des œuvres universitaires.» A la
mi-janvier, des scènes de violence ont eu lieu dans le sillage d'un rassemblement estudiantin : des locaux, du mobilier et des véhicules ont été saccagés. Plus grave : des blessés ont été enregistrés parmi les protagonistes. La grande mobilisation perd de son charme. Fin janvier 2008, l'ONOU met fin aux fonctions de la directrice de la DOUH.
Les étudiants fêtent «ça» mais se montrent mécontents quelques semaines après de l'avancée
de leurs revendications et menaçaient de reprendre la protesta.
La période des examens est-elle pour quelque chose dans cette halte dans la mobilisation ? Sûrement, mais les étudiants promettent de revenir plus forts à la rentrée prochaine, et portés seulement, espérons-le, sur les voies pacifiques. Le rôle de l'administration est plus signalé dans la garantie de la sécurité et la prévention de la violence dans l'enceinte universitaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.