Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Animée au printemps, Constantine se morfond en été
La capitale de l'Est est dépourvue d'espaces et de moyens de distraction
Publié dans La Tribune le 05 - 05 - 2010

De notre correspondant à Constantine
Nasser Hannachi
A quelques semaines de l'ouverture de la saison estivale, Constantine, la capitale de l'Est algérien, envoie à nouveau son habituel décor qui fait fuir les estivants. Point d'espaces pour se détendre et apprécier une halte délicieuse, encore moins de loisirs pour occuper les parents et leurs enfants au terme d'une scolarité chaotique et perturbée. Le discours local et les promesses faites à longueur d'année n'auront pas encore porté leurs fruits quant à la concrétisation des aménagements et programmes destinés à encourager le tourisme régional.
Au printemps, Constantine ouvre ses bras et sa périphérie luxuriante avec les premières hausses de température. Mais le rush des résidents s'estompera généralement lorsque le mercure grimpera davantage. Avec l'arrivée des grandes chaleurs, les familles cherchent, qui une plaine, qui un petit bois, un verdoyant vallon ou une plage pas trop sale ni trop éloignée (ce qui est souvent une gageure) où elles pourraient de détendre. Souvent, c'est la ruée vers les plages limitrophes qui l'emporte. La mer est la destination privilégiée pour une population vivant dans une ville cloîtrée, sans aucune ouverture sur la grande bleue, surtout depuis ces dernières années, avec l'amélioration de la situation sécuritaire. Les habitants de la ville des Ponts ont renoué avec les anciennes habitudes, les week-ends, voire les vacances en mer.
Pour ceux qui n'ont pas les moyens de se payer des plaisirs balnéaires, il ne leur reste qu'à perpétuer la traditionnelle hospitalité et accueillir des amis ou de la famille pour leur faire découvrir la cité millénaire. Et puis… plus rien. La cause est que les pouvoirs publics ne sont toujours pas parvenus à asseoir une véritable politique en la matière. Les promesses faites par les élus comme par les autorités publiques sont restées lettre morte. Que de fois n'a-t-on promis un essor à la distraction locale ? En vain. Pas le moindre parc, point de piscine à la dimension d'une wilaya. Quant aux initiatives privées, elles demeurent bien insuffisantes pour satisfaire la demande, des différentes bourses. Aucun projet en ce sens n'a vu le jour. Pourtant, sur papier, ce ne sont pas les concessions et les projets qui manquent. Dans ce contexte, on évoquera le parc de Djebel El Ouahch, la seule bouffée d'oxygène des Constantinois, qui bat de l'aile au motif que l'opérateur qui l'a pris en concession n'a pas bénéficié d'un soutien financier.
Cette situation de jachère n'est évidemment pas faite pour améliorer le cadre de vie des citoyens. La réouverture du site est ainsi renvoyée aux calendes grecques. La commune propriétaire du lieu, ne daigne pas activer la procédure, à croire que la ville dispose d'une palette de substituts. «Franchement, on a fini par s'interroger sur les ralentissements tous azimuts auxquels la ville est conffrontée. Qu'est-ce qui marche exactement à Constantine ? Ou plus précisément pourquoi tous les projets y sont à la traîne ?»
demandera un habitant de Constantine.
Abondant dans le ce sens, un autre indiquera qu'il suffit de regarder alentour pour se convaincre que le problème réside dans la gestion de la ville. Il en voudra pour exemple les efforts entrepris et les projets relatifs aux loisirs réalisés dans d'autres wilayas comme Sétif et Batna, qui disposent de parcs opérationnels et très fréquentés. Il n'en est rien dans la capitale de l'Est qui ne s'en sort pas en évoquant à chaque fois l'alibi des priorités. «Nous sommes en plein chantier», dit-on. «Il y a des années qu'on nous ressasse la même chose. C'est vraiment honteux et inadmissible pour une région si importante qui voit ses espaces se dégrader sans qu'on entreprenne quoi que ce soit rien pour les aménager. Il faut revoir la politique touristique. On se demande si l'office en charge du secteur en sait quelque chose sur cette tâche qui lui incombe», fulmine un autre jeune qui, à quelques jours des grandes vacances scolaires, pense déjà à comment meubler son temps de repos.
Il est vrai qu'il faut chercher longtemps des perspectives, des idées ou des projets qui auraient germé lors d'une de ces rencontres dédiées au développement touristique dans la région du Constantinois. Panne d'idées ou mauvaise compréhension des besoins et des défis. Mais le fait est que Constantine n'est pas au diapason des métropoles touristiques et elle n'offre que des «succédanés» de loisirs comme la place la Brèche pour prendre l'air et déguster des brochettes au Khroub… C'est le programme qui est proposé à la population en période estivale. «Le Mondial sud-africain comblera un tantinet notre oisiveté estivale. C'est déjà un acquis, notamment avec la participation de notre équipe nationale de football. Ensuite, on verra bien. De toute façon, on a pris l'habitude. On se débrouille comme on peut pour tuer l'ennui constantinois en ces périodes chaudes», commente un jeune étudiant. En effet, pour l'heure, tous les débats tournent autour de la participation des Verts au Mondial. La réflexion sur la saison estivale est reléguée momentanément au second plan. De toute façon, on ne peut se permettre un tourisme local si les structures et les mesures d'accompagnements ne sont pas assurées. «Il est facile de dire que la capitale de l'Est renferme autant d'atouts attractifs exploitables durant les quatre saisons. Toutefois, il faut se rendre à l'évidence. La ville souffre du manque d'infrastructures d'accueil pour promouvoir son tourisme, appâter les visiteurs et les convaincre d'y séjourner plus que prévu», notera, avec juste raison, un citoyen.
Cet avis est d'ailleurs partagé par les visiteurs de Constantine qui ne manquent par de critiquer la stratégie adoptée par les responsables chargés du tourisme. Certains diront même qu'il n'y a, en fait, aucune stratégie et estiment que les initiatives pour booster le secteur sont au point mort. Ainsi, Constantine continue à s'animer au printemps et à se morfondre en été… La petite bouffée d'oxygène viendra, encore une fois, avec les autobus et les trains… destination : la plage, dans le cadre du traditionnel «plan bleu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.