Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pluie de missiles sur la Libye
Kadhafi promet «une longue guerre aux pays croisés»
Publié dans La Tribune le 21 - 03 - 2011

La coalition internationale, particulièrement la France, qui a commencé à bombarder samedi dernier avant l'aube la Libye, quasiment huit ans jour pour jour après l'invasion de l'Irak, a poursuivi hier son opération militaire, baptisée «Aube de l'odyssée» par le
Pentagone. Des dizaines de véhicules militaires des forces de Kadhafi, dont des chars et des canons d'artillerie, ont été détruits par des frappes aériennes à l'ouest de Benghazi. Au moins dix-huit avions américains, dont trois bombardiers furtifs B2, ont attaqué une vingtaine d'objectifs en Libye. «Nous avons attaqué des systèmes-clés de la défense anti-aérienne et des sites de missiles SAM près de Tripoli, de Misourata et de Syrte», a déclaré le porte-parole du quartier général américain chargé de la coordination des opérations alliées contre la Libye. Selon un bilan provisoire, de source officielle libyenne, 48 personnes ont trouvé la mort dans ces attaques, dont
26 à Tripoli. Paris assure «le leadership» de cette intervention militaire où une vingtaine d'appareils ont intervenu en Libye dès samedi. Des chasseurs-bombardiers britanniques Tornado ont également participé aux raids. Washington et Londres ont déjà lancé plus de 110 missiles de croisière Tomahawk. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a assuré que les Etats-Unis vont apporter à la coalition des «capacités uniques», c'est-à-dire des moyens militaires dont ne disposent pas leurs alliés. D'autres pays comme l'Espagne, le Canada et l'Italie ont rejoint les opérations militaires, en mettant à disposition des avions de chasse ou des bases militaires pour certains. Le Qatar, unique pays arabe à déployer quatre avions dans le ciel libyen pour participer aux opérations militaires, a justifié cette décision, hier, par la nécessité de «mettre un terme au bain de sang». Qualifiée de «succès», la première phase des frappes menées contre la Libye a permis d'instaurer une zone d'exclusion aérienne, a déclaré l'amiral Michael Mullen. La prochaine étape des frappes consistera à attaquer les lignes de ravitaillement pour limiter la capacité des forces pro-Kadhafi à se battre, a ajouté ce responsable, tout en précisant : «Nous sommes maintenant dans une situation où ce que nous allons faire dépend, en partie, de ce que lui fait.» Que peut bien faire Kadhadi face à la force de la coalition ? Certes, ses forces ont tenté de riposter à des frappes aériennes, mais sans succès. Elles ont d'ailleurs stoppé leur avancée sur Benghazi. Le ministère libyen des Affaires étrangères, qui a vivement dénoncé ces attaques, a réclamé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU avant d'indiquer que la Libye «a le droit d'utiliser ses avions civils et militaires pour défendre ses intérêts après l'agression». Plus combatif que jamais et refusant de plier,
le leader Mouammar Kadhafi a juré de transformer la Méditerranée en «champ de bataille» et que son pays ne laisserait jamais «les pays croisés» en prendre possession et exploiter son pétrole.Dans un message sonore diffusé à la télévision officielle, Kadhafi a assuré que son peuple «sortira vainqueur d'une longue guerre». Il pense peut-être à l'utilisation de ses stocks de gaz moutarde, mais les Etats-Unis y ont aussi pensé et déclaré qu'ils «surveillent de très près» ces stocks de gaz très dangereux. «Il pourrait faire beaucoup de
dégâts avec ça», a déclaré l'amiral Mullen. L'intervention militaire en Libye ne fait pas l'unanimité. La Russie, qui s'était abstenue lors du vote à l'ONU, a demandé l'arrêt des frappes «non sélectives» faisant des victimes civiles. Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui avait milité pour une zone d'exclusion aérienne, s'est aussi montré critique : «Ce que nous voulons, c'est la protection des civils et non pas le bombardement d'autres civils.» Le comité de l'Union africaine (UA), qui a regretté «de ne pouvoir se rendre» en Libye, l'autorisation demandée à la communauté internationale lui ayant été «refusée», a appelé hier à Nouakchott à «la cessation immédiate de toutes les hostilités» dans ce pays. L'Iran, qui soutient la révolte en Libye a affiché, pour sa part, un doute sur les intentions de l'Occident dans ce pays. A ce sujet, l'amiral Mike Mullen a déclaré que «les frappes aériennes de la coalition n'ont pas pour but de chasser Kadhafi du pouvoir, mais de protéger les civils libyens». Le président américain Barack Obama a également annoncé avoir autorisé «une action militaire limitée en Libye», réaffirmant que les Etats-Unis ne déploieraient pas de troupes au sol. Même si les autorités américaines assurent officiellement que leur but n'est pas un départ de Kadhafi, mais la protection des civils, il ne fait aucun doute que tel est bien l'objectif des Occidentaux. «Nous allons aider le peuple libyen à se libérer», a dit Alain Juppé. «Ce n'est pas inscrit dans la résolution du Conseil de sécurité qu'il doit s'en aller. Mais il est bien évident, ne racontons pas d'histoires, que le but de tout cela est de permettre au peuple libyen de choisir son régime», a-t-il ajouté.
H. Y./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.