Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit de préemption n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères
Selon l'expert français George Broché
Publié dans La Tribune le 17 - 12 - 2011


Synthèse de Badiâa Amarni
M. George Broché, expert français qui a participé à l'élaboration du plan de développement du marché financier algérien, a déclaré que «le droit de préemption dont dispose l'Etat algérien pour la cession des participations des actionnaires étrangers n'empêche pas l'entrée en Bourse des entreprises étrangères mais retarde le processus».C'était lors de la présentation des premiers résultats de ce plan, commandé par le gouvernement, que cet expert en Bourses internationales a expliqué qu'un «étranger qui veut ouvrir son capital via la Bourse doit attendre quelques mois pour demander à l'Etat s'il va ou non exercer son droit de préemption».L'Algérie, qui veut diversifier les moyens de financement de son économie, «doit développer sa Bourse», suggère M. Broché ajoutant que la «préparation de la Bourse pour prendre le relais de financement de l'investissement est rendu nécessaire par le besoin de mobiliser des financements en cas de baisse des recettes pétrolières du pays». Selon lui, «le plus important dans cette préparation est d'ouvrir le capital des entreprises publiques via la Bourse et laisser participer le public dans la reprise de leurs actions». Se disant convaincu de la réussite de ce plan, cet expert fait le constat amer que l'Algérie est classée au dernier rang dans le domaine de la Bourse comparée à ses voisins et ce «malgré ses revenus importants et un PIB par habitant très élevé». La présentation, jeudi par la Cosob, de la situation du marché financier algérien démontre une faiblesse du nombre d'entreprises introduites en Bourse, et aussi de celui des intervenants sur ce marché financier, de même qu'une complexité des formalités d'introduction. M. Broché rappelle qu'«une entreprise en Algérie doit attendre plusieurs mois pour se voir introduire en Bourse, alors que dans les pays voisins, le délai ne dépasse guère les deux semaines».
Pour sa part, M. Noureddine Smail, président de la Cosob, a rappelé que «plusieurs entreprises privées à capitaux étrangers ont formellement affiché leur intention de s'introduire à la Bourse d'Alger, mais ont manifesté leurs craintes par rapport à cette mesure». Il précisera que «le gouvernement connaissait globalement l'état des lieux de ce marché, mais avait besoin d'un regard externe et expert pour plus de détails et de précisions». Une façon de nous conforter davantage dans notre analyse, a-t-il précisé.Il faut noter que quatre grands experts internationaux en marchés boursiers, dont M. George Broché, prennent part, depuis le mois de septembre dernier, à l'élaboration de ce plan de modernisation et de développement du marché financier algérien. Le président de la Cosob a tenu à rappeler que le dispositif boursier fonctionne bien et ne souffre pas de défaillance de quelque nature que ce soit. Même les opérations réalisées sont réussies, que ce soit sur le marché primaire ou secondaire. Seulement, reconnaît-il, ce dispositif de démarrage «est dépassé par le temps et nécessite une révision, une modernisation et sa mise au service du développement». Actuellement, trois titres sont introduits à la Bourse d'Alger, à savoir l'hôtel El Aurassi, Saidal et Alliance Assurance. Il faut rappeler que l'essentiel du financement de l'économie provient des banques, du budget de l'Etat et en recourant aux avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR) alimenté par les recettes supplémentaires de pétrole.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.