Explosions de Beyrouth : des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Covid-19 : prolongement du confinement partiel à El-Kala dans la wilaya d'El-Tarf    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chardonneret «tiwawaty» et Tilapia agressif
Arret sur image
Publié dans La Tribune le 04 - 07 - 2012

Savez-vous, bandes de passereaux siffleurs, quel lien y aurait-il entre le chardonneret «tiwawaty», un tilapia agressif et Amar Ezzahi, oui, vous avez bien lu, Amar Ezzahi, le dernier canari du châabi encore en vie ? Le rapport entre le chardonneret chanteur en mode «tiwawaty», le tilapia, cette carpe exotique si prisée des aquariophiles algériens et le chanteur de «El Maqnine ezzine», c'est «ouedkniss.com». Un site de petites annonces où on y va comme à la pêche de gros ou à la chasse à l'oiseau rare. Mes aïeux, quel bonheur de redécouvrir ce site du bon-vivre et du mieux-être algériens, avec une manière de dire, typiquement algérienne ! Sur le virtuel Ouedkniss.com, c'est une autre Algérie, bien réelle, qui exhale des parfums exotiques. Sur Ouedkniss.com, et nulle part ailleurs, on trouve, outre l'automobile, le téléphone portable, le multimédia, le bric-à-brac du bricoleur, les arts de la table, la déco et l'ameublement, bien d'autres sources de bonheur pour le chineur. Des livres, parfois rares, des plantes, des oiseaux de toutes races, des poissons cichlides du Malawi, des chiens de bons pédigrées, des vaches laitières, des rapaces diurnes et nocturnes et des répulsifs pour serpents ! Des écureuils kabyles, peut-être de la Petite ou de la Grande, allez savoir. Des cochons d'Inde, des pigeons pour tous les goûts des colombiculteurs. Et, piment sur le couscous, des hamsters et des poissons d'aquariums, avec les accessoires nécessaires, les plantes décoratives et les produits de traitement de l'eau et de soins pour les espèces. Un sacré bazar Ouedkniss.com où l'ont peut acheter des matelas gonflables, des fast-foods ambulants et tout l'attirail de l'apiculteur, mais pas seulement. On peut même tomber sur une annonce renversante, d'une truculence équivoque. Comme celle, sous le nom de code «mssam3î», un homme ou même une femme, propose : «J'ai un homme qui peut tout ce que vous voudrez, mais il mange et dorme trop. Livraison à domicile. Merci. 20 000 DA négociables.» Traite négrière en 2012 ? Difficile de sonder le mystère de cette annonce pimentée, il est vrai, bien rare. Plus communes, mais encore plus savoureuses, sont les annonces propres au chardonneret qui fleurent bon le mélange de cumin, de curcuma, de carvi et de cannelle. «Al-Maqnine ezzine», magnifié par Khouya El Baz et sublimé par Amar Ezzahi. Le Carduelis carduelis, gracieux passereau au plumage bariolé, au masque rouge et au gazouillis fluide, avec variations et modulations de fréquences. Et là, mes amis, que de l'amour ! On convoque même la philosophie du châabi. Tel cet annonceur anonyme qui dit «j'ai un vieux maknin de Khémis Miliana, khéloui». Le khéloui, cette mystérieuse alchimie de l'extase du mélomane algérois, qui succombe à l'envoûtement du châabi comme on goûterait à la magie du tarab arabe. Et encore cet autre éleveur qui vous propose son «Maqnine très bienne». Et un autre, son «chardonneret en bon état» ; un troisième, son chardonneret au «chant super, très propre, sans faute», qui chante juste.
Ou encore un «chardonneret, chant mahboul» pour vous enchanter à la folie. Et un autre poète de vouloir vous vendre un «chardonneret cravaté» qui chante en modes «laglag tiwawaty», «gazret tiwawaty», «galoupe tiwawaty» et même un «tiwawaty foutisé», à vous foutre de la joie dans les oreilles et dans le cœur ! Puis, du chardonneret au canari. Et là, on siffle de plaisir avec un amateur qui veut céder «un mâle orange, très bon chanteur et coupleur sans pitié», mais dont «la femelle blanche n'est pas prête», sans que l'on sache pour autant si c'est pour le chant ou pour l'accouplement. Et tel autre propriétaire d'un canari satiné qui veut le vendre parce que «ébda iykhalatt fé éttssfar», manière poétique de dire que quand il chante, il s'emmêle les pinceaux ! Ensuite, d'un autre canari gloster corona de Médéa, qui «ne chante pas beaucoup, mais rahou djay». Traduire, un canari, apprenti-chanteur. Et, grain de beauté sur le bec du canari, le
«tilapia agressif». Celui-là, c'est un petit poisson riche en vitamines et en Oméga 3, qui vient notamment du Mozambique. Les Algériens l'aiment suffisamment pour le mettre dans un aquarium, plutôt que dans une poêle à frire, comme ailleurs en Afrique. Et ça, c'est du «tiwawaty foutisé», à l'algérienne.
N. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.