ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chardonneret «tiwawaty» et Tilapia agressif
Arret sur image
Publié dans La Tribune le 04 - 07 - 2012

Savez-vous, bandes de passereaux siffleurs, quel lien y aurait-il entre le chardonneret «tiwawaty», un tilapia agressif et Amar Ezzahi, oui, vous avez bien lu, Amar Ezzahi, le dernier canari du châabi encore en vie ? Le rapport entre le chardonneret chanteur en mode «tiwawaty», le tilapia, cette carpe exotique si prisée des aquariophiles algériens et le chanteur de «El Maqnine ezzine», c'est «ouedkniss.com». Un site de petites annonces où on y va comme à la pêche de gros ou à la chasse à l'oiseau rare. Mes aïeux, quel bonheur de redécouvrir ce site du bon-vivre et du mieux-être algériens, avec une manière de dire, typiquement algérienne ! Sur le virtuel Ouedkniss.com, c'est une autre Algérie, bien réelle, qui exhale des parfums exotiques. Sur Ouedkniss.com, et nulle part ailleurs, on trouve, outre l'automobile, le téléphone portable, le multimédia, le bric-à-brac du bricoleur, les arts de la table, la déco et l'ameublement, bien d'autres sources de bonheur pour le chineur. Des livres, parfois rares, des plantes, des oiseaux de toutes races, des poissons cichlides du Malawi, des chiens de bons pédigrées, des vaches laitières, des rapaces diurnes et nocturnes et des répulsifs pour serpents ! Des écureuils kabyles, peut-être de la Petite ou de la Grande, allez savoir. Des cochons d'Inde, des pigeons pour tous les goûts des colombiculteurs. Et, piment sur le couscous, des hamsters et des poissons d'aquariums, avec les accessoires nécessaires, les plantes décoratives et les produits de traitement de l'eau et de soins pour les espèces. Un sacré bazar Ouedkniss.com où l'ont peut acheter des matelas gonflables, des fast-foods ambulants et tout l'attirail de l'apiculteur, mais pas seulement. On peut même tomber sur une annonce renversante, d'une truculence équivoque. Comme celle, sous le nom de code «mssam3î», un homme ou même une femme, propose : «J'ai un homme qui peut tout ce que vous voudrez, mais il mange et dorme trop. Livraison à domicile. Merci. 20 000 DA négociables.» Traite négrière en 2012 ? Difficile de sonder le mystère de cette annonce pimentée, il est vrai, bien rare. Plus communes, mais encore plus savoureuses, sont les annonces propres au chardonneret qui fleurent bon le mélange de cumin, de curcuma, de carvi et de cannelle. «Al-Maqnine ezzine», magnifié par Khouya El Baz et sublimé par Amar Ezzahi. Le Carduelis carduelis, gracieux passereau au plumage bariolé, au masque rouge et au gazouillis fluide, avec variations et modulations de fréquences. Et là, mes amis, que de l'amour ! On convoque même la philosophie du châabi. Tel cet annonceur anonyme qui dit «j'ai un vieux maknin de Khémis Miliana, khéloui». Le khéloui, cette mystérieuse alchimie de l'extase du mélomane algérois, qui succombe à l'envoûtement du châabi comme on goûterait à la magie du tarab arabe. Et encore cet autre éleveur qui vous propose son «Maqnine très bienne». Et un autre, son «chardonneret en bon état» ; un troisième, son chardonneret au «chant super, très propre, sans faute», qui chante juste.
Ou encore un «chardonneret, chant mahboul» pour vous enchanter à la folie. Et un autre poète de vouloir vous vendre un «chardonneret cravaté» qui chante en modes «laglag tiwawaty», «gazret tiwawaty», «galoupe tiwawaty» et même un «tiwawaty foutisé», à vous foutre de la joie dans les oreilles et dans le cœur ! Puis, du chardonneret au canari. Et là, on siffle de plaisir avec un amateur qui veut céder «un mâle orange, très bon chanteur et coupleur sans pitié», mais dont «la femelle blanche n'est pas prête», sans que l'on sache pour autant si c'est pour le chant ou pour l'accouplement. Et tel autre propriétaire d'un canari satiné qui veut le vendre parce que «ébda iykhalatt fé éttssfar», manière poétique de dire que quand il chante, il s'emmêle les pinceaux ! Ensuite, d'un autre canari gloster corona de Médéa, qui «ne chante pas beaucoup, mais rahou djay». Traduire, un canari, apprenti-chanteur. Et, grain de beauté sur le bec du canari, le
«tilapia agressif». Celui-là, c'est un petit poisson riche en vitamines et en Oméga 3, qui vient notamment du Mozambique. Les Algériens l'aiment suffisamment pour le mettre dans un aquarium, plutôt que dans une poêle à frire, comme ailleurs en Afrique. Et ça, c'est du «tiwawaty foutisé», à l'algérienne.
N. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.