Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JSK : Boukhanchouche, deuxième libéré !
Publié dans Le Buteur le 22 - 11 - 2018

C'est fait, le milieu de terrain de la JSK, Salim Boukhanchouche, sera le deuxième joueur libéré de la JSK après Benaldjia, lors de la prochaine période des transferts d'hiver. Une décision prévisible au vu de ce qui s'est déroulé avec l'enfant de Merouana (Batna) depuis le début de la saison actuelle. Aujourd'hui, il semble que le joueur n'a plus le cœur à porter les couleurs de la formation kabyle, après tout ce qu'il a pu endurer avec son entraineur, ainsi que les dirigeants. Pour rappel, Boukhanchouche avait été traduit en conseil de discipline suite à ses coups de gueule avec son entraineur qui l'avait marginalisé pour son comportement jugé indécent. Une fois passé en conseil de discipline, le joueur s'est remis au travail avec ses camarades, mais lors du dernier match perdu à domicile face au champion sortant, le CSC, le joueur, qui avait été incorporé en deuxième mi-temps pour donner plus de mordant à son onze, a finalement été l'ombre de lui-même, ce qui avait mis son coach dans tous ses états. Dumas a par la suite enfoncé le joueur, allant jusqu'à dire qu'il avait regretté son incorporation, ce qui a dû faire très mal à l'ancien international.
La direction fixe son prix
Une fois le départ de Boukhanchouche confirmé, la direction du club est passée au volet transfert, sachant que son joueur est toujours lié au club par contrat. Du coup, les dirigeants de la JSK, à leur tête le président Chérif Mellal, ont fixé le prix du joueur et demandent la somme de 2 milliards à toutes les équipes qui veulent s'attacher ses services. En fait, le président Mellal et ses collaborateurs ne veulent plus entendre parler du joueur dans leur équipe, d'où leur souhait de le voir partir dans les plus brefs délais.
L'échange est aussi envisageable
Par ailleurs, et dans le cas où les équipes qui voudrait s'attacher les services de Boukhanchouche n'arrivent pas à payer la coquette somme de deux milliards pour avoir ses papiers, ces dernières peuvent effectuer des propositions d'échange à leur homologue de la JSK. C'est du moins ce que laisse entendre une source proche de la direction de la JSK, qui affirme que les portes ne sont pas fermées face aux formations qui veulent s'offrir le joueur.
Le CSC, la JSS et l'ESS sur ses traces
Quant aux formations qui ont déjà manifesté leur souhait de s'attacher les services de l'enfant de Merouana, celles-ci en majorité des clubs locaux à l'image du champion sortant, le CSC, de son vice-champion, la JSS, ainsi que le dernier demi-finaliste de la Ligue des champions, l'ESS. Selon des informations, des émissaires de ces trois formations auraient déjà pris contact avec Boukhanchouche pour connaitre ses intentions, et auraient aussi fait savoir à ce dernier que leurs clubs seraient très intéressés par ses services, mais le joueur, poursuit notre source, aurait envoyé ses émissaires à la direction de la JSK pour négocier ses papiers.
El Foujaira et le Club Africain le veulent aussi
Quant aux clubs étrangers qui veulent s'attacher les services du milieu de terrain de la JSK, il semble que deux d'entre eux seraient sur ses traces, dira une source proche du club kabyle. Il s'agirait d'El Foujaira des Emirats arabes unis, ainsi que le Club Africain de Tunisie. Ces deux richissimes formations, affirme notre interlocuteur, devraient envoyer des émissaires dans les jours à venir pour entamer les négociations avec leurs homologues de la JSK, en prévision d'un éventuel recrutement cet hiver.
Il ne s'est pas entrainé hier matin
Outre le départ de Salim Boukhanchouche de la JSK cet hiver, les dernières nouvelles de ce joueur ne semblent pas très bonnes, puisqu'après sa mésaventure lors du dernier match face au CSC, avec son entraineur qui avait tiré à boulets rouges sur son joueur, ce dernier ne s'est pas présenté à la séance d'entrainement d'hier, à cause des déclarations de son entraineur. Le joueur nous, dit-on, n'aurait pas du tout apprécié, estimant que son entraineur l'aurait jeté en pâture aux supporters, après le match face au CSC. Du coup, et suite à cette absence, l'entraineur des Jaune et Vert a retiré le nom de son joueur de la liste des 18 devant se déplacer à Bordj pour affronter le CABBA.

«Je suis indésirable du côté de Dumas»
D'abord, confirmez-vous votre départ ?
Sans détour, oui. J'en ai même fait part à Aït Tahar qui a transmis mon vœu de quitter le club et changer d'air dès maintenant. Je suis arrivé à bout de mes forces mentales et je ne suis plus à l'aise ici. Je n'ai plus le moral pour continuer l'aventure à la JSK. Ça y est, je n'en peux plus. Dommage.
Mais qu'est-ce qui vous a poussé à prendre une telle décision ?
Pour la simple raison, je suis indésirable. Bien précisément du côté du coach Dumas qui continue à me marginaliser. Sinon, je n'ai aucun problème avec qui que ce soit à la JSK. J'entretiens d'excellentes relations avec tout le monde et Mellal voulait bien me dissuader à changer d'avis. Donc, c'est Dumas mon unique problème.
Peut-on dire que votre statut ne vous arrange plus ?
Je ne suis pas un grand joueur, mais mon niveau et mon modeste statut d'international me permettent d'avoir un meilleur statut. Je ne demande pas à être titulaire en force et contre la volonté de tout le monde, mais je n'ai pas 20 ans pour patienter encore et attendre ma chance. En plus, je suis revêche et je n'accepte pas mon statut. Quand je suis sur le terrain, je mouille mon maillot et je n'accepte pas la défaite. En conclusion, les circonstances actuelles m'ont poussé à prendre cette irrévocable décision.
Et quelle sera votre future destination ?
Pour le moment, je n'ai aucune destination et ce n'est pas moi qui décide de mon sort. Mon destin n'est pas entre mes mains. Seul le président peut me libérer et je compte beaucoup sur lui pour me faciliter la tâche.
On dit que vous êtes proche du MOB, surtout avec les relations excellentes qui existent entre les deux clubs…
Effectivement, il y a une touche sérieuse mais je ne peux rien avancer. Je ne suis pas le maître de mon destin et je compte, avant tout, sur le président du club. Mellal est un homme et il trouvera certainement une solution qui facilitera mon départ. Je veux ajouter une chose.
Allez-y…
Je remercie tous ceux qui m'ont soutenu et particulièrement les supporters kabyles. Je n'oublierais pas de sitôt les fans de la JSK et ce grand club. J'ai passé des moments inoubliables à Tizi-Ouzou et je souhaite à l'équipe tout le bonheur du monde. Je pars la conscience tranquille car j'ai laissé l'équipe à la deuxième place.

Mellal «Boukhanchouche est un grand joueur, j'aurais voulu le garder, mais Dumas en a décidé autrement»
Avec du recul, comment analysez-vous la défaite concédée lundi face au CSC ?
Cette défaite, nous l'avons déjà oubliée. On ne s'attendait pas à perdre ce match, étant donné que nous l'avons bien préparé. Malheureusement, il y a eu des circonstances dans ce match, comme l'erreur du gardien et d'autres qui nous ont pénalisés. Le CSC a mérité sa victoire, même si je dois dire que l'arbitre nous a privés d'un penalty valable. Je n'ai pas pour habitude de parler de l'arbitrage, mais sachez que nous allons faire un rapport sur l'arbitre. La défaite fut amère, mais les joueurs doivent désormais se ressaisir et ramener un bon résultat de Bordj Bou-Arréridj.
Face au CABBA, la JSK jouera avec beaucoup d'absents. Est-ce un problème ?
Non. On a 22 joueurs. Les suspendus, les blessés, ça fait partie du football. On a un jeune effectif et il y a des joueurs qui attendent leur chance. A eux de prouver désormais qu'ils méritent de jouer.
Boukhanchouche a confié qu'il ne voulait plus jouer pour la JSK, puisqu'il ne se sent plus à l'aise. Votre commentaire ?
Oui, le joueur s'est adressé à Aït Tahar puis m'a appelé. On va discuter avec lui et trouver une solution. Soit on le prête, soit on le transfère définitivement. En tout cas, l'équipe qui le veut n'a qu'à nous contacter.
Le joueur a eu pourtant droit à plusieurs chances, mais il n'a jamais pu revenir à son meilleur niveau…
Boukhanchouche est un grand joueur. Il est pétri de qualités. Après des passages à vide, ça arrive. Je pense qu'il va revenir en force. C'est quelqu'un qui travaille dur et est discipliné. En tant que président, j'aurais aimé qu'on lui donne une nouvelle chance et qu'on le garde parmi nous, mais comme le coach a refusé, on n'a pas d'autre choix que d'accepter sa décision, puisqu'il a carte blanche.
Comment allez-vous faire avec le joueur ?
Le MOB nous a contactés pour lui. On verra avec nos amis du MOB si le joueur voudra aller jouer là-bas.
Le mercato va s'ouvrir bientôt. La JSK envisage-t-elle de recruter ?
Oui, sans doute. On a eu deux départs (Benaldjia et Boukhanchouche). On doit les remplacer. On recrutera deux à trois joueurs maximum. Il y a eu des jeunes joueurs qui ont été promis aussi.
Vous avez été déçu par la réaction de certaines personnes qui ont tenté de créer des incidents dans les tribunes…
Oui, c'est inadmissible cela ! Ce sont quelques personnes que nous avons signalé à la police. Sachez que lors du prochain match, avec tous les membres de la direction, nous allons nous mettre dans les tribunes et rester auprès de nos supporters. On veut assurer leur sécurité.
Le stage de préparation hivernal se tiendra au Maroc. Pourquoi ce choix ?
Les conditions de travail là-bas vont nous aider à faire une bonne préparation. On a aussi assuré un match amical face au FUS de Rabat. On avait trois ou quatre possibilités mais on a opté pour le Maroc.
Ça avance comment les travaux du centre de formation ?
Les travaux ont débuté. Les grosses machines vont être là-bas à partir de la semaine prochaine. D'ici six mois, le terrain sera prêt.
Vous étiez convié aux Ouadhias où un accueil chaleureux vous a été réservé…
Cet accueil est tout simplement exceptionnel. J'ai bien apprécié, surtout que notre visite intervient après une défaite à domicile. Les gens de Cheurfa nous ont encouragés à continuer notre projet. Ils sont fiers de la JSK de cette saison. Ça motive à travailler davantage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.