Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un album qui explore les textes de Yacine père
Amazigh Kateb signe " Marchez noir "
Publié dans Le Maghreb le 14 - 11 - 2009


Çà y est c'est fait ! très visible sur scène depuis mars, Amazigh Kateb a fait ce qu'il a dit. Son album qui cogitait au studio est enfin dans les bacs depuis le 17 octobre dernier et s'intitule, " Marchez noir ". Il y tenait à cette date qui rappelez-vous est sombrement historique : la police de Maurice Papon avait jeté des algériens à la scéne suite à une manif pacifique contre le couvre-feu instauré pour les algériens. C'est le 17 octobre 1960. Ce premier opus solo, autoproduit, est disponible en particulier sur les dates de concerts et sur le site web de l'artiste. "C'est un retour à ma liberté et à mon histoire personnelle", confie Amazigh Kateb pour expliquer la fin de l'aventure à succès de Gnawa Diffusion, un groupe créé en 1989 à Grenoble et emmené par lui. Pour Amazigh Kateb, Marchez noir est "une insomnie en forme de manifeste : un manifeste pour l'amour, la révolution, le rire, la danse, la sueur et la résistance. Il correspond à un besoin de faire le bilan humain et artistique de vingt ans d'exil et de deuil, de route et de scène, de solitude et de collectif", avec des compagnons de voyage qui s'appellent Mohamed Abdennour (mandole, banjo et guitare), Amar Chaoui (percussion), Mehdi Ziuouech (synthé), DJ Boulaone (scratch) et Samuel Flament alias Kweezy Doctor. Marchez noir, c'est surtout "une grande variété de sonorités ethniques, mises en relief et en valeur par des sons modernes" dans une célébration qui convoque "de la chanson chaâbie au raï, en passant par le gnawi, le ragga, le reggae, le rock, l'électro ou le hip hop..." Sur les douze titres de ce nouvel album, "Bonjour" et "L'Africain" sont des textes de jeunesse du père, Kateb Yacine, disparu il y a vingt ans. Du célèbre écrivain, "parti trop tôt", le fils dit aussi, "Je ne rêve plus de mon père. Il est debout à mes côtés". Précisant sa pensée lorsqu'il déclare, "je me reconnais dans l'insoumission de mon père, et je sais que je la porte volontiers", Amazigh rappelle cependant qu'il s'agit bien d'un album personnel. Après la dissolution de son groupe Gnawa diffusion, Amazigh Kateb a cuisiné pratiquement seul sa musique mais avec une nouveauté cette fois-ci, celle de travailler pour la première fois sur les textes de son père. Le chanteur avoue que c'était une entreprise difficile, puisqu'il lui a fallu vingt années pour se décider à " charcuter, à violenter quelques poèmes de l'écrivain, pour en prendre ce dont il avait besoin " dira -il. Ce triste anniversaire est rappelé par la voix et le verbe de Kateb Amazigh dans un nouvel album. Après une longue absence, Amazigh Kateb, le chanteur gnawi, parcourt les scènes de France avec, dans son goumbri, ses anciennes chansons, mais aussi du neuf. Amazigh Kateb s'est produit le 20 août dernier en cours au festival Rio Loco de Toulouse, avec pour thème cette année le Maghreb central. Notre star de la musique gnawie y a rencontré plusieurs autres figures de proue de la chanson maghrébine, dont Hasna El-Becharia, Idir, Najat Aatabou, Biyouna, Djamel Laroussi, Belkacem Bouteldja et tant d'autres. Le sulfureux ex-leader du groupe "Gnawa Diffusion", après sa séparation avec la formation la plus glamour de la planète sud, Amazigh a passé une année à traîner la savate un peu partout, histoire de changer d'air (de musique), de faire des rencontres, batifoler entre l'Afrique, l'Europe et l'Amérique latine pour en récolter le pollen de ses chansons. Voilà qu'il revient aujourd'hui avec un nouvel album : Bush méte (Bush est mort), son tout dernier titre, autoproduit cette fois et téléchargeable gratuitement sur son site Internet. Une chanson célébrant la fin d'un prédateur et la naissance, pour ainsi dire, d'un nouvel Amazigh. Mais la "mort" de Bush n'était qu'un prologue à son nouvel album solo.Quelques extraits de ce travail ont été entendus à Alger à l'occasion du Panaf où le chanteur était invité à animer entre autres la soirée d'ouverture et quelques concerts ici et là et notamment à Tizi Ouzou. Il était très content d'ailleurs Amazigh Kateb de devoir chanter pour la première fois dans cette ville frondeuse avec laquelle il entretient un rapport comme de paternité qui est celui de la révolte. Selon Amazigh Kateb, ce nouvel opus parle d'Algérie et d'amour. Amazigh Kateb qui est devenu depuis une année cet électron libre du champ lyrique a travaillé durant plus de 14 ans aux côtés des membres de Gnawa diffusion, explorant ainsi les richesses musicales de l'Afrique du Nord et proposant des textes aussi bien en arabe, en français qu'en anglais. Au tableau de " l'état civil ", il avait 14 ans d'âge, mais seulement dix années de carrière discographique. Un parcours rythmé par des centaines de concerts dans les arènes du monde, pas moins de trois disques en studio, un album live en Algérie et quelque 500 concerts. Dans son répertoire, l'ex-groupe franco-algérois oscille entre chants traditionnels, sentimentaux, militants et festifs. Avec une satire subtilement dosée, et un humour corrosif, Gnawa diffusion vilipende sans ambages les maux de ce monde, et ceux qui les instrumentalisent. Rachida Couri

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.