Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le lait en sachet de plus en plus rare : La pénurie sévit
Publié dans Le Maghreb le 06 - 07 - 2014

À Alger, la pénurie du lait en sachet ressurgit au grand dam des citoyens. En effet, dans les différentes communes de la Capitale, les habitants souffrent le martyre à cause de la rareté du lait en sachet depuis plusieurs jours. La livraison ne se fait que deux fois par semaine. Les quantités distribuées sont réduites de moitié et les commerces sont souvent pris d'assaut, en ce mois sacré, et ce, en dépit des multiples promesses des responsables.
Le ministère du Commerce et celui de l'Agriculture, chargés de résoudre le problème, ne savent plus sur quel pied danser. Il faudrait juste faire une petite virée dans quelques quartiers de la capitale pour se rendre compte que le citoyen est livré à lui-même. 8h du matin, dans l'un des quartiers populaires de la Capitale, le lait en sachet a déserté les magasins. En effet, les habitants ont beau parcourir les épiceries pour essayer de s'approvisionner de cette denrée alimentaire, mais en vain. D'innombrables foules s'amassent devant les épiceries dans l'espoir d'acquérir un sachet de lait, au plus deux. Dans certaines régions du pays, des témoignages renseignent sur l'acuité de la pénurie.
Des pères de famille ouvrent le bal de la chaîne humaine devant le commerçant très tôt le matin, ceux parmi eux qui ont des familles nombreuses n'hésitent pas à impliquer leurs petits-enfants, les réveillant tôt pour tromper la vigilance de l'épicier qui distribue, par souci de servir tous ses clients, les quantités de lait en sachet de façon équitable, à savoir deux sachets au maximum par personne.
Sachant qu'une boîte de lait en poudre qui se vend à 270 DA et qui équivaut à 3 sachets de lait pour un prix de 75 DA - à raison de 25 DA le sachet -, on comprend l'inquiétude du consommateur quand le lait en sachet vient à manquer. En effet, en achetant 3 sachets de lait il économise 195 DA. Ainsi, son interrogation quant à l'arrêt momentané du travail des unités de transformation observé ces derniers jours n'est-elle pas légitime ? On se pose la question s'il ne s'agit pas là d'un prélude à une nouvelle crise ?
La perturbation du marché de lait en sachet n'est pas due au manque de la matière première, ni à un problème de distribution, affirment les professionnels de la filière lait, qui avancent d'autres raisons liées essentiellement à une perturbation dans la production de L'Onalait de Birkhadem. L'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) a imputé, il y a quelques jours, la perturbation de la distribution du lait en sachet qui perdure depuis quelques mois, et qui a touché la capitale, à la baisse de la production par le groupe laitier public Giplait.
Pour rappel, le groupe GIPLAIT a augmenté sa production de lait conditionné en sachet de 20%, soit 500.000 litres de plus, pour répondre à la demande croissante de ce produit lors du mois de Ramadhan. Mais cette décision a été vaine, vu que le consommateur algérien ne sait à quel saint se vouer.
Certes la hausse de la demande sur le lait pasteurisé conditionné en sachet au prix de 25 DA a été constatée à hauteur de 20% une semaine avant le début du Ramadhan ce qui a conduit le groupe à prendre les dispositions nécessaires pour augmenter la production dans la même proportion. Mais hélas, au grand dam des citoyens, l'Etat n'a jamais pu contenir le problème durant le mois sacré, il faut dire que le scénario se reproduit à chaque année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.