Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Batna : La célébration de Leïlat El Qadr, entre ferveur religieuse et traditions d'antan
Publié dans Le Maghreb le 15 - 07 - 2015

Leïlet El Qadr, ou la nuit du Destin, célébrée la veille du 27ème jour du Ramadhan, plonge les familles des campagnes des Aurès dans une atmosphère baignant tout à la fois dans la ferveur religieuse et les traditions d'antan que la vie moderne ne réussit pas à faire oublier.
La réunion de la grande famille ou comme on l'appelle Ellema demeure, par exemple, incontournable pour les enfants mariés qui se réunissent, durant cette nuit, dans la maison de leurs parents pour un f'tour commun que leurs épouses préparent sous la direction de la grand-mère de leurs enfants.
Chacune des belles-filles se charge d'une tâche spécifique lors de ce repas collectif, affirme Zarfa Saâdna, une nonagénaire résidant sur les hauteurs de la localité d'Arris. La vieille femme fait remarquer que les besognes ménagères sont aujourd'hui "bien plus aisées" que de son temps où le fait d'acheminer de l'eau potable depuis la source pouvait prendre plusieurs heures.
Cette réunion familiale est souvent accompagnée de la Nefka qui consiste à immoler un mouton ou un chevreau bien portant, le matin du 26ème jour du ramadhan. Une partie de la viande est alors donnée aux pauvres et aux démunis parmi les proches et les voisins.
Selon le vieux Lembarek Kechi, de Tigharghar, la tradition de la Nefka, aujourd'hui de plus en plus rare, "revenait toujours lors des grandes occasions et parfois même en dehors de toute circonstance précise parce qu'à mon époque il n'existait point de bouchers".
Durant la nuit du Destin, le couscous, la chekhchoukha et le R'fis Ziraoui retrouvent leur rang de "mets rois" sur la table du f'tour, affirme de son côté Hadja Khemoussa Malki, de la localité montagneuse et reculée d'Ichemoul. "Mes cinq fils, leurs épouses et leurs enfants sont alors réunis dans une grande fête conviviale", affirme la vielle femme.

La circoncision, l'autre tradition forte
Les familles se plaisent à circoncire les garçonnets durant cette nuit "bénie et joyeuse", affirme, pour sa part, Mehani Boultif, qui vit à Chenaoura, près de T'kout. Elle assure saisir cette occasion, avec son mari, pour organiser une grande réunion familiale pour circoncire leurs petits-fils en prenant en charge "toutes le dépenses nécessaires". La circoncision durant la nuit du destin est "singulière par la force de la spiritualité du mois sacré et la ferveur des traditions sociales", note de son côté Fatma Degha qui souligne l'importance du rite du henné sur la main du garçon à exciser qui s'accomplit dans une ambiance enthousiaste au milieu des youyous, des salves de baroud et des chants "sraoui" des grands-mères. Il arrive parfois que certaines grands-mères surprennent agréablement les leurs par de vieilles pratiques telles qu'Akdhih qui, explique Hamzaoui Saliha, de Chir, n'est autre qu'un petit couffin tressé en alfa et joliment décoré de bandes de tissu bariolées que l'on place à côté du garçon à circoncire pour y déposer les cadeaux de manière à le distraire et éviter qu'il ne bouge trop pendantl'opération de circoncision. Du côté des vallées d'Oued Abdi et d'Oued Labiodh, l'on recourt en pareilles cérémonies au "Bendou", un minuscule arbuste placé dans un pot et sur les branches duquel l'on accroche des fruits et les cadeaux offerts à l'enfant circoncis. Dans nombre de mosquées et dans certaines demeures, la nuit du Destin est une occasion pour clore Khatm la lecture du Saint Coran, entamée au premier jour du mois sacré. C'est dire qu'à côté des traditions héritées des anciens, le monde rural en pays chaoui n'oublie pas que Leïlat El Qadr, c'est d'abord et avant tout la nuit de l'invocation de Dieu et de son Prophète, la nuit de la spiritualité et du recueillement, la nuit de l'événement sublime : la révélation du Coran. Chafik B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.