Tottenham : Un international portugais pour remplacer Eriksen ?    Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon la presse Négociations commerciales secrètes entre la Chine et les USA
Publié dans Le Maghreb le 27 - 03 - 2018

La Chine et les Etats-Unis ont engagé des négociations en coulisse pour améliorer l'accès des entreprises américaines au marché intérieur chinois, rapporte dimanche le Wall Street Journal.
Ces discussions interviennent après des jours de tensions ayant avivé le spectre d'une guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales.
Elles portent sur différents secteurs dont l'industrie manufacturière et les services financiers, affirme le quotidien des milieux d'affaires américains citant des sources anonymes. Elles sont menées par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le représentant au Commerce Robert Lighthizer côté américain et par Liu He, le "tsar" de l'économie en Chine. MM. Mnuchin et Lighthizer ont envoyé une lettre la semaine dernière à M. Liu dans laquelle ils demandent à Pékin de réduire les taxes imposées aux voitures américaines, d'acheter davantage des semi-conducteurs américains et de permettre un grand accès du secteur financier chinois aux entreprises américaines. M. Mnuchin envisage par ailleurs d'effectuer un voyage à Pékin pour mener à bien ces négociations, affirme encore le Wall Street Journal. "Je suis prudemment optimiste sur la possibilité d'un accord, mais si nous n'y parvenions pas, nous allons appliquer les taxes", a affirmé dimanche M. Mnuchin, sur la chaîne Fox News. Donald Trump a annoncé jeudi dernier que les Etats-Unis imposeraient de nouvelles taxes sur quelque 60 milliards de dollars d'importations chinoises, une nouvelle qui a secoué les marchés financiers. Dès le lendemain, la Chine a répliqué en dévoilant une liste de 128 produits sur lesquels elle appliquera des droits des douanes de 15% à 25% en cas d'échec des négociations entre les deux pays. Au total, ces nouvelles taxes pourraient porter sur 3 milliards de dollars d'importations chinoises.

Séoul accepte des concessions
Séoul a reconnu lundi avoir accepté de réduire de 30% ses exportations d'acier vers les Etats-Unis ainsi que la prorogation de taxes américaines sur ses pick-ups pour obtenir la révision d'un traité de libre-échange avec Washington et échapper aux taxes américaines sur l'acier. La Corée du Sud et les Etats-Unis sont des alliés menacés tous deux par une Corée du Nord dotée de l'arme nucléaire. Mais depuis son arrivée au pouvoir, le président américain Donal Trump n'a eu de cesse de menacer de jeter aux orties un accord de libre-échange conclu en 2012 avec Séoul. L'administration Trump a décidé en juillet de renégocier ce traité appelé KORUS. La semaine dernière, Washington a décidé d'imposer des taxes sur les importations d'acier en provenance de multiples pays, y compris la Chine, réveillant le spectre d'une guerre commerciale. Après des semaines de négociation, les deux parties sont parvenues à un accord "de principe" sur une révision de leur traité de libre-échange (FTA) et les taxes sur l'acier, a annoncé le ministre sud-coréen du Commerce Kim Hyon-chong.
L'économie sud-coréenne est fortement dépendante du commerce extérieur et les Etats-Unis sont leur deuxième partenaire.
Selon la nouvelle mouture du FTA, Séoul va davantage ouvrir son marché automobile aux constructeurs américains, et accepte de prolonger de 20 ans, jusqu'à 2041, des taxes américaines de 25% sur les pick-ups (véhicules à plateforme arrière).
S'agissant de l'acier, Séoul accepte un quota annuel d'exportations vers les Etats-Unis de 2,68 millions de tonnes, soit 70% de la moyenne de ses exportations annuelles sur les trois dernières années. En deçà de ce seuil, l'acier sud-coréen sera exempté des taxes américaines. Au-delà, les exportations sud-coréennes seront pénalisées, a ajouté le ministre. Les négociations furent "féroces" mais "en tant que négociateur, je peux dire que je ne me suis pas senti en position d'infériorité", a-t-il affirmé. Ce n'est pas l'avis du professeur Heo Yoon, spécialiste du commerce international à l'Université Sogang.

Fourches caudines
"Les Etats-Unis ont obtenu ce qu'ils voulaient. L'administration Trump avait besoin d'un résultat pour le montrer à ses partisans", a-t-il dit, prévenant qu'à l'avenir, Washington pourrait "imposer des taxes sur les semi-conducteurs", une exportation cruciale pour Séoul. "Je ne sais pas si nous avons encore une monnaie d'échange pour résister aux pressions des Etats-Unis", a ajouté M. Heo. Le président américain dénonçait de longue date un accord "horrible" et "tueur d'emplois", arguant qu'il était déséquilibré, le déficit commercial américain avec Séoul étant monté en flèche. M. Kim a précisé que le nombre de véhicules américains pouvant être importés en Corée du Sud sans avoir à passer sous les fourches caudines des règles de sécurité sud-coréennes sera doublé à 50.000. Les trois grands constructeurs américains, General Motors, Chrysler et Ford, ont exporté chacun moins de 10.000 véhicules en Corée du Sud en 2017, a-t-il dit, laissant entendre que la situation n'allait guère évoluer. A part l'exemption des taxes sur l'acier dans le cadre du quota déterminé, le ministre n'a pas identifié d'autre concession de Washington. Séoul a pu défendre sa "ligne rouge" en matière de produits agricoles et conserver certaines exemptions déjà en vigueur, a-t-il dit. Le ministre a toutefois dit s'attendre à de nouvelles turbulences commerciales avec Washington. "Il y a toujours des risques dans les échanges", a déclaré M. Kim. "Je crois que le président Trump aura deux mandats et qu'il restera huit ans à la Maison Blanche. A mon avis, il y a aura des risques pendant cette période". Les deux parties doivent se retrouver prochainement pour mettre la dernière main à l'accord révisé. La Corée du Sud figure parmi les sept partenaires exemptés temporairement des taxes imposées depuis vendredi par les Etats-Unis sur les importations d'acier et qui visent en premier lieu la Chine. D'après le département américain du Commerce, le déficit américain avec la Corée du Sud est passé de 7,7 milliards de dollars en 2012 à 18,6 milliards en 2015, avant de reculer à 10,3 milliards en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.