L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    FAF - Frais d'engagement des clubs: Délai prolongé jusqu'au 31 décembre    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Africa investment forum: La BAD appelle les opérateurs algériens à adhérer à son initiative
Publié dans Le Maghreb le 27 - 09 - 2018

La Banque africaine de développement (BAD) a appelé mardi à Alger les opérateurs économiques algériens à adhérer à sa nouvelle initiative de promotion des investissements en Afrique.
Baptisé "Africa investment forum" (AIF), ce projet vise à identifier les projets d'investissement en Afrique, à les assister et à assurer leur financement.
"L'AIF est le premier marché de l'investissement en Afrique, destiné à combler le déficit du continent en matière de mécanismes de financement. Les opérateurs algériens sont appelés à prendre part à cette action et à saisir les opportunités qu'elle présente", a indiqué le directeur général de la BAD chargé de la région Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, lors d'une réunion de présentation de cette initiative, en présence de chefs d'entreprises algériens et de représentants d'institutions publiques.
L'objectif de l'AIF est de "réduire l'écart entre les besoins énormes en investissements en Afrique et l'offre en matière de financements" en proposant tout type de financements provenant des différents bailleurs de fonds internationaux ainsi que le secteur privé africain, a-t-il soutenu. Selon les estimations de la BAD, les besoins de financements en Afrique avoisinent les 170 milliards de dollars annuellement pour suivre le rythme de la croissance démographique sur le continent.
Cependant, la valeur des investissements consentis réellement est "très en-deçà" des besoins du continent, ce qui impose la nécessité de créer un mécanisme qui oriente les capitaux vers les nombreuses opportunités de développement en Afrique, a-t-il signalé.
Dans ce cadre, la BAD se chargera de tout le processus d'indentification, de maturation et d'amélioration des projets de développement dans les pays d'Afrique et de réunir les institutions de financements nécessaires pour leur concrétisation, a fait savoir M. El Azizi.
Les projets retenus sont ceux destinés à "alimenter l'Afrique en énergie, la nourrir, l'industrialiser, l'intégrer et à améliorer la qualité de vie des populations africaines", a avancé le représentant de cette institution financière régionale.
Cette initiative stimulera, par conséquent, l'investissement dans des secteurs d'intérêt stratégique, tout en renforçant la coopération avec le secteur privé africain. L'AIF se veut donc une "plateforme multipartite et pluridisciplinaire" qui a vocation à faire progresser les projets et les rendre "bancables", ainsi qu'à accélérer le bouclage financier des transactions conclues.
En incitant les opérateurs des différents pays d'Afrique à préparer des projets qu'ils pourront présenter à de potentiels investisseurs, la BAD compte bâtir une large réserve de projets capables d'améliorer la visibilité concernant le marché africain qui recèle d'importantes opportunités, a noté M. El Azizi.
Sekon lui, le portefeuille des projets définis par la BAD en Afrique du Nord dépasse actuellement les 16 milliards de dollars.
Pour ce faire, cette banque envisage de recruter prochainement une soixantaine d'experts chargés des questions des investissements afin d'accompagner les promoteurs de projets.
De son côté, un autre responsable de la BAD, Achraf Tarsim, a souligné que l'AIF "fait le matching entre des projets maturés et bien préparés, d'une part, et des investisseurs intéressés par l'Afrique grâce notamment aux mécanismes de réduction de risques et d'amélioration du climat des affaires". A cet égard, il a avancé que la BAD va créer une plateforme intercontinentale de co-garantie, en collaboration avec des institutions de financement internationales telles que la Banque islamique de développement (BID) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).
Cette réunion d'Alger est la quatrième étape d'un road show régional qui a déjà conduit la délégation de la BAD à Tunis, Casablanca et au Caire afin de promouvoir l'AIF qui tiendra sa première édition du 7 au 9 novembre 2018 à Johannesburg (Afrique du Sud).
Pour rappel, l'Algérie est l'un des membres fondateurs de la BAD qui avait été créée en 1964.
Détenant 4,2% des actions de cette banque, l`Algérie en est le 4ème actionnaire parmi les pays africains et le 7ème dans le classement général des pays membres.
Actuellement, le partenariat Algérie-BAD est essentiellement axé sur les travaux analytiques et le renforcement des capacités.
Cette banque régionale compte 81 pays membres formés de 54 pays africains et de 27 pays européens, sud et nord-américains et asiatiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.