2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses
Publié dans Le Maghreb le 12 - 11 - 2018

La banque centrale américaine (Fed) a maintenu ses taux d'intérêt en l'état mais elle continue d'affirmer qu'elle va les relever progressivement à l'avenir vu la vigueur de la première économie mondiale, a-t-elle indiqué, jeudi dans un communiqué, à l'issue d'une réunion monétaire.

Comme s'y attendaient les marchés deux jours après les élections de mi-mandat américaines, le Comité monétaire de la Fed (FOMC) a laissé jeudi inchangés les taux au jour le jour, qui influencent tous les types de crédits aux Etats-Unis.
Ils se situent dans la fourchette de 2% à 2,25%. Mais la Réserve fédérale a répété que "d'autres hausses graduelles" seront appropriées pour accompagner "une expansion économique durable".
Cela devrait conforter les marchés dans l'idée qu'une quatrième hausse d'un quart de point de pourcentage (0,25%) du coût de l'argent pour 2018 se profile lors du prochain rendez-vous monétaire du 19 décembre, alors que l'économie américaine connaît une croissance dynamique, dopée par un massif stimulus budgétaire.
"Pas de surprise dans le communiqué de la Fed. Il n'y a pas eu de changement de politique monétaire mais le FOMC a signalé une hausse probable en décembre", a commenté Chris Low, économiste pour FTN Financial.
Soutenue par les coupes d'impôts de l'administration Trump l'expansion américaine a progressé de 3,5% au 3e trimestre en rythme annuel, après 4,2% au 2e trimestre, un rythme accéléré par rapport à la moyenne des 2,1% annuels poussivement obtenus pendant les neuf années de reprise.
Mais la Fed veut éviter une surchauffe et le risque d'une résurgence de l'inflation alors que, pour la première fois en presque dix ans, l'augmentation des rémunérations des Américains a atteint 3,1% sur un an en octobre. La logique économique prescrit que les hausses de salaire nourrissent celles des prix.
L'inflation pour l'instant n'est que de 2%, pile sur la cible que la Fed estime idéale pour l'économie. Jeudi le FOMC, dans son communiqué, n'a pas causé de surprise, reprenant quasiment les mots utilisés en septembre pour qualifier une activité économique "forte", des gains d'emplois "solides" et des dépenses des ménages "en robuste augmentation". Il mentionne la baisse du taux de chômage qui, en septembre, est tombé à 3,7% - un niveau confirmé en octobre -, le plus bas en presque 50 ans.
La Fed continue d'apprécier les risques que courent l'expansion économique comme "équilibrés" et surveille "les développements financiers et internationaux". Des pays émergents ont vu leurs devises dévisser cet automne à la suite d'un raffermissement du dollar et la Bourse américaine a été fortement chahutée en octobre avant les élections de mi-mandat, qui ont abouti à un résultat en demi-teinte. Le parti républicain de Donald Trump a renforcé sa domination au Sénat mais perdu le contrôle de la Chambre des représentants.
Un bémol: moins d'investissements des entreprises
Toutefois, bémol que les acteurs financiers sur les marchés ne vont pas manquer de noter, la banque centrale signale que les investissements des entreprises ont marqué le pas après leur augmentation rapide en début d'année. Ce diagnostic pourrait laisser entendre que les risques de surchauffe se dissipent pour l'année prochaine, ce qui pourrait conduire à moins de hausses de taux que ne l'anticipe pour l'instant la banque centrale. En septembre, ses prévisions moyennes tablaient sur trois hausses d'un quart de point de pourcentage en 2019 mais, d'après le compte-rendu de la dernière réunion monétaire, au moins deux membres du FOMC doutaient déjà de la nécessité de donner autant de tours de vis monétaires.
Tous les économistes, Fed et FMI compris, prévoient que la croissance américaine, qui devrait atteindre, voire dépasser, les 3% cette année, va ralentir l'année prochaine une fois que le stimulus des réductions d'impôt va s'estomper.
La Fed prévoit 2,5% d'expansion en 2019. L'administration Trump est plus optimiste, son ministre des finances, Steven Mnuchin, ayant encore assuré fin septembre que l'expansion se poursuivrait sur un rythme "supérieur à 3%".
Cette réunion monétaire de jeudi était la dernière sans conférence de presse du président de la Fed, Jerome Powell, qui, à partir de l'année prochaine, s'expliquera devant les médias après chaque rendez-vous monétaire, une façon pour la banque centrale d'être plus flexible dans ses décisions sur les taux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.