Le ras-le-bol    Allez-y tout doucement Messieurs !    Exportation: Les aveux du président de l'ANEXAL    Internet: Le très haut débit arrive    L'Europe sommée de faire allégeance à Trump    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    MC Alger: Des ratages à tous les niveaux    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    Bouira: Deux hommes se tuent en parapente    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    Le NC Magra résiste au RC Relizane    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Tunisie - Algérie 1-1 en amical    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    Djalleb promet plus de facilitations pour les jeunes    Certaines revendications des syndicats ne relèvent pas des compétences du ministère    Bordj-Menaiel expose ses problèmes    L'auteur du crime de Bendaoued placé en détention préventive    Réformes politiques et économiques    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Un plan d'aménagement urbain en phase de maturation    Tartit, le désert au féminin pluriel    Ou l'histoire d'un amour impossible    Soirée targuie avec Tikoubaouine    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Un terroriste arrêté à Alger    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Oran a son orchestre symphonique    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "
Publié dans Le Maghreb le 10 - 12 - 2018


Par A. Zitouni.
Réflexions organiques et politiques sur le devenir du FLN, le maintien de son statut de première formation politique du pays, sa rénovation à travers la tenue d'un congrès extraordinaire ont été confiés par le président de la République, président du FLN à M. Mouad Bouchareb l'actuel président de l'APN, désigné en tant que coordinateur de l'instance dirigeante du Front de Libération Nationale (FLN). M. Bouchareb dès son installation avait annoncé la couleur de sa feuille de route à savoir sa volonté et sa détermination à rénover le parti, affirmant que " tous les enfants du parti sont les bienvenus sans exclusion aucune ni marginalisation ".
D'où déjà le lancement d'une série de rencontres avec les cadres et les militants du parti portant sur des discussions quant à la mise en œuvre de la feuille de route qu'il a tracée pour replacer le FLN sur de bons rails. Une ouverture politique et organique fondée sur un véritable dialogue interne capable d'éradiquer malentendus, contradictions et divisions des rangs. En somme mettre un terme à ce désordre organique qui date de 2OO3 ; selon les premières déclarations de M. Bouchareb , cela sous-entend l'exigence et l'impératif d'un changement radical de mauvaises pratiques politiques et organiques, responsables de cette misère grandissante au sein des militants du parti. Grande est la satisfaction des militants de la base à l'annonce par le coordinateur de l'instance dirigeante du parti de la tenue d'un congrès extraordinaire ouvert à tous les militants sans aucune exception et qui sera l'œuvre des militants de la base à travers ses assises extraordinaires qui pourraient intervenir prochainement.
Un signe apparent de changement de priorité
Dans une certaine mesure le placement de M. Mouad Bouchareb à la tête du FLN pour la préparation d'un congrès extraordinaire rassembleur s'apparente à un " plan B " face à une certaine résistance au changement avant d'importants rendez-vous politiques. Des réactions négatives fusent depuis 2OO3. C'est que la décision prise par le président de la République, président du FLN de remplacer l'ancien SG du FLN, Djamel Ould Abbès par Mouad Bouchareb comme coordinateur est un signe apparent de changement de priorité. Cette priorité est d'autant plus accréditée par le choix d'un jeune militant pour présider à l'instance dirigeante du FLN en l'occurrence M. Mouad Bouchareb sur une velléité de résistants au changement et qui ont toujours veillé à maintenir le statu-quo. Pour le nouveau coordinateur du FLN, c'est avant tout s'assurer la maîtrise des étapes de renouveau du parti , le maintien du statut du FLN en tant que première force politique majoritaire du pays censée gérer les échéances politiques à venir vu son profond ancrage dans la société particulièrement en cas de candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à sa propre succession. A propos de cette question qui est sur toutes les lèvres, M. Bouchareb préfère parler de " continuité " et affirme qu'il a pour mission de préparer la tenue d'un congrès extraordinaire. Mais si l'on fait une lecture poussée des déclarations de M. Bouchareb, il n'est pas exclu de conclure automatiquement une autre voie initiale pour atteindre d'autres objectifs…Des décisions politiques importantes devraient déterminer la suite des événements indique-t-on.

Une chance au FLN de se ressourcer
La propulsion de ce jeune militant à la tête du FLN s'apparente à un indice supplémentaire quant à la chance qui a été donnée par le Président du parti, Monsieur Abdelaziz Bouteflika au parti de se ressourcer après une longue période de morosité, d'hibernation, de médiocratie dont sont accusés ceux qui se sont succédés à la tête du parti et qui n'avaient ni programmes d'action ni encore moins la capacité de mobilisation. Ces derniers à travers leurs discours creux sans importance ont fait fuir militants, sympathisants et citoyens du parti et de son environnement populaire. Dans ce cadre, il me vient à l'esprit de rappeler une déclaration historique de M. Abdelaziz Bouteflika lors de la tenue du congrès extraordinaire du FLN en 1989 à travers laquelle il a rappelé aux congressistes que " Le FLN est le fruit du grand Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre ".
Un choix " révolutionnaire"
Point d'interrogation-Est-ce un nouveau départ pour le FLN qui a connu une multitude de crises répétées et souvent permanentes parce qu'il n'a pas eu à sa tête de véritables " chefs " capables d'honorer le programme présidentiel, de véritables meneurs d'hommes. Le choix par le Président du FLN sur la personne de M. Bouchareb est un choix " révolutionnaire ". L' "homme de la situation si on le laisse concrétiser sa feuille de route. Tout indique que ce choix répond à de nombreux critères positifs dont il incarne, une pratique et expérience militante, trois mandats successifs de députés et divers responsabilités au sein de l'APN. Un bilinguisme qui lui permet de maîtriser plus d'un domaine
Le choix porté par le président de la République, président du FLN sur M. Bouchareb est en soi un message qui signifie la régénération du parti, le rajeunissement, la stabilité politique et organique interne. Issu d'une famille révolutionnaire très bien connue dans la Wilaya I historique, Mouad Bouchareb de par sont jeune âge, c'est le militant dont a besoin à présent l'Algérie et le FLN. Dans sa vie de militant et de parlementaire, il avait toujours été prêt à prendre et à assumer ses responsabilités et qu'il en était toujours ainsi.
Ceux qui connaissent M. Bouchareb disent de lui qu'il a été toujours " factuel " plutôt que d'utiliser la polémique. Ces qualités exprimées par son entourage lui permettent aujourd'hui de s'engager sans hésitation sur la nécessaire régénération et la revitalisation du FLN.

Une vertu à l'honneur du président du parti
Depuis son installation à la tête de l'instance dirigeante du FLN, M. Mouad Bouchareb a multiplié ses contacts et à ratifié beaucoup de soutiens de la part de l'écrasante majorité des militants de la base et d'anciens responsables du parti dont particulièrement MM. Abdelaziz Belkhadem, Abderrahmane Belayat, Salah Goudjil, Abdelkrim Abada. Il compte dans les prochains jours se rendre au domicilié de l'ex-SG du FLN, M. Boualem Benhamouda pour lui présenter sa feuille de route qui se veut pour rappel une perspective nouvelle plus vaste et un ciblage intelligent de resserrement des rangs du parti. Ces contacts entre M. Bouchareb et divers cadres du parti ont inauguré un nouveau processus et ouvert de nouvelles fenêtres de dialogue et de concertation au sein du parti Ils reviennent spontanément. Tous les anciens cadres du FLN écartés depuis plus d'une décade remontent en selle pour prêter main forte à M. Bouchareb. Ceux qu'on traitait un peu mieux que des " pestiférés " réoccupent de nouveau la scène ? Par la grâce de la décision prise par le Président du FLN, Monsieur Abdelaziz Bouteflika. Une vertu à son honneur de rénover son parti de toujours.

Loin de l'esprit engendré par les clans
Préludes à la création de meilleures conditions pour la tenue du congrès extraordinaire annoncé par M. Bouchareb, ces rencontres visent aussi selon un membre de l'instance dirigeante à replacer le FLN à travers ses cadres, ses élus et ses militants sur le terrain, loin de toute position défensive, réexpliquer son action en direction de la société notamment à la veille du renouvellement des membres du Conseil de la nation.
Dans cet esprit, M. Bouchareb dans ses différentes déclarations a souligné que pour le militant vu l'importance du rôle, doit réapprendre à militer loin de l'esprit engendré par les clans et les divisions. Dans ce sens il a établi les grandes lignes de l'action prochaine de l'instance dirigeante.
La notion principale du discours novateur de M. Bouchareb était l'expansion et l'amélioration de la situation organique du parti. C'était une détermination de trouver un équilibre entre les clans rivaux au sein des rangs du parti et de mettre fin aux divergences aigues qui ont émergé depuis plus quinze années. Et pour envoyer un signal à tous les militants, M. Bouchareb est entré directement en contact avec les principaux antagonistes de cette crise. C'est une indication de l'importance de la mission qui lui a été confiée par le président du FLN, Monsieur Abdelaziz Bouteflika et dont l'instance dirigeante qu'il coordonne est chargée de concrétiser avec déjà un appel pour la grande rénovation du parti.

Un FLN véritablement et réellement au service du pays
Cet alliage résulte de la volonté du Président Abdelaziz Bouteflika de permettre au FLN d'être véritablement et réellement au service du pays. Il s'agit aussi de renforcer le positionnement du parti sur la valeur de l'unité nationale qu'il a cultivée depuis Novembre 54. A partir de là devrait en principe, commencer la réflexion. Le ton était donné. Et c'est pour la recherche d'autres méthodes de fonctionnement du FLN, d'autres solutions applicables à l'unité des rangs, efficaces et donc réalistes, que le choix porté sur Mouad Bouchareb est utile et salutaire pour le renouveau du FLN.
Le FLN en tant que parti historique, parti majoritaire représentant de la grande majorité du peuple algérien se doit de se défendre, de veiller sur les intérêts de la nation et ses acquis. Telle est sa vocation, telle est son identité politique rappelée par M. Bouchareb. Pour lui, le parti est astreint de remonter ses propres difficultés, qu'il ne doit pas être frileux au dialogue en son sein et dans son environnement politique et social et qu'il maintiendra sa force motrice des réformes initiées par le chef de l'Etat, qu'il est rassembleur et à l'écoute de la jeunesse. Responsabilité assez grande mais tâche exaltante.
Le coordinateur de l'instance dirigeante du FLN est en train de confirmer ce renouveau et de mobiliser la composante humaine du parti avec le vrai militantisme en resserrant les rangs et la mobilisation-vigilance sur le terrain pour consacrer, dans les faits, ses principes ; affirme M. Bouchareb.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.