Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Baromètre.. En Baisse : Le RND    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Dépasser l'impasse du juridisme étroit par le dialogue productif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Russie : Le procureur Mueller qualifie d'"inexactes" des allégations explosives contre Trump
Publié dans Le Maghreb le 21 - 01 - 2019

En charge de l'enquête sur les supposées collusions entre Donald Trump et la Russie, le procureur spécial Robert Mueller a démenti des informations de BuzzFeed affirmant que le président américain avait demandé à son ex-avocat de mentir au Congrès.

Dans une déclaration extrêmement rare, le procureur spécial Robert Mueller en charge de l'enquête russe a qualifié le 18 janvier d'"inexactes" des informations de presse selon lesquelles Donald Trump aurait ordonné à son ancien avocat personnel de mentir au Congrès. Le 17 janvier au soir, le site d'information BuzzFeed News a affirmé, en s'appuyant sur deux sources policières fédérales anonymes, que Donald Trump avait demandé à Michael Cohen de mentir lors de son audition au Congrès en 2017 à propos de discussions sur un projet immobilier en Russie. "La description par Buzzfeed de certaines déclarations auprès du bureau du procureur spécial et la caractérisation de documents et de témoignages obtenus par ce bureau, concernant le témoignage de Michael Cohen devant le Congrès sont inexactes", a indiqué le porte-parole de Robert Mueller. Donald Trump a immédiatement retweeté une capture d'écran de Fox News mentionnant la mise au point du procureur Mueller. "Nous maintenons [notre confiance] dans notre enquête et les sources qui l'ont alimentée, et nous incitons le procureur spécial à clarifier ce qu'il conteste", a déclaré Ben Smith, rédacteur en chef de BuzzFeed, sur Twitter. La déclaration de l'équipe de Robert Mueller a été saluée sur Twitter par Donald Trump. Après avoir retweeté plusieurs réactions critiquant Buzzfeed, il a écrit: "Un jour très triste pour le journalisme, mais un grand jour pour notre Pays!" L'accusation du site d'information, qui n'est pas confirmée par d'autres médias, est grave. Selon BuzzFeed, il s'agit du premier exemple de Donald Trump demandant à un subordonné de mentir directement sur ses affaires avec la Russie. Dans la journée, l'opposition démocrate avait immédiatement promis d'enquêter. "Ces allégations pourraient se révéler infondées, mais si elles s'avéraient exactes, elles représenteraient une incitation au parjure et une obstruction à la justice", avait déclaré Adam Schiff, président démocrate de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, en s'engageant à "suivre les preuves où qu'elles nous mènent". Donald Trump avait rappelé plus tôt dans la journée dans un tweet laconique que son ancien avocat avait été condamné pour parjure et fraude. "Il ment pour réduire sa peine de prison", avait-il de nouveau affirmé. Son avocat personnel Rudy Giuliani s'était montré plus direct : suggérer que "le président a conseillé à son ancien avocat de mentir est catégoriquement faux", avait-il indiqué dans une déclaration citée par les médias américains.
"C'est encore une de ces accusations ridicules sans fondement ni crédibilité", avait dit Hogan Gidley, porte-parole adjoint de la Maison Blanche, sur Fox News. Michael Cohen, qui a pour habitude de confirmer ou d'infirmer sur Twitter les informations de presse le concernant, n'a cette fois pas réagi. Son avocat Lanny Davis a fait savoir qu'il ne répondrait à aucune question sur ce sujet.

Destitution
Michael Cohen, tombé en disgrâce aux yeux du président dont il fut pourtant l'un des plus proches collaborateurs, avait déjà reconnu avoir menti au Congrès au sujet d'un projet immobilier de Donald Trump à Moscou. La question soulevée par la publication de Buzzfeed est de savoir s'il l'a fait de son propre chef ou non. Il doit une nouvelle fois témoigner le 7 février au Congrès, devant une commission de la Chambre des représentants, désormais aux mains des démocrates. S'il confirmait, sous serment, les révélations de BuzzFeed, ces accusations seraient explosives et ouvriraient la porte à une possible procédure de destitution. Cet impeachment devrait, dans ce cas, être confirmé par un vote du Sénat, contrôlé par les républicains, le parti de Donald Trump. La présidence de Donald Trump est sous la menace de l'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller pour déterminer notamment s'il y a eu collusion entre la campagne du milliardaire et la Russie en 2016. Dans ce cadre, le procureur cherche en particulier à savoir si les liens d'affaires entre Donald Trump et Moscou ont pu avoir une influence sur la campagne. En 2015, le magnat de l'immobilier avait relancé un vieux rêve : construire une tour Trump de 100 étages à Moscou. Michael Cohen avait d'abord déclaré devant le Congrès que les discussions sur ce projet avaient pris fin début 2016. Puis il avait reconnu avoir menti puisque celles-ci se sont poursuivies jusqu'en juin, après la victoire de Donald Trump aux primaires républicaines. Ancien avocat et homme de confiance du milliardaire républicain, Michael Cohen a accepté de coopérer avec la justice car le procureur Mueller avait débusqué plusieurs malversations. Dans ce cadre, il a été condamné en décembre à trois ans de prison, une peine qu'il devrait commencer à purger dans les prochaines semaines. La justice a estimé que celui qui fit partie pendant dix ans du cercle rapproché du magnat de l'immobilier avant de se retourner contre lui, avait violé la loi sur le financement des campagnes électorales et qu'il avait agi "sous la direction" de Donald Trump. Des accusations balayées d'un revers de main par le président, qui assure n'avoir jamais demandé à son ancien avocat d'enfreindre la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.