Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne
Publié dans Le Maghreb le 23 - 01 - 2019

Le Front Polisario a décidé de contester à nouveau devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) l'accord commercial controversé Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, adopté mercredi dernier par le Parlement européen, affirmant que la bataille pour la préservation des ressources naturelles sahraouies constituera un facteur de pression déterminant sur l'occupant marocain. Le Front Polisario a souligné dans un communiqué cité dimanche par l'agence Sahara presse service (SPS) que "la bataille se fera entre les organes judiciaires et exécutifs de l'Europe, d'autant plus qu'aucune partie ne reconnaît la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, y compris l'Union européenne elle-même qui l'a précisé dans sa dernière résolution sur l'accord commercial illégal Maroc-UE". Condamnant le vote du Parlement européen sur le dit- accord, ce qui traduit à la fois la "contradiction" et "la violation" de l'UE des décisions de la CJUE, le Front Polisario a ajouté que l'UE a "légitimé à travers cet accord le pillage flagrant des ressources naturelles du Sahara occidental occupé". Dans ce contexte, le Front Polisario a annoncé sa décision définitive de saisir de nouveau la Cour de justice européenne pour faire respecter les arrêts de 2016 et 2018 qui avaient statué que les territoires sahraouis sont "séparés" et "distincts" de ceux du Maroc et ne relevant pas de la prétendue "souveraineté" du Royaume marocain. Les arrêts de la Cour de justice européenne avaient exigé également des instances de l'Union européenne de solliciter préalablement le consentement du peuple sahraoui pour tout accord prévoyant l'exploitation de ses ressources naturelles. Saluant le soutien exprimé notamment par les différents groupes parlementaires européens et organisations de la société civile, qui ont dénoncé et rejeté cet accord "illégal", le Front Polisario a souligné que les décisions de la Cour de justice européenne reconnaissant le Front Polisario en tant que représentant unique et légitime du peuple sahraoui constituent une "victoire majeure" et permettra de "bloquer toute exploitation illégale" des ressources naturelles du Sahara occidental occupée.

Une lettre adressée officiellement au Conseil de sécurité de l'ONU
Le Front Polisario a adressé, en outre, par le biais de son représentant aux Nations unies, Sidi Mohamed Amar, une lettre au président du Conseil de sécurité de l'ONU. La lettre, citée par l'agence sahraouie SPS, a informé les membres du Conseil de sécurité sur la "grave menace que représentent les tentatives de l'Union européenne d'inclure les territoires sahraouis occupés dans ses accords commerciaux avec le Maroc". Le Front Polisario a dénoncé, dans ce contexte, des "conséquences de ces tentatives risquant de compromettre les perspectives d'un règlement pacifique du conflit au Sahara occidental dans le cadre des efforts sérieux déployés actuellement par le Conseil de sécurité et l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Kohler. "L'approbation de cet accord aura des conséquences négatives sur le processus politique mené sous l'égide de l'ONU puisqu'elle encouragera le Maroc à consolider son occupation illégale des parties du Sahara occidental", a souligné le Front Polisario qui demande au Conseil de sécurité de s'adresser à l'Union européenne pour mettre un terme à cet accord illégal incluant l'exploitation des ressources naturelles sahraouies. Condamnant fermement le vote du parlement européen sur l'accord commercial Maroc-UE, le Front Polisario a appelé dans ce sillage les membres de l'Union européenne à revoir leur décision illégale et à arrêter immédiatement toute activité incluant le Sahara occidental occupé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.