Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    Etats-Unis : Les démocrates rêvent de destituer Trump    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Tizi Ouzou : 1581 nouveaux cas de cancer en 2018    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Transition politique : On avance à tatons    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord commercial Union européenne-Maroc : Le Front Polisario saisira de nouveau la justice
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2019

Le Front Polisario a décidé de contester à nouveau, devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), l'accord commercial Maroc-Union européenne (UE) incluant les territoires sahraouis, adopté mercredi dernier par le Parlement européen, a rapporté hier l'APS citant l'agence sahraouie SPA.
Comme il a affirmé que la bataille pour la préservation des ressources naturelles sahraouies constituera un facteur de pression déterminant sur l'occupant marocain. Le Front Polisario a souligné dans un communiqué que «la bataille se fera entre les organes judiciaires et exécutifs de l'Europe, d'autant plus qu'aucune partie ne reconnaît la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, y compris l'Union européenne elle-même, qui l'a précisé dans sa dernière résolution sur l'accord commercial illégal» Maroc-UE.
Condamnant le vote du Parlement européen sur ledit accord, ce qui traduit à la fois la «contradiction» et la «violation» de Bruxelles des décisions de la CJUE, le Front Polisario a indiqué que l'UE a «légitimé à travers cet accord le pillage flagrant des ressources naturelles du Sahara occidental occupé».
Dans ce contexte, le Front Polisario a annoncé sa décision définitive de saisir de nouveau la CJUE pour faire respecter les arrêts de 2016 et 2018 qui ont statué que les territoires sahraouis sont «séparés» et «distincts» de ceux du Maroc et ne relèvent pas de la prétendue «souveraineté» de Rabat.
Les arrêts de la CJUE ont exigé également des instances de l'UE de solliciter préalablement le consentement du peuple sahraoui pour tout accord prévoyant l'exploitation de ses ressources naturelles.
Saluant le soutien exprimé notamment par les différents groupes parlementaires européens et organisations de la société civile, qui ont dénoncé et rejeté cet accord «illégal», le Front Polisario a souligné que «les décisions de la CJUE reconnaissant le Front Polisario en tant que représentant unique et légitime du peuple sahraoui constituent une victoire majeure et permettra de bloquer toute exploitation illégale» des ressources naturelles du Sahara occidental occupée.
Aussi, il a adressé, par le biais de son représentant aux Nations unies, Sidi Mohamed Amar, une lettre au président du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (ONU). De par cette missive, il a informé les membres du Conseil de sécurité sur la «grave menace que représentent les tentatives de l'Union européenne d'inclure les territoires sahraouis occupés dans ses accords commerciaux avec le Maroc».
Il a dénoncé, dans ce contexte, les «conséquences de ces tentatives» risquant de compromettre les perspectives d'un règlement pacifique du conflit au Sahara occidental dans le cadre des efforts sérieux déployés actuellement par le Conseil de sécurité et l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Köhler.
«L'approbation de cet accord aura des conséquences négatives sur le processus politique mené sous l'égide de l'ONU, puisqu'elle encouragera le Maroc à consolider son occupation illégale des parties du Sahara occidental», a souligné le Front Polisario qui demande au Conseil de sécurité de s'adresser à l'UE pour mettre un terme à cet accord «illégal».
Condamnant fermement le vote du Parlement européen sur l'accord commercial Maroc-UE, le Front Polisario a appelé Bruxelles à revoir sa décision et à arrêter immédiatement toute activité incluant le Sahara occidental occupé.
Un coup dur
Le Front Polisario a condamné mercredi fermement la décision «illégale» et à «courte vue» du Parlement européen qui vise à étendre l'accord commercial UE-Maroc au territoire occupé du Sahara occidental, appelant au soutien du processus de paix conduit par l'ONU pour le règlement du conflit au Sahara occidental. «Le vote d'aujourd'hui (mercredi) a été pris dans un climat dépourvu de sérieux et de transparence», a déclaré le ministre représentant du Front Polisario pour l'Europe, Mohamed Sidati, dans un communiqué.
«Cet acte porte un coup non seulement aux défenseurs des droits humains et au droit international, mais aussi au processus de paix conduit par l'ONU que l'Union européenne elle-même prétend défendre», a-t-il soutenu.
Il a relevé qu'un «processus de paix crédible conduit par l'ONU est en voie de réalisation», ajoutant que «grâce à la gestion active de l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU et au leadership des Etats-Unis, il existe enfin une possibilité réelle de s'atteler à la tâche difficile de forger une paix soutenable». Mais le vote du Parlement européen vient saper «ces progrès et préjuge de l'issue des négociations de paix».
Et d'ajouter : «Il est absurde que l'UE nous demande régulièrement d'éviter des pas qui pourraient saper le processus de paix ou préjuger de son issue et qu'elle adopte elle-même, volontairement, une démarche aussi déstabilisante en allant contre les jugements de sa propre Cour de justice», exhortant l'UE à développer «une politique cohérente qui soutienne la paix dans notre région».
Le diplomate sahraoui a appelé Bruxelles «à différer la mise en œuvre de cet accord commercial et, à la place, proposer un plan qui fasse du commerce un encouragement à un accord de paix négocié».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.