Real Madrid: ça discute prolongation pour Benzema    Tottenham: Mourinho veut Ibrahimovic !    Tottenham : Le message d'adieux de Pochettino (Photo)    41e Festival international du cinéma du Caire : deux films algériens en compétition    Vo Vietnam: la Fédération algérienne passe sous l'égide de la World Federation    Karaté-do : après l'or mondial, Anis Helassa rêve des JO    Les manifestants en masse pour le 40e vendredi à Alger    Algérie Télécom lance une nouvelle application mobile ''E-Paiement espace client''    Mondiaux de para-athlétisme: Bernaoui encense la sélection algérienne auréolée de 16 médailles    Arrestation de 6 individus pour tentative de ralliement aux groupes terroristes au Sahel    Toutes les options seront examinées lors du Congrès du Polisario y compris la lutte armée    Les syndromes coronaires aigus, 1ère cause de mortalité en Algérie    Le Conseil de la nation prend part à l'Eucoco en Espagne    La campagne électorale se déroule dans le calme et la sérénité la plus totale    Décès du chanteur chaâbi Cheikh Liamine    Algérie-EAU: les voies de développement des relations bilatérales évoquées    Concours "Hult prize": trois projets d'étudiants de Tlemcen choisis    Eucoco/Sahara occidental: plus de 500 personnes prennent part aux travaux de la Conférence    Wilaya d'Alger: signature de marchés pour le raccordement au réseau de gaz et d'électricité    Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    La Palestine refuse toute médiation américaine    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    Tractations tous azimuts pour la formation du gouvernement    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    Le corps électoral global avoisine les 24,5 millions d'inscrits    Bengrina s'en prend à l'opposition    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Rencontre Bensalah - Bedoui    Sahara occidental : 15 e Congrès du Polisario : conférences préparatoires au niveau de l'Armée sahraouie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : La Fed reste préoccupée par le faible niveau de l'inflation
Publié dans Le Maghreb le 25 - 02 - 2019

Malgré un taux de chômage tombé à ses plus bas niveaux en près de 50 ans, les responsables de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine continuent de s'inquiéter d'une inflation trop faible, ce qui aide à comprendre la décision de la Fed de suspendre son cycle de relèvement des taux d'intérêt.

Traditionnellement, les économistes ont constaté que lorsque les marchés de l'emploi sont tendus, l'inflation finit par monter. Mais une série de recherches au sein de la Fed et en dehors suggère que la relation entre les deux est moins étroite.
S'exprimant vendredi à l'Université de Chicago, le président de la Fed de New York, John Williams, et la présidente de la Fed de San Francisco, Mary Daly, ont tous deux dit qu'ils pensaient toujours que des marchés de l'emploi tendus exerçaient une pression à la hausse sur l'inflation et qu'avec un taux de chômage à 4%, la Fed devait prévenir une envolée des prix.
Mais ils ont ajouté qu'ils étaient également inquiets d'une inflation excessivement faible.
"Je conviens que nous devons rester vigilants en ce qui concerne une envolée durable de l'inflation", a dit John Williams. "Nous devons aussi prendre garde que les anticipations d'inflation ne soient pas ancrées à des niveaux trop bas."
La crainte d'une inflation trop faible est notable parce que la Fed relevait encore récemment ses taux d'intérêt pour prévenir une surchauffe de l'économie, avec un chômage historiquement bas.
Mais elle reflète une Fed plus prudente face aux risques baissiers de l'économie et de plus en plus convaincue que la mondialisation et les nouvelles technologies ont bouleversé la dynamique de l'inflation. Cette nouvelle inquiétude explique en partie la promesse de la Fed d'être "patiente" en ce qui concerne les futures hausses de taux d'intérêt.
Williams et Daly ont tous deux affirmé vendredi que les anticipations d'inflation étaient un élément clé pour le maintien de l'inflation sur les rails et que ces anticipations étaient dictées pour une bonne part par l'expérience.
C'est pourquoi le fait que l'inflation reste nettement en-dessous de l'objectif de 2% de la Fed est préoccupant.
Ils ont fait ces remarques après une note publiée vendredi soulignant que la Fed ne devait pas ignorer l'éventualité qu'un taux de chômage faible et une hausse des salaires ne provoquent une hausse de l'inflation comme dans les années 1960.
Les auteurs de la note, dont le directeur de la recherche de économique de la division actions de Deutsche Bank, ont aussi averti sur le risque que les pressions politiques ne rendent la Fed complaisante face aux dangers de l'inflation.
Le président américain, Donald Trump, a publiquement reproché à la Fed l'an dernier de relever ses taux.

Croissance "solide" mais plus lente
L'économie américaine a conservé une croissance "solide" tout au long du deuxième semestre 2018, avec une croissance qui a probablement été "tout juste" inférieure à 3% sur l'année, même si les dépenses de consommation et d'investissement avaient commencé à baisser, a annoncé vendredi la Réserve fédérale dans son rapport semestriel au Congrès sur sa politique monétaire.
Dans un document qui met en balance des perspectives essentiellement positives pour une économie qui reste en croissance face à l'émergence d'une série de risques nationaux et internationaux, la banque centrale a expliqué pourquoi elle avait mis en suspens son cycle de relèvement des taux d'intérêt.
Pour des raisons allant d'un appétit "dégradé" pour le risque parmi les investisseurs au ralentissement en Chine, les perspectives sont "plus incertaines qu'auparavant", dit la Fed qui note des "conditions économiques et mondiales plus faibles".
Cela pourrait se prolonger au début de l'année 2019, a dit la Fed, tout en soulignant que le blocage pendant 35 jours d'une partie de l'administration fédérale avait "probablement freiné la croissance du PIB au premier trimestre de cette année".
La Fed a indiqué au Congrès qu'elle continuerait à réduire la taille de son bilan, qui a diminué de 260 milliards de dollars (230 milliards d'euros) depuis son dernier rapport au Congrès pour finir l'année à près de 4.000 milliards de dollars.
Mais la banque centrale a également réaffirmé sa nouvelle disposition à ajuster "tous les détails" de ce bilan si les conditions économiques ou financières l'exigent.
Le président de la Fed, Jerome Powell, doit témoigner devant le Sénat et la Chambre des représentants mardi et mercredi pour donner des précisions au sujet de ce rapport semestriel, au cours d'une semaine qui devrait être importante en termes d'indicateurs économiques et donner une idée plus précise à la banque centrale de l'évolution de l'économie américaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.