NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'arrivée du numéro deux du Venezuela à Moscou
Publié dans Le Maghreb le 03 - 03 - 2019

La vice-présidente du Venezuela Delcy Rodriguez, numéro deux du pays derrière le président Nicolas Maduro, s'est rendue à Moscou. Il s'agit de la première venue d'une figure si haut placée de Caracas après l'aggravation de la crise politique au Venezuela.
Certains observateurs voient en Delcy Rodriguez une éventuelle alternative à Nicolas Maduro, écrit le site d'information Gazeta.ru.
Lors de sa visite à Moscou, la vice-présidente du Venezuela Delcy Rodriguez a rencontré Sergueï Lavrov, qu'elle connaît bien de l'époque où elle était à la tête de la diplomatie vénézuélienne. La rencontre avec Vladimir Poutine n'était pas prévue.
Les représentants politiques officiels du Venezuela sont des invités fréquents en Russie. Le vice-ministre des Affaires étrangères Yvan Gil et le ministre de l'Industrie Tarek El Aissami, qui avait précédé Delcy Rodriguez à la vice-présidence, se sont également rendus à Moscou récemment.
Delcy Rodriguez a évoqué à Moscou la coopération bilatérale, ainsi que la "coordination de la coopération pour prévenir une guerre contre le Venezuela". Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo n'avait pas exclu la possibilité d'une intervention militaire au Venezuela, mais les experts pensent qu'il ne s'agit pas des États-Unis. Car de telles actions pourraient être engagées par les voisins du Venezuela.
Pendant ce temps, Washington apporte un soutien moral au leader de l'opposition Juan Guaido, qui s'est récemment rendu en Colombie et a rencontré le vice-président américain Mike Pence. A l'heure actuelle, Juan Guaido effectue une tournée diplomatique dans les pays d'Amérique latine.
L'opposant a quitté le pays le 23 février, quand plusieurs incidents se sont produits simultanément aux frontières avec le Brésil et la Colombie liés à une tentative de passage de la frontière par des camions transportant prétendument une aide humanitaire.
Il a quitté le territoire vénézuélien malgré l'interdiction de la Cour suprême. Selon ses projets, il quittera le Brésil le 1er mars pour se rendre au Paraguay, avant de revenir au Venezuela le 4 mars.
Moscou soutient le gouvernement dirigé par Nicolas Maduro, contrairement aux USA et à l'UE qui ont pris le parti de Juan Guaido. Pour Washington et Bruxelles, Delcy Rodriguez sera avant tout un émissaire de Caracas, mais il se pourrait que Moscou poursuive d'autres objectifs et voie Delcy Rodriguez, une politicienne expérimentée, comme une figure de transition éventuelle en cas de départ de Nicolas Maduro, affirme le média.
Comme la plupart des membres du cabinet vénézuélien, Delcy Rodriguez est frappée par les sanctions, mais l'ancien directeur adjoint du conseil d'affaires russo-vénézuélien Vladimir Semago, qui connaît bien l'élite vénézuélienne, est certain que dans certaines circonstances elle pourrait devenir une "figure acceptable" pour dialoguer avec l'opposition. "Elle pourrait constituer un pont pour une transition politique", estime Vladimir Semago.
Delcy Rodriguez a suffisamment d'influence, notamment quand on sait que la supervision des services secrets vénézuéliens fait partie de ses obligations: les renseignements bolivariens sont directement subordonnés au bureau de la vice-présidente. Et elle bénéficie de la confiance totale de Nicolas Maduro. Âgée de 49 ans, elle a été nommée vice-présidente en juin 2018 après la réélection de Nicolas Maduro.
Delcy Rodriguez essaie de s'abstenir de toute rhétorique dure envers les opposants, contrairement au Président. Toutefois, elle a annoncé récemment la fermeture de la frontière avec la Colombie à cause de la menace pour la sécurité du pays. De nombreux adversaires de Nicolas Maduro se trouvent sur le territoire du pays voisin et tentent de livrer une aide humanitaire au Venezuela.
Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni à la veille de la venue de Delcy Rodriguez pour examiner la résolution des USA et de la Russie.
Washington souhaite organiser dans le pays une nouvelle présidentielle sous observation internationale. Pour sa part, la Russie a soumis sa résolution préconisant la protection de l'indépendance et de la souveraineté de l'État.
La Russie suggérait de préserver la souveraineté et l'intégrité du Venezuela, ainsi que de régler la situation grâce au "mécanisme de Montevideo" qui implique le lancement d'un dialogue, des négociations, la mise au point d'un accord et sa mise en œuvre. Cependant, les propositions de Moscou n'ont pas bénéficié du soutien nécessaire. Le projet de résolution n'a pas été adopté faute du nombre de voix nécessaire - un minimum de neuf. Le projet de résolution des États-Unis a obtenu neuf voix, mais a été bloqué par le veto de la Russie et de la Chine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.