Abdelmadjid Tebboune au MDN    Les étudiants fidèles au "22 février"    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    Kamel Rezig veut-il calmer le jeu ?    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Les distributeurs de lait ne décolèrent pas à Chlef    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Un réseau de cambrioleurs démantelé à Alger    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Le 8ème sommet du Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye jeudi à Brazzaville    Nécessaire révision des statuts particuliers des enseignants universitaires    Détermination de l'ANP à soutenir les démarches du Président Tebboune    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    Alger: Rassemblement d'enseignants du primaire    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    Les étudiants toujours mobilisés    La pointe extrême du singulier    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    Algérie : le 7 février, dernier délai pour fixer le reste du calendrier    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington contourne ses propres sanctions et multiplie ses exportations vers l'Iran?
Publié dans Le Maghreb le 25 - 03 - 2019

Malgré la réimposition des sanctions, les exportations des États-Unis vers l'Iran ont été multipliées par sept, atteignant 109,2 millions de dollars en octobre 2018 contre 16,1 millions de dollars en octobre 2017 (selon l'ESA). Un économiste iranien et un politologue américain d'origine iranienne commentent la situation pour Sputnik.
Selon le dernier rapport de la Economics and Statistics Administration (ESA), les exportations des États-Unis vers l'Iran ont considérablement augmenté depuis le rétablissement des sanctions économiques contre la République islamique pour atteindre 109,2 millions de dollars en octobre 2018 contre 16,1 millions en octobre 2017. Ce chiffre n'est pas très important pour l'économie iranienne, a déclaré à Sputnik Peyman Molavi, secrétaire général de l'Association des économistes iraniens.
"Il se peut qu'avec le durcissement des sanctions, une partie des marchandises américaines soient importées en Iran via d'autres pays. […] Je ne sais pas au juste quelles marchandises sont exportées par les États-Unis vers l'Iran. Il s'agirait peut-être de marchandises qui ne tombent pas sous le coup des sanctions, notamment des équipements médicaux ou des médicaments", a supposé l'économiste.
Selon un autre interlocuteur de l'agence, le politologue américain, professeur de géopolitique à l'université de Californie et rédacteur en chef du site Imperia News, Alexander Azadegan, la plupart des transactions entre l'Iran et les États-Unis se font par le biais d'intermédiaires, faute de relations diplomatiques entre Téhéran et Washington.
"Une partie des marchandises américaines sont livrées en Iran via Dubaï, Oman ou d'autres pays. Par ailleurs, le commerce du pétrole s'effectue tout aussi indirectement. Nous avons entendu dire que l'Iran vendait du brut aux États-Unis. La plupart des transactions se réalisent évidemment par des intermédiaires", a indiqué le politologue.
Et d'ajouter qu'à Oman la monnaie nationale iranienne était convertie en dollars.
"Or, il ne s'agissait pas là que de convertir les devises, mais aussi de conclure des transactions avec d'autres marchandises qui se retrouvaient sur le marché iranien", a résumé M.Azadegan.
La multiplication par sept des exportations américaines vers l'Iran intervient alors que Washington a fait pression sur d'autres pays, notamment les pays de l'Union européenne, pour qu'ils s'abstiennent de commercer avec l'Iran. Suite au retrait unilatéral des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le gouvernement américain a déclaré qu'il rétablissait ses sanctions contre l'Iran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.