Furlan (Ent-Brest) «Pour un entraineur, Belkebla est un joueur précieux, Belmadi va vite l'apprécier»    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    CROYANCES ET CONVICTIONS    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Le déclic    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Erdogan persiste et signe    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    L'alternative de la dernière chance    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Les étudiants ont marché    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Nouvelle attaque de Daech en Libye    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington contourne ses propres sanctions et multiplie ses exportations vers l'Iran?
Publié dans Le Maghreb le 25 - 03 - 2019

Malgré la réimposition des sanctions, les exportations des États-Unis vers l'Iran ont été multipliées par sept, atteignant 109,2 millions de dollars en octobre 2018 contre 16,1 millions de dollars en octobre 2017 (selon l'ESA). Un économiste iranien et un politologue américain d'origine iranienne commentent la situation pour Sputnik.
Selon le dernier rapport de la Economics and Statistics Administration (ESA), les exportations des États-Unis vers l'Iran ont considérablement augmenté depuis le rétablissement des sanctions économiques contre la République islamique pour atteindre 109,2 millions de dollars en octobre 2018 contre 16,1 millions en octobre 2017. Ce chiffre n'est pas très important pour l'économie iranienne, a déclaré à Sputnik Peyman Molavi, secrétaire général de l'Association des économistes iraniens.
"Il se peut qu'avec le durcissement des sanctions, une partie des marchandises américaines soient importées en Iran via d'autres pays. […] Je ne sais pas au juste quelles marchandises sont exportées par les États-Unis vers l'Iran. Il s'agirait peut-être de marchandises qui ne tombent pas sous le coup des sanctions, notamment des équipements médicaux ou des médicaments", a supposé l'économiste.
Selon un autre interlocuteur de l'agence, le politologue américain, professeur de géopolitique à l'université de Californie et rédacteur en chef du site Imperia News, Alexander Azadegan, la plupart des transactions entre l'Iran et les États-Unis se font par le biais d'intermédiaires, faute de relations diplomatiques entre Téhéran et Washington.
"Une partie des marchandises américaines sont livrées en Iran via Dubaï, Oman ou d'autres pays. Par ailleurs, le commerce du pétrole s'effectue tout aussi indirectement. Nous avons entendu dire que l'Iran vendait du brut aux États-Unis. La plupart des transactions se réalisent évidemment par des intermédiaires", a indiqué le politologue.
Et d'ajouter qu'à Oman la monnaie nationale iranienne était convertie en dollars.
"Or, il ne s'agissait pas là que de convertir les devises, mais aussi de conclure des transactions avec d'autres marchandises qui se retrouvaient sur le marché iranien", a résumé M.Azadegan.
La multiplication par sept des exportations américaines vers l'Iran intervient alors que Washington a fait pression sur d'autres pays, notamment les pays de l'Union européenne, pour qu'ils s'abstiennent de commercer avec l'Iran. Suite au retrait unilatéral des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le gouvernement américain a déclaré qu'il rétablissait ses sanctions contre l'Iran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.