Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2019

Le naufrage politique actuel, le rejet de la prolongation du mandat présidentiel est en train de tourner à la crise économique qui viendrait s'ajouter à celle dont souffre l'Algérie depuis la chute du cours du brut sur le marché mondial depuis 2014 ;les conséquences seraient désastreuses si l'appel anonyme lancé ces derniers jours parviendrait à se concrétiser surtout dans certains secteurs sensibles à l'image des hydrocarbures, les transports et les inspections des impôts.
A ce propos, notre confrère El-Watan dans son édition d'hier s'interroge : le recours à une grève générale pourrait-il constituer un moyen de pression efficace sur le régime en place ?
Ce genre d'action ne peut être le fait de parties anonymes et suivi par la population pour les conséquences que cela entraînera sur le devenir du pays, et les couches les plus fragiles de la société dans une première phase, ensuite sur toutes les classes dans une deuxième phase plus proche que l'on ne le pense. L'auteur de l'article poursuit que le recours à une grève générale pourrait être une pression sur d'autres parties du système qui, entre l'entêtement d'une clique à s'imposer par la force et les démarches radicales et suicidaires de la société, choisiront certainement la société et seront forcées de signifier la fin du jeu à ceux dont l'Algérie peut se passer, mais qui ne semblent pas de cet avis. Il y a lieu de jauger les intentions des uns et des autres à travers ces appels et actions que personne ne veut parrainer, sachant leur caractère gravissime, et la population ne doit pas s'inscrire dans le suivisme de toute partie qui n'est pas identifiée et de toute action ayant des relents insurrectionnels et des projections de chaos à récupérer après.
Quel serait l'impact d'une telle action de protestation sur l'économie nationale ? La réponse a été donnée hier sur les colonnes d'El-Watan par l'économiste Ferhat Aït Ali. D'après lui et pour le secteur des hydrocarbures, un arrêt des pompages et des installations de raffinage et de liquéfaction pour le GNL, aura des résultats irréversibles sur les gisements, les installations et la bonne marche de la vie quotidienne à moyen et long termes. Il rappelle à ce sujet que certains ont tendance à oublier que nos centrales électriques fonctionnent au gaz, ce que les initiateurs de l'appel savent bien sûr, et que faute d'électricité en distribution régulière, ce sera la paralysie totale de beaucoup d'infrastructures, dont les hôpitaux et les services de sécurité et ceci est un acte de guerre, pas une contestation. Pour les transports, M Aït Ali note qu'il ne faut pas leur demander de faire la grève si Naftal est de la partie, elle sera faite de facto et malgré eux , mais il se trouve que le transport en Algérie n'est pas public, en dehors de l'aérien, et de ce fait, ce sont juste les privés qui sont invités à paralyser le pays, en matière d'approvisionnement, avec le rush que personne n'appréhende en matière de pénuries, de passe-droits et autres troubles dus au manque de produits vitaux pour le citoyen
Quand à la grève des impôts, cet économiste souligne que si c'est une grève des fonctionnaires, elle n'aura aucun impact pour quelques jours, mais si elle est illimitée, c'est un acte de rébellion , selon les lois du pays, par contre, le refus de verser l'impôt organisé et concerté est un acte de guerre contre n'importe quel Etat et il faudra, à partir de là, quitter la logique de la contestation pour celle de l'insurrection généralisée pour que la démocratie soit logique M. Aït Ali rappelle que même le FLN, qui était en guerre contre le colonialisme, n'a jamais ordonné un refus de verser l'impôt au système colonial, sachant que les indigènes fortunés seraient mis en faillite ou emprisonnés, le privant de sa seule source de financement sérieuse. Plus loin il dit qu'une grève générale n'a aucun sens si elle est d'un seul jour, et des trajectoires dangereuses si elle s'installe dans la durée, sauf si l'éventualité de voir cette menace se concrétiser opère des décantations dans le pouvoir avant sa mise en branle ; mais au-delà de la menace, c'est extrêmement dangereux pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.