Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2019

Le naufrage politique actuel, le rejet de la prolongation du mandat présidentiel est en train de tourner à la crise économique qui viendrait s'ajouter à celle dont souffre l'Algérie depuis la chute du cours du brut sur le marché mondial depuis 2014 ;les conséquences seraient désastreuses si l'appel anonyme lancé ces derniers jours parviendrait à se concrétiser surtout dans certains secteurs sensibles à l'image des hydrocarbures, les transports et les inspections des impôts.
A ce propos, notre confrère El-Watan dans son édition d'hier s'interroge : le recours à une grève générale pourrait-il constituer un moyen de pression efficace sur le régime en place ?
Ce genre d'action ne peut être le fait de parties anonymes et suivi par la population pour les conséquences que cela entraînera sur le devenir du pays, et les couches les plus fragiles de la société dans une première phase, ensuite sur toutes les classes dans une deuxième phase plus proche que l'on ne le pense. L'auteur de l'article poursuit que le recours à une grève générale pourrait être une pression sur d'autres parties du système qui, entre l'entêtement d'une clique à s'imposer par la force et les démarches radicales et suicidaires de la société, choisiront certainement la société et seront forcées de signifier la fin du jeu à ceux dont l'Algérie peut se passer, mais qui ne semblent pas de cet avis. Il y a lieu de jauger les intentions des uns et des autres à travers ces appels et actions que personne ne veut parrainer, sachant leur caractère gravissime, et la population ne doit pas s'inscrire dans le suivisme de toute partie qui n'est pas identifiée et de toute action ayant des relents insurrectionnels et des projections de chaos à récupérer après.
Quel serait l'impact d'une telle action de protestation sur l'économie nationale ? La réponse a été donnée hier sur les colonnes d'El-Watan par l'économiste Ferhat Aït Ali. D'après lui et pour le secteur des hydrocarbures, un arrêt des pompages et des installations de raffinage et de liquéfaction pour le GNL, aura des résultats irréversibles sur les gisements, les installations et la bonne marche de la vie quotidienne à moyen et long termes. Il rappelle à ce sujet que certains ont tendance à oublier que nos centrales électriques fonctionnent au gaz, ce que les initiateurs de l'appel savent bien sûr, et que faute d'électricité en distribution régulière, ce sera la paralysie totale de beaucoup d'infrastructures, dont les hôpitaux et les services de sécurité et ceci est un acte de guerre, pas une contestation. Pour les transports, M Aït Ali note qu'il ne faut pas leur demander de faire la grève si Naftal est de la partie, elle sera faite de facto et malgré eux , mais il se trouve que le transport en Algérie n'est pas public, en dehors de l'aérien, et de ce fait, ce sont juste les privés qui sont invités à paralyser le pays, en matière d'approvisionnement, avec le rush que personne n'appréhende en matière de pénuries, de passe-droits et autres troubles dus au manque de produits vitaux pour le citoyen
Quand à la grève des impôts, cet économiste souligne que si c'est une grève des fonctionnaires, elle n'aura aucun impact pour quelques jours, mais si elle est illimitée, c'est un acte de rébellion , selon les lois du pays, par contre, le refus de verser l'impôt organisé et concerté est un acte de guerre contre n'importe quel Etat et il faudra, à partir de là, quitter la logique de la contestation pour celle de l'insurrection généralisée pour que la démocratie soit logique M. Aït Ali rappelle que même le FLN, qui était en guerre contre le colonialisme, n'a jamais ordonné un refus de verser l'impôt au système colonial, sachant que les indigènes fortunés seraient mis en faillite ou emprisonnés, le privant de sa seule source de financement sérieuse. Plus loin il dit qu'une grève générale n'a aucun sens si elle est d'un seul jour, et des trajectoires dangereuses si elle s'installe dans la durée, sauf si l'éventualité de voir cette menace se concrétiser opère des décantations dans le pouvoir avant sa mise en branle ; mais au-delà de la menace, c'est extrêmement dangereux pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.