Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Début de la révision des listes électorales    Les partisans de la transition reviennent à la charge    Le niet de Benbitour    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Impasse juridique en cas de victoire de Nabil Karoui    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    Plus de 2 000 armes saisies ces derniers mois détruites    Les autorités ordonnent une nouvelle enquête    Ce que disent les avocats sur la rencontre Toufik-Saïd Bouteflika    En quelques points    Quand ça bricole, ça coule !    NAHD-ESS, choc des malclassés    Bouchar risque 4 matches de suspension    Adrar : "Il ne reste que quelques détailsà régler"    Velud : "La JSK est sur une courbe ascendante"    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Lancement de la campagne à Naâma    Les syndicats chez le ministre    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    Le procès renvoyé au 29 septembre    Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Bouira: Plus de 7.500 places pédagogiques à la formation professionnelle    GALETTE ET PETIT-LAIT    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'économiste Ferhat AÎT Ali : " Une grève générale constituerait un danger pour le pays "
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2019

Le naufrage politique actuel, le rejet de la prolongation du mandat présidentiel est en train de tourner à la crise économique qui viendrait s'ajouter à celle dont souffre l'Algérie depuis la chute du cours du brut sur le marché mondial depuis 2014 ;les conséquences seraient désastreuses si l'appel anonyme lancé ces derniers jours parviendrait à se concrétiser surtout dans certains secteurs sensibles à l'image des hydrocarbures, les transports et les inspections des impôts.
A ce propos, notre confrère El-Watan dans son édition d'hier s'interroge : le recours à une grève générale pourrait-il constituer un moyen de pression efficace sur le régime en place ?
Ce genre d'action ne peut être le fait de parties anonymes et suivi par la population pour les conséquences que cela entraînera sur le devenir du pays, et les couches les plus fragiles de la société dans une première phase, ensuite sur toutes les classes dans une deuxième phase plus proche que l'on ne le pense. L'auteur de l'article poursuit que le recours à une grève générale pourrait être une pression sur d'autres parties du système qui, entre l'entêtement d'une clique à s'imposer par la force et les démarches radicales et suicidaires de la société, choisiront certainement la société et seront forcées de signifier la fin du jeu à ceux dont l'Algérie peut se passer, mais qui ne semblent pas de cet avis. Il y a lieu de jauger les intentions des uns et des autres à travers ces appels et actions que personne ne veut parrainer, sachant leur caractère gravissime, et la population ne doit pas s'inscrire dans le suivisme de toute partie qui n'est pas identifiée et de toute action ayant des relents insurrectionnels et des projections de chaos à récupérer après.
Quel serait l'impact d'une telle action de protestation sur l'économie nationale ? La réponse a été donnée hier sur les colonnes d'El-Watan par l'économiste Ferhat Aït Ali. D'après lui et pour le secteur des hydrocarbures, un arrêt des pompages et des installations de raffinage et de liquéfaction pour le GNL, aura des résultats irréversibles sur les gisements, les installations et la bonne marche de la vie quotidienne à moyen et long termes. Il rappelle à ce sujet que certains ont tendance à oublier que nos centrales électriques fonctionnent au gaz, ce que les initiateurs de l'appel savent bien sûr, et que faute d'électricité en distribution régulière, ce sera la paralysie totale de beaucoup d'infrastructures, dont les hôpitaux et les services de sécurité et ceci est un acte de guerre, pas une contestation. Pour les transports, M Aït Ali note qu'il ne faut pas leur demander de faire la grève si Naftal est de la partie, elle sera faite de facto et malgré eux , mais il se trouve que le transport en Algérie n'est pas public, en dehors de l'aérien, et de ce fait, ce sont juste les privés qui sont invités à paralyser le pays, en matière d'approvisionnement, avec le rush que personne n'appréhende en matière de pénuries, de passe-droits et autres troubles dus au manque de produits vitaux pour le citoyen
Quand à la grève des impôts, cet économiste souligne que si c'est une grève des fonctionnaires, elle n'aura aucun impact pour quelques jours, mais si elle est illimitée, c'est un acte de rébellion , selon les lois du pays, par contre, le refus de verser l'impôt organisé et concerté est un acte de guerre contre n'importe quel Etat et il faudra, à partir de là, quitter la logique de la contestation pour celle de l'insurrection généralisée pour que la démocratie soit logique M. Aït Ali rappelle que même le FLN, qui était en guerre contre le colonialisme, n'a jamais ordonné un refus de verser l'impôt au système colonial, sachant que les indigènes fortunés seraient mis en faillite ou emprisonnés, le privant de sa seule source de financement sérieuse. Plus loin il dit qu'une grève générale n'a aucun sens si elle est d'un seul jour, et des trajectoires dangereuses si elle s'installe dans la durée, sauf si l'éventualité de voir cette menace se concrétiser opère des décantations dans le pouvoir avant sa mise en branle ; mais au-delà de la menace, c'est extrêmement dangereux pour tous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.