Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Real : Pochettino candidat idéal en cas de départ de Zidane    Union parlementaire arabe: la résolution du Parlement européen loin de refléter la réalité en Algérie    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    OGC Nice : Le coach d'Atal et Boudaoui bientôt viré ?    Tlemcen : Un couple asphyxié par le monoxyde de carbone    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Bayon, un autre SUV en préparation    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan : Le Conseil militaire multiplie les mesures en vue d'une transition apaisée
Publié dans Le Maghreb le 17 - 04 - 2019

Le Conseil militaire de transition au Soudan multiplie les mesures et initiatives en vue de stabiliser la situation du pays et de mettre en place les conditions idoines devant permettre la gestion de la période de transition, en exhortant les différents partis politiques et organisations de la société civile, ainsi que la communauté internationale à contribuer à la transition démocratique.
En effet, depuis la destitution jeudi dernier par l'armée du président Omar el-Bachir, le Conseil militaire de transition a pris plusieurs décisions afin de restaurer la confiance avec les manifestants et d'engager le pays sur la voie de la transition démocratique devant aboutir notamment à la désignation d'un futur gouvernement qui sera chargé de la préparation des rendez-vous électoraux décisifs pour le Soudan. Dans cette optique, une première rencontre a été organisée dimanche avec les différents partis politiques et acteurs de la société civile afin de les impliquer directement dans le choix d'une personnalité qui assumera la responsabilité d'être premier ministre. Le Conseil de transition a appelé, à l'occasion, les partis soudanais et les animateurs du mouvement de contestation à se mettre d'accord sur une "figure indépendante" qui sera chargée de la formation d'un futur gouvernement civil. Parallèlement à ces consultations, le Conseil de transition a annoncé également avoir pris des décisions pouvant appuyer la "phase politique particulière" que traverse le pays. Le porte-parole du Conseil, Shams-Eddin Kabashi, a annoncé, dans ce sillage, la création d'un comité spécial pour gérer les locaux et les actifs du parti du Congrès national (NCP), qui était au pouvoir, excluant toute participation de cette formation politique, qui était dirigé par l'ancien président Omar el-Bachir, au futur gouvernement. Il a ajouté que le Conseil avait décidé de passer en revue les missions diplomatiques soudanaises à l'étranger et de relever l'ambassadeur du Soudan aux Etats-Unis, Mohamed Attal-Moula Abbas, ainsi que l'ambassadeur du Soudan auprès de l'ONU à Genève, Mustafa Ismail. M. Kabashi a exclu, en outre, tout recours à la force pour disperser les rassemblements de manifestants, exhortant ses derniers à reprendre leur vie normale et d'accorder leur confiance à l'Armée engagée pleinement dans la mise en place des institutions de devant permettre la gestion de la période de transition.

Le soutien de la communauté internationale réclamé
Dans l'objectif de rassurer les populations, le Conseil de transition soudanais a fait part, lundi, d'un certain nombre de nouvelles résolutions devant conforter sa mission. Il s'agit, entre autres, de la nomination de nouveaux commandants de l'armée et de la police, d'un nouveau chef des services de renseignement et de sécurité, ainsi que de la formation de comités anti-corruption et d'enquête sur les pratiques de l'ancien parti au pouvoir. En direction des médias et pour appuyer la liberté de presse, il a été décidé de lever toutes les restrictions et de la censure imposées aux journalistes soudanais. En outre, tous les policiers et agents de l'ordre arrêtés pour avoir soutenu les manifestations lors des derniers évènements qu'a connu le pays ont été libérés. Sur le plan diplomatique, le ministère soudanais des Affaires étrangères a sollicité le soutien de la communauté internationale au nouveau Conseil militaire pour parvenir à une transition démocratique. "La communauté internationale doit comprendre la situation du Soudan et soutenir le conseil militaire de transition (...) dans le but de répondre à la volonté du peuple soudanais de réaliser une transition démocratique", a déclaré le ministère dans un communiqué cité par la presse locale. A ce titre, la Ligue arabe a apporté son plein soutien, saluant les mesures prises par le Conseil de transition en vue d'accomplir une transition politique dans le pays, tout en exhortant les différentes parties concernées à rester sur la voie du dialogue et a appelé la communauté internationale à répondre à l'appel du Conseil afin de contribuer à la stabilité du Soudan. Du côté des manifestants, la mobilisation reste de mise malgré les mesures adoptées par les autorités en place. Le sit-in tenu devant le siège de l'armée à Khartoum, qui rassemble des milliers de personnes depuis dix jours, est toujours maintenu. L'Association des professionnels soudanais (SPA), dont fait partie notamment des médecins, enseignants et ingénieurs à l'origine des manifestations, a appelé lundi les contestataires à rester "unis et mobilisés pour protéger la révolution" et continue à revendiquer un "transfert immédiat du pouvoir à un gouvernement civil de transition et de faire juger les anciens dirigeants du pays".

L'UA menace de suspendre le Soudan de l'organisation si l'armée demeure au pouvoir
L'Union africaine (UA) a menacé lundi de suspendre le Soudan de l'organisation panafricaine si l'armée, à la tête du pays depuis la destitution du président Omar el-Béchir, ne cède pas le pouvoir à une "autorité politique civile" d'ici une période de 15 jours. Le Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA "demande que l'armée soudanaise se retire et remette le pouvoir à une autorité politique civile (...) d'ici à 15 jours maximum", a indiqué le Conseil dans un communiqué. Le Conseil appelle l'autorité civile qui sera au pouvoir à mener "un processus inclusif et consultatif impliquant tous les acteurs et intervenants politiques soudanais" afin de trouver un accord sur les modalités de la transition menée par cette autorité civile. Dans le cas contraire, certains protocoles de l'UA seront mis en place, dont "la suspension de la participation du Soudan à toutes les activités de l'UA jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel", ajoute le communiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.