L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    Un 53e vendredi grandiose à Alger    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition politique : On avance à tatons
Publié dans Le Maghreb le 24 - 04 - 2019

Système politique, le même depuis 1962, développement économique et social inadapté, problèmes de société et sa rigueur, épreuves douloureuses conjuguées durant la tragédie nationale, pesanteurs internes et externes, multitude de confrontations politiques à la fois suivies de crise grave comme c'est le cas aujourd'hui ; l'Algérie se présente comme un microcosme de ce qu'est le Monde arabe en plein bouleversement.
Cela semble expliquer que l'avènement du mouvement citoyen depuis le 22 février dernier a émergé pour permettre au peuple d'exiger des redressements, conscient de la faiblesse et des échecs répétés du système sur le plan politique, démocratique et socio-économique. Des domaines qui ont été un lourd fardeau à supporter tout au long des vingt ans et qui ont pesé lourd dans la vie de la société algérienne. Le mouvement citoyen est venu dire que les Algériennes et les Algériens ont décidé de ne plus se laisser aveugler par un système " égoïste " qui gère le pays en fonction de ses intérêts et de son environnement en raison d'une politique suicidaire et de l'entêtement à faire durer l'agonie d'un régime dépassé et qui s'est caractérisé par l'improvisation, les gaspillages de tout genre, les détournements continus de deniers publics, la pollution économique et sociale, une démocratie de façade dont a été prodigue le régime du président Abdelaziz Bouteflika.
Cet aveuglement dont on retrouve le sens dans le fameux mot " après moi le déluge " est aujourd'hui une réalité qui se fait jour plaçant le pays, l'économie nationale, les institutions de l'Etat et le peuple dans une situation de survie.
Circonstance aggravante, cet égoïsme s'est nourri d'un mariage entre le régime et les pouvoirs de l'argent. Durant toute la période en question, le pays a continué d'être rongé par la corruption et dirigé par une "bande " associée aux oligarques et la guerre des clans qui faisait rage.
Le niveau de vie et le pouvoir d'achat baissent chaque jour. Les jeunes toujours tentés par la fuite à l'étranger, la " harga " comme moyen d'embarcation.
Au sein de la société, ses attentes et ses exigences ne sont nullement incarnées par les gouvernements qui se sont succédé avec des programmes tout à fait populistes et continuant d'incarner un système enraciné dans la corruption. Tout cela montre bien que l'avenir et le futur de l'Algérie ont depuis 1999 échappé au régime qui a été incapable de concevoir autre chose, autre perspective qui puissent servir le peuple ni encore moins un modèle de société, celui qui permet de se présenter comme un exemple à suivre. Tels sont les vérités et le sens du mécontentement populaire qui s'exprime depuis le 22 février sur fond de fatigue, ras-le-bol, désillusion envers le régime: les revendications sont claires, les enjeux clairs pour stabiliser le système sur fondement démocratique et déconstruire l'héritage du régime, en se consolidant sur le peuple et la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.