Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition politique : On avance à tatons
Publié dans Le Maghreb le 24 - 04 - 2019

Système politique, le même depuis 1962, développement économique et social inadapté, problèmes de société et sa rigueur, épreuves douloureuses conjuguées durant la tragédie nationale, pesanteurs internes et externes, multitude de confrontations politiques à la fois suivies de crise grave comme c'est le cas aujourd'hui ; l'Algérie se présente comme un microcosme de ce qu'est le Monde arabe en plein bouleversement.
Cela semble expliquer que l'avènement du mouvement citoyen depuis le 22 février dernier a émergé pour permettre au peuple d'exiger des redressements, conscient de la faiblesse et des échecs répétés du système sur le plan politique, démocratique et socio-économique. Des domaines qui ont été un lourd fardeau à supporter tout au long des vingt ans et qui ont pesé lourd dans la vie de la société algérienne. Le mouvement citoyen est venu dire que les Algériennes et les Algériens ont décidé de ne plus se laisser aveugler par un système " égoïste " qui gère le pays en fonction de ses intérêts et de son environnement en raison d'une politique suicidaire et de l'entêtement à faire durer l'agonie d'un régime dépassé et qui s'est caractérisé par l'improvisation, les gaspillages de tout genre, les détournements continus de deniers publics, la pollution économique et sociale, une démocratie de façade dont a été prodigue le régime du président Abdelaziz Bouteflika.
Cet aveuglement dont on retrouve le sens dans le fameux mot " après moi le déluge " est aujourd'hui une réalité qui se fait jour plaçant le pays, l'économie nationale, les institutions de l'Etat et le peuple dans une situation de survie.
Circonstance aggravante, cet égoïsme s'est nourri d'un mariage entre le régime et les pouvoirs de l'argent. Durant toute la période en question, le pays a continué d'être rongé par la corruption et dirigé par une "bande " associée aux oligarques et la guerre des clans qui faisait rage.
Le niveau de vie et le pouvoir d'achat baissent chaque jour. Les jeunes toujours tentés par la fuite à l'étranger, la " harga " comme moyen d'embarcation.
Au sein de la société, ses attentes et ses exigences ne sont nullement incarnées par les gouvernements qui se sont succédé avec des programmes tout à fait populistes et continuant d'incarner un système enraciné dans la corruption. Tout cela montre bien que l'avenir et le futur de l'Algérie ont depuis 1999 échappé au régime qui a été incapable de concevoir autre chose, autre perspective qui puissent servir le peuple ni encore moins un modèle de société, celui qui permet de se présenter comme un exemple à suivre. Tels sont les vérités et le sens du mécontentement populaire qui s'exprime depuis le 22 février sur fond de fatigue, ras-le-bol, désillusion envers le régime: les revendications sont claires, les enjeux clairs pour stabiliser le système sur fondement démocratique et déconstruire l'héritage du régime, en se consolidant sur le peuple et la justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.