Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : Poursuite des bombardements sur Tripoli malgré les appels au cessez-le-feu
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Les bombardements aériens menés par les troupes du maréchal Khalifa Haftar, se sont poursuivis samedi dans l'est de la capitale libyenne, Tripoli, malgré les appels incessants de la communauté internationale à un cessez-le-feu, réaffirmant qu'il ne pouvait y avoir de solution militaire à la crise actuelle en Libye.
Selon les médias, ces bombardements menés par les troupes du maréchal Khalifa Haftar, qui a lancé depuis le 4 avril une offensive pour tenter de s'emparer de la capitale libyenne où siège le gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al Sarraj reconnu par la communauté internationale, ont visé "le plus grand dépôt de munitions" appartenant au gouvernement reconnu par l'ONU.
Le porte-parole du ministère de la Santé, Fawzi Ouanis, a indiqué que neuf personnes sont mortes, "dont deux femmes et un enfant", soulignant que les victimes "sont toutes des civils".
Ces frappes aériennes sont intervenues au lendemain d'une discussion téléphonique entre le ministre tunisien des Affaires étrangères Khémaies Jhinaoui et le président du Hat Conseil d'Etat libyen Khaled al Mechri qui a donné un aperçu des récents développements en Libye.
"Il n'y a pas de solution militaire en Libye", a affirmé M. Jhinaoui, appelant les principaux protagonistes libyens à "l'arrêt des combats et à la relance du processus politique pour parvenir à une solution consensuelle globale sous l'égide des Nations Unies. Le but étant de "rétablir la sécurité et la stabilité en Libye et d'éviter à son peuple davantage de souffrances".
Le ministre a "rappelé les efforts de la Tunisie dans le cadre de l'initiative tripartite (Tunisie, Algérie, Egypte), en consécration de la Déclaration de Tunis pour un règlement politique et global en Libye. Il a évoqué les résultats de la 7éme réunion consultative tenue le 12 juin 2019 à Tunis.
L'Algérie, la Tunisie et l'Egypte ont réitéré leur appel au dialogue pour une solution politique, durable, négociée dans le cadre des Nations unies en Libye, où le processus politique est dans l'impasse depuis le début de l'offensive début avril de Khalifa Haftar sur Tripoli.

Pas de solution militaire à la crise actuelle
Depuis la chute de l'ancien régime de Maammar el Gueddafi en 2011, la Libye peine à assurer une transition démocratique, alors que le pays est plongé dans un climat d'insécurité et de chaos.
Au regard de la situation actuelle, la haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a réaffirmé dernièrement qu'il ne pouvait y avoir de solution militaire à la crise actuelle en Libye.
Lors d'un entretien téléphonique avec le chef du gouvernement d'union nationale de Libye, Fayez Al Serraj, Mme Mogherini a souligné l'importance de poursuivre "la voie politique sous les auspices de l'ONU" d'autant plus qu'"il ne pouvait y avoir de solution militaire à la crise" libyenne, indique un communiqué de son porte-parle.
Les deux parties ont convenu de rester en contact étroit dans les prochains jours et de poursuivre le dialogue entamé dans le cadre des efforts en cours en vue de trouver une issue à la crise en Libye, où le processus politique est toujours dans l'impasse depuis le début de l'offensive début avril de Haftar sur Tripoli.
L'UE avait déjà appelé à plusieurs reprises à un cessez-le-feu à Tripoli, exprimant ses inquiétudes quant à l'impact des actions militaires sur les civils, tout en exhortant toutes les parties impliquées à retourner à la table des négociations sous l'égide de l'ONU.
Malgré les appels incessants de la communauté internationale pour un cessez-le-feu, les combats se poursuivent entre les forces du gouvernement d'union nationale et les troupes de Khalifa Haftar, qui n'ont pas réussi en raison d'une forte résistance des forces du GNA à entrer dans la capitale Tripoli.
D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les combats ont fait jusqu'ici 653 morts et 3.547 blessés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.