Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"
Publié dans Le Maghreb le 19 - 06 - 2019

Pour libérer l'Algérie des effets de la crise à laquelle elle est confrontée depuis près de cinq mois, il y a urgence pour les représentants de la contestation populaire et du pouvoir en charge de gérer la transition, d'engager le dialogue et d'accepter de faire de mutuelles concessions.
Ancien officier supérieur de l'ANP, Mohamed Khalfaoui rappelle que lors de son discours de mardi, le chef d'état-major, Gaïd Salah avait relancé l'idée d'une recherche de solution par le biais d'un dialogue organisé dans un cadre constitutionnel seul moyen, selon lui, de parvenir " à une entente ".
S'exprimant, mardi, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, celui-ci considère que les Algériens doivent prendre conscience de l'extrême gravité de la situation à laquelle est présentement confronté leur pays et que seul, estime-t-il, le chef de l'Etat, dont il juge qu'il doit continuer à assurer ses fonctions, est légalement à même de décider des mesures pour y faire face. " On ne peut, souligne-t-il, étêter l'Etat en cette période de crise " souligne-t-il.
A propos de l'organisation d'une présidentielle " propre et honnête ", laquelle pourrait, déclare-t-il, pouvoir se tenir dans trois à quatre mois, l'intervenant abonde, par contre, dans le sens des revendications exprimées durant les manifestations de chaque vendredi, réclamant le départ " justifié " du Premier-ministre, Nourredine Bedoui et des ministres de la Justice et de l'Intérieur.
L'urgence, considère-t-il, est de rassurer les citoyens qu'ils sont désormais défendus par une justice indépendance et une armée qui a donné des gages de sa bonne volonté à répondre à leurs revendications, " sans exception". Des menaces pesant sur la Nation à partir de ses frontières, M. Khalfaoui relève que sans l'apport du peuple, l'armée s'en trouverait diminuée ,mais que dans le cas contraire, nul ne pourrait être tenté à empiéter sur la moindre parcelle de leur territoire commun, d'où, reprend-il, l'impérieuse urgence à dépasser la délicate situation à laquelle fait face présentement le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.