« Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Le Général-major Kaidi nommé chef de département emploi-préparation de l'Etat-major de l'ANP    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Le E oublié de l'ANEP… volonté politique ou négligence ?    Covid-19: les cadres supérieurs de la DGSN font don d'un mois de leurs salaires    JM Oran-2022: "ambitions revues à la hausse"    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Covid-19: 37 licences de production de gel hydroalcoolique accordées    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    La tendance à la baisse des décès du Covid-19 se confirme    Les écoles privées aux abonnés absents    Le bac tributaire de l'évolution de la situation sanitaire    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Le Pr Benbouzid n'exclut pas un confinement total    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart
Publié dans Le Maghreb le 18 - 08 - 2019

La tradition de sécher la viande du mouton de sacrifice demeure une pratique bien entretenue et résiste au temps dans la commune d'El-Mahmal, appelée également Tazghart dans la wilaya de Khenchela.

Les femmes dans cette région, distante de 9 km au Sud du chef-lieu de wilaya s'attèlent, dès le troisième jour de la fête du sacrifice à entamer l'opération de séchage de viande pour en faire du "khliî", ingrédient de base dans plusieurs plats traditionnels notamment préparés en hiver.
Pour El-Hadja Zhira Dziri, 69 ans, originaire de Tazghart, la préparation d'El-Khliî est une tradition qui se transmet de génération en génération parmi les femmes de sa tribu, indiquant à l'APS, qu'à son âge, elle demeure fidèle à la tradition.
"Au troisième jour de l'Aid, je prends des tranches de viande, la cuisse et les côtés notamment, que je coupe en grosses lanières avec un couteau bien aiguisé, je badigeonne le tout avec beaucoup de sel avant de suspendre les morceaux de viande sur une corde à linge propre et les laisser sécher", souligne-t-elle.
Et d'ajouter comme astuce : "il est préférable de faire sécher les morceaux de viande, ce qui deviendront khliî ou guedid à l'ombre à l'abri du soleil, dans un endroit aéré, pendant une semaine en été et jusqu'à deux semaines en hiver".
Astucieuse et cumulant des années d'expérience en la matière, Hadj Zhira conseille encore : "au besoin, on peut pulvériser quelque gouttes d'huile d'olive sur la viande pour repousser les moustiques".
Pour cette sexagénaire, l'Aïd El-Adha est une occasion au cours de laquelle la viande est disponible en grande quantité pour la plupart des familles et permet de sécher de grandes quantités et l'utiliser pendant l'hiver dans des mets traditionnels et succulents.

Le "Khliî" pour faire Berkoukche, Lemkartfa et Berboucha
"La viande méticuleusement séchée est conservée dans des récipients en terre cuite, constitue un approvisionnement pour l'hiver et la base des plats traditionnels pour tous les membres de la famille, fréquemment parmi les familles activant dans l'agriculture, pour se donner de l'énergie et résister au froid rude des régions de Tazghart", souligne-t-on.
Pour hadja Zhira, Berkoukhe, Lemkartfa (des pâtes à base de semoule) ou le couscous, appelée à Khenchela Barboucha ou Boumaghlouth (couscous à base d'orge), des plats préparés à base de viande séchée dont on ajoute pour certains (Lemkartfa) des fèves sèches et pour tous du piment rouge bien piquant, ont "un goût des plus savoureux".
Elle affirme même que ces mets sont succulents avec khliî qu'avec de la viande tendre.
"Servis dans une +gasaâ+ (terrine ndlr) comme à l'ancienne, ces plats sont des vrais délices", affirme-t-elle encore.
Elle enchaine, non sans regret "de nos jours, cette tradition est de plus en plus délaissée à Khenchela. La disponibilité des moyens pour préserver la viande des réfrigérateurs et des congélateurs et la préférence des plats vite faits englouties beaucoup de traditions".
De son coté, Dr Amir Boukhadna de l'établissement public hospitalier (EPH), Ahmed Ben Bella de khenchela a affirmé à l'APS que la tradition de sécher la viande constitue "une des meilleures méthodes pour conserver la viande d'une manière saine et préserver sa valeur nutritive".
"Badigeonner la viande avec de grandes quantités de sel lui permet de tenir longtemps et de résister aux facteurs externes qui peuvent le dégénérer", a-t-il ajouté.
Le praticien a également soutenu que la viande séchée, contrairement à ce que pensent de nombreux jeunes qui refusent d'y goûter est "bénéfique pour la santé".
"Les nutritionnistes conseillent de manger le "khliî" et recommandent de bien reproduire la façon à l'ancienne de préserver cette viande, bien séchée et bien conservée à l'abri de l'humidité", affirme-t-il encore.
Dr Boukhadna, prévient néanmoins, que le "khliî" est déconseillé pour les hypertendus ou les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires en raison "de grandes quantités de sel et de graisse que contient cette viande".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.