Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart
Publié dans Le Maghreb le 18 - 08 - 2019

La tradition de sécher la viande du mouton de sacrifice demeure une pratique bien entretenue et résiste au temps dans la commune d'El-Mahmal, appelée également Tazghart dans la wilaya de Khenchela.

Les femmes dans cette région, distante de 9 km au Sud du chef-lieu de wilaya s'attèlent, dès le troisième jour de la fête du sacrifice à entamer l'opération de séchage de viande pour en faire du "khliî", ingrédient de base dans plusieurs plats traditionnels notamment préparés en hiver.
Pour El-Hadja Zhira Dziri, 69 ans, originaire de Tazghart, la préparation d'El-Khliî est une tradition qui se transmet de génération en génération parmi les femmes de sa tribu, indiquant à l'APS, qu'à son âge, elle demeure fidèle à la tradition.
"Au troisième jour de l'Aid, je prends des tranches de viande, la cuisse et les côtés notamment, que je coupe en grosses lanières avec un couteau bien aiguisé, je badigeonne le tout avec beaucoup de sel avant de suspendre les morceaux de viande sur une corde à linge propre et les laisser sécher", souligne-t-elle.
Et d'ajouter comme astuce : "il est préférable de faire sécher les morceaux de viande, ce qui deviendront khliî ou guedid à l'ombre à l'abri du soleil, dans un endroit aéré, pendant une semaine en été et jusqu'à deux semaines en hiver".
Astucieuse et cumulant des années d'expérience en la matière, Hadj Zhira conseille encore : "au besoin, on peut pulvériser quelque gouttes d'huile d'olive sur la viande pour repousser les moustiques".
Pour cette sexagénaire, l'Aïd El-Adha est une occasion au cours de laquelle la viande est disponible en grande quantité pour la plupart des familles et permet de sécher de grandes quantités et l'utiliser pendant l'hiver dans des mets traditionnels et succulents.

Le "Khliî" pour faire Berkoukche, Lemkartfa et Berboucha
"La viande méticuleusement séchée est conservée dans des récipients en terre cuite, constitue un approvisionnement pour l'hiver et la base des plats traditionnels pour tous les membres de la famille, fréquemment parmi les familles activant dans l'agriculture, pour se donner de l'énergie et résister au froid rude des régions de Tazghart", souligne-t-on.
Pour hadja Zhira, Berkoukhe, Lemkartfa (des pâtes à base de semoule) ou le couscous, appelée à Khenchela Barboucha ou Boumaghlouth (couscous à base d'orge), des plats préparés à base de viande séchée dont on ajoute pour certains (Lemkartfa) des fèves sèches et pour tous du piment rouge bien piquant, ont "un goût des plus savoureux".
Elle affirme même que ces mets sont succulents avec khliî qu'avec de la viande tendre.
"Servis dans une +gasaâ+ (terrine ndlr) comme à l'ancienne, ces plats sont des vrais délices", affirme-t-elle encore.
Elle enchaine, non sans regret "de nos jours, cette tradition est de plus en plus délaissée à Khenchela. La disponibilité des moyens pour préserver la viande des réfrigérateurs et des congélateurs et la préférence des plats vite faits englouties beaucoup de traditions".
De son coté, Dr Amir Boukhadna de l'établissement public hospitalier (EPH), Ahmed Ben Bella de khenchela a affirmé à l'APS que la tradition de sécher la viande constitue "une des meilleures méthodes pour conserver la viande d'une manière saine et préserver sa valeur nutritive".
"Badigeonner la viande avec de grandes quantités de sel lui permet de tenir longtemps et de résister aux facteurs externes qui peuvent le dégénérer", a-t-il ajouté.
Le praticien a également soutenu que la viande séchée, contrairement à ce que pensent de nombreux jeunes qui refusent d'y goûter est "bénéfique pour la santé".
"Les nutritionnistes conseillent de manger le "khliî" et recommandent de bien reproduire la façon à l'ancienne de préserver cette viande, bien séchée et bien conservée à l'abri de l'humidité", affirme-t-il encore.
Dr Boukhadna, prévient néanmoins, que le "khliî" est déconseillé pour les hypertendus ou les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires en raison "de grandes quantités de sel et de graisse que contient cette viande".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.