Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue
Publié dans Le Maghreb le 22 - 08 - 2019


Par Ammar Zitouni

Tout est en train d'indiquer que l'architecture de la feuille de route nationale de sortie de crise et d'organisation de l'élection présidentielle dans les plus brefs délais se construit sur des piliers par un chantier politique et social bien décidé et plus vite de sortir des fondations et des semelles pour voir s'ériger le consensus national, de créer les conditions nécessaires du dialogue dans la confiance mutuelle entre les parties prenantes et que d'aucuns aplanissent leurs contradictions et leurs divergences dans le seul intérêt de la nation.
Dans le contexte actuel marqué par des menaces sécuritaires qui pèsent sur les frontières de l'Algérie, la baisse continue des prix du baril de pétrole depuis la mi-mai 2014, une crise économique mondiale qui s'exacerbe chaque jour, les tentatives et manœuvres de certains individus de faire capoter le processus de dialogue national, des nostalgiques de la fitna et de l'anarchie, les acteurs politiques y compris l'opposition ont le devoir de se mobiliser dans une périmètre national afin de souscrire sans aucun préalable aux priorités du moment, s'orienter vers le débat de la scène politique dans le sens de la préservation de l'unité nationale, l'intérêt suprême du pays. Il est donc indispensable que les escales préparatoires à la sortie de crise ne soient pas faites dans la précipitation, les faux préjugés politiques ou la malveillance de certains qui continuent de verser dans les querelles politiciennes et le déchirement.
La malveillance est forcément le fait d'une attitude irresponsable mais souvent délibérée à caractère politicien tendancieux dépourvue de connotation citoyenne et patriotique visant tout simplement à tromper l'opinion publique ou de cacher la défaillance de ses auteurs, leur incapacité à assumer pleinement leur devoir national de sortie de crise. Maintenant que les règles du consensus national prôné par l'Instance de dialogue et de médiation sont claires et que la " rentabilité socio-politique est le seul indice de valeur pour juger les conséquences négatives de la crise et leurs solutions ; d'aucuns à leur tour doivent contribuer à la réussite de ce processus de dialogue et mettre un peu d'ordre dans leur " mémoire politique ", en cessant d'envenimer le rôle et la mission de l'Instance de dialogue et de médiation avec des critiques violentes, muettes aux yeux de l'opinion publique et sans aucune utilité publique puisqu'elles ne trouvent aucun répondant au sein de la société.
En somme, c'est à partir de cette réalité décevante que le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, et le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah s'accordent pleinement avec le planning du groupe de Karim Younes pour un dialogue global et inclusif qui permettra sans nul doute à ce Panel de redorer le blason de la démocratie participative et de s'affirmer en toute neutralité et indépendance sur l'échiquier politique national de plus en plus mouvant comme étant un partenaire à part entière, la locomotive pour la recherche des voies et moyens de sortie de la crise que vit le pays depuis plus de six mois.
Et d'autre part, l'Instance de dialogue et de médiation permettra ouvertement aux acteurs politiques et de la société civile à s'inscrire sans équivoque dans ce débat politique et de proposer les éléments, les règles et les mécanismes qui contribueront à l'accès de la plateforme consensuelle. Ce qui signifie que l'unique voie pour résoudre la crise qui vit le pays repose uniquement sur l'adoption par tous d'un dialogue national, constructif et clairvoyant qui place l'Algérie au-dessus de toute autre considération et en appelle à la disponibilité de tous à s'entendre et s'écouter mutuellement, avec pondération, sérénité, engagement et une aspiration commune sincère vers la nécessité, voire l'impératif, de trouver les solutions idoines sans délai pour une sortie de crise calme.
Ces préalables au consensus national mis en avant par le chef de l'Etat et le vice-ministre de la Défense nationale montrent combien est l'importance de la responsabilité de tous, de l'ensemble de la communauté nationale d'aboutir rapidement à des issues adéquates à cette crise surtout que le peuple algérien ne veut plus revivre les expériences douloureuses, dont il a subi les affres et souffert terriblement des répercussions qui ont eu lieu sur la vie nationale.
Tout comme il n'oublie et ne veut oublier cette pénible période qu'il a vécue durant la décennie noire des années 9O caractérisée par le sang, le feu et les massacres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.