Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bordj Bou-Arreridj: Le pôle industriel de Mechta-Fatima catalyseur de richesses, d'emploi et de valeur ajoutée
Publié dans Le Maghreb le 10 - 11 - 2019

Le nouveau wali de Bordj Bou-Arreridj, M. El Ghali Abdelkader Belhedjazi semble bien consacrer ses priorités au secteur de l'investissement productif créateur de richesses et d'emploi dans le cadre d'une approche économique et non pas bureaucratique ou administrative. Il s'est engagé de fait à assainir le foncier industriel non exploité ( avec déjà 6 concessions annulées et la récupération de plus de 1O hectares)et d'offrir un lot de terrain pour tout investissement, sans distinction de secteur ou de créneau, l'enjeu pour lui étant de créer des emplois, de la valeur ajouté "et de mieux impulser le développement et la croissance au niveau de la région. Le wali est déterminé selon ses propres engagements dans un cadre conceptuel à dépasser les fragilités structurelles du tissu industriel, la lutte contre la bureaucratie et relancer l'investissement sur une trajectoire positive favorisant l'innovation. Et comme priorité qu'il s'est donnée, le pôle industrielle de Mechta-Fatima dans la commune d'El-hammadia avec déjà une enveloppe financière de 2OO milliards de centimes pour l'achèvement de son aménagement.
Là où le wali s'est montré intransigeant, c'est lorsqu'il a résolu un épineux problème que ses prédécesseurs n'ont pu résoudre. Un citoyen de la localité de Mechta-Fatima (Ouled Rachdi) refusant de céder une de ses parcelles dans le cadre de l'expropriation pour le passage de la ligne électrique devant alimenter la zone. Il s'agit d'une famille qui a demandé une indemnisation conséquente. En fin de semaine, le chef de l'exécutif de la wilaya a reçu le représentant de cette famille qui est en même temps investisseur. Un accord a été conclu avec l'octroi d'une assiette foncière à ce dernier en contre-partie de son engagement à permettre le passage de ligne électrique sur son terrain. Ce dénouement met ainsi fin à ce grand retard d'électrification de la zone astreignant par exemple le propriétaire de la briqueterie " Bourahli" à prendre en charge sur son compte le réseau d'électrification de son unité. L'intervention du wali a été saluée par les investisseurs implantés dans la zone.
Ce virage économique intelligent pour promouvoir plus la zone industrielle de Mechta-Fatima semble être une démarche " disruptive " annoncée par le nouveau wali de la capitale des Bibans pour un parc industriel qui accuse beaucoup de retard quant à sa finalisation et son aménagement et ce, depuis presque deux décennies. Il s'agit en fait d'un pôle intégré qui se fonde sur des industries lourdes basées sur les filières de la pétrochimie, l'agro-alimentaire, les matériaux de construction, les industries électroniques, les technologies de l'information et de la communication, l'industrie automobile et l'industrie pharmaceutique. Le pôle industriel en question s'étend sur une superficie de 4OO hectares extensible à 600 autres. Déjà plus de 21O opérateurs sont sur place pour la réalisation de leurs projets. Mechta-Fatima vient ainsi supplier le déficit en foncier industriel d'autant que l'ancienne zone industrielle de Bordj-Bou-Arreridj qui compte plus de 2OO unités est saturée
Située à moins de 6 km au sud du chef-lieu de wilaya et à moins de 3 km au nord-ouest du chef-lieu de la commune d'El-hammadia sur l'axe de la RN. 45 (Bordj Bou-Arreridj-M'sila) et de la voie ferrée dans la même direction.
Cette zone que les gens de la région surnomme "Mechta-Fatima industrielle intégrée ", se trouve à une trentaine de kilomètres du port sec de Tixter. C'est aussi, une renommée mondiale, grâce aux différents articles publiés par notre quotidien " Le Maghreb de l'Economie " que le pôle industriel de Mechta-Fatima a été connu au niveau international. Nos articles sont cités par exemple par les représentations diplomatiques de l'Algérie à l'étranger, par les universités algériennes, par Wikipédia par le site international Regards sur les pôles et a été même évoqué lors d'un forum économique arabe.
Et flux d'informations provenant de l'entourage du wali, ce dernier s'est engagé à réunir toutes les conditions nécessaires pour l'achèvement des travaux d'aménagement de la zone de Mechta d'ici le début de l'année 2O2O pour en faire un vaste champ, une composante cruciale dans la création de plus de 16 000 emplois dont 12 000 emplois permanents, le transfert de technologie et la diversification de l'économie de la wilaya. Pour M. El Ghali Abdelkader Belhedjazi " c'est un choix qui est motivé par les besoins de la croissance économique du pays aussi par l'après-pétrole.
La promotion de ce pôle industrielle sera encouragée, sera accompagnée de politique d'appui à l'innovation, la promotion de nouvelles technologies et de création d'une capacité intelligente économique ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.