430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Covid19: 26 décès et plus de 1500 cas impactés parmi les personnels de la Santé    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental: La Côte d'ivoire ouvre un consulat au Sahara occidental, colère d'Alger
Publié dans Le Maghreb le 24 - 02 - 2020

Une crise diplomatique a éclaté entre Alger et Abidjan après que la Côte d'Ivoire a ouvert un consulat à Laâyoune, principale ville du Sahara occidental sous autorité marocaine.

Alger estime que cet acte est une "transgression flagrante du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale de l'Onu". Alger est en colère, très en colère. L'inauguration, mardi 18 février, par la Côte d'Ivoire d'un consulat général à Laâyoune, capitale du Sahara occidental sous autorité marocaine, a conduit au rappel de l'ambassadeur d'Algérie à Abidjan "pour consultations". Par ce rappel, le gouvernement algérien a tenu à dénoncer l'ouverture dudit consulat, ainsi que les propos d'Ally Coulibaly, le ministre ivoirien de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'Extérieur, qui a affirmé que son pays était un fervent défenseur de "la marocanité du Sahara".
"Le ministère des Affaires étrangères a décidé de rappeler, pour consultations, l'ambassadeur d'Algérie en Côte d'Ivoire, suite aux déclarations sibyllines et insidieuses du ministre de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, lors de l'ouverture d'un prétendu consulat de Côte d'Ivoire à Laâyoune, au Sahara occidental.
Cette ouverture intervient au mépris des principes et des objectifs consacrés par l'acte constitutif de l'Union africaine, notamment l'impératif d'unité et de solidarité entre les peuples d'Afrique et la défense de l'intégrité territoriale et l'indépendance des pays membres de l'Union", précise un communiqué du département algérien des Affaires étrangères diffusé jeudi par l'agence officielle APS.
Said Layachi estime que la réaction d'Alger "n'est pas épidermique": "L'Algérie a eu une réaction conséquente, car elle reste dans le cadre de l'Union africaine. Cette ouverture est une offense envers la République arabe sahraouie démocratique, qui est membre fondateur de l'UA", réagit le président du Comité national de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), au micro de Sputnik.
Il rappelle que la Côte d'Ivoire est le septième pays après l'Union des Comores, le Gabon, la Guinée, la Gambie, Sao Tomé-et-Principe et la République centrafricaine à ouvrir des postes consulaires dans les territoires du Sahara occidental sous autorité marocaine. Des pays, selon lui, "qui n'aident pas à la résolution d'un conflit africain et qui ne font que parasiter ce dossier".
"C'est une véritable pagaille diplomatique. Depuis déjà quelques années, le Maroc a entrepris une stratégie de normalisation de l'occupation du Sahara occidental c'est-à-dire banaliser sa présence dans ce territoire dans une logique de fait accompli. Il est apparu récemment que des pays africains ont perdu leur droit de vote au sein de l'Onu pour ne pas avoir honoré leurs cotisations. Le Maroc a donc payé pour certains d'entre eux en leur demandant, en contrepartie, d'ouvrir des consulats. Il faut savoir que certains de ces pays n'ont même pas d'ambassade au Maroc. De plus, la mission d'un consulat est de veiller à la sécurité et aux droits de ses ressortissants dans un pays étranger. Or il n'y a aucun ressortissant de ces pays au Sahara occidental", souligne Said Layachi. Du côté du Front Polisario, on ne cache pas sa colère et son incompréhension. Au mois de janvier, le Président Brahim Ghali avait saisi officiellement Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'UA, pour dénoncer l'implication "de pays membres de l'UA avec l'occupant marocain dans les agressions contre le peuple sahraoui et sa souveraineté à travers l'ouverture "de consulats" dans la partie occupée de la République sahraouie". Malainin Lakhal, ambassadeur de la République sahraouie au Botswana, précise à Sputnik que les actes de ces sept pays africains "vont à l'encontre des principes et des valeurs de l'Union africaine". "Il faut dire aussi que cet acte honteux n'a absolument aucune importance légale et ne change en rien les faits sur le terrain. La République sahraouie est un membre fondateur de l'Union africaine et elle est là pour rester, le Maroc est toujours une force d'occupation militaire d'une partie du pays. Et ces pays ne peuvent pas, par leur acte, donner au Maroc une souveraineté sur le Sahara occidental", ajoute Malainin Lakhal à notre micro. Cette affaire des consulats dans les territoires sahraouis sous autorité marocaine pourrait prendre la forme d'une crise multidimensionnelle entre d'un côté, le gouvernement sahraoui et son principal allié -l'Algérie- et de l'autre, le Maroc et certains pays africains qui ont fait le choix de s'impliquer ouvertement dans le dossier très sensible du Sahara occidental. La crise devrait également prendre de l'ampleur au sein même des instances de l'Union africaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.