Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Premier League : Hakim Ziyech une nouvelle fois décisif avec Chelsea    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle 2020 en Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara désigne son dauphin
Publié dans Le Maghreb le 15 - 03 - 2020

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, très proche du président Alassane Ouattara, a été désigné dans la nuit de jeudi à vendredi candidat du parti au pouvoir à la présidentielle du 31 octobre qui s'annonce tendue.

"Le Conseil politique du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix) m'a désigné, à l'unanimité, comme le candidat du parti à l'élection présidentielle d'octobre 2020. Je mesure l'ampleur de la responsabilité et l'ampleur de la charge", a affirmé le Premier ministre.
Si le choix de son Premier ministre par Alassane Ouattara était un secret de polichinelle depuis des semaines, sa désignation sans vote par le bureau politique, une semaine à peine après l'annonce du président de ne pas briguer un troisième mandat, est une surprise.
"Le RHDP a accéléré le tempo pour laisser le temps à Amadou Gon Coulibaly de faire campagne, d'être visible", estime le politologue Jean Alabro.
Agé de 61 ans, Premier ministre depuis 2017, Gon Coulibaly a en effet accompli toute sa carrière dans l'ombre du président Ouattara dont il est un des proches et dont il a la confiance.
"Cela fait 30 ans que j'apprends aux côtés du président Alassane Ouattara", explique-t-il volontiers.
Il a été le secrétaire général de la présidence de la République, de l'arrivée au pouvoir de Ouattara jusqu'à sa nomination comme Premier ministre. Ancien haut fonctionnaire et ancien ministre de l'Agriculture, il a été formé en France et, comme son mentor, maîtrise bien les circuits financiers internationaux.

Cassant et clivant
Père de cinq enfants, M. Gon, issu d'une grande famille de Korhogo, dans le nord de la Côte d'Ivoire, est à ce titre très influent chez les chefs traditionnels. Il a été maire de Korhogo (quatrième ville du pays) de 2001 à 2018.
Dans les rangs du RHDP, certains, sous couvert d'anonymat, mettaient en doute avant le bureau politique la pertinence de sa candidature. "Gon n'est pas charismatique. Il est cassant. Il est clivant au sein de notre camp. C'est un grand travailleur, un excellent ministre ou Premier ministre mais ce n'est pas un bon candidat".
Si le puissant ministre de la Défense Hamed Bakayoko lui a fait immédiatement allégeance, d'autres barons s'en sont abstenus.
"Si nous voulons que notre pays continue d'évoluer dans l'esprit de gouvernance (de Ouattara), Gon est le mieux placé", a affirmé Hamed Bakayoko,à qui certains prêtaient une ambition présidentielle et une rivalité avec le Premier ministre.
"Ne prenons pas des engagements d'une heure dans une salle, qui par la suite ne reflèteront pas la réalité sur le terrain", a en revanche affirmé sur sa page Facebook le ministre de l'Enseignement supérieur, Albert MabriToikeusse, qui avait évoqué sa propre candidature.
L'absence du ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh, lui aussi candidat potentiel, a également été remarquée au bureau politique.
"A partir du moment où Ouattara n'était plus candidat, il fallait réajuster la stratégie pour mobiliser autour du nouveau leader, et couper toute velléité d'autre candidature", analyse le politologue Arthur Banga.
Depuis quelques mois et contrairement à ses habitudes du début, le Premier ministre, qui est aussi devenu plus avenant avec les journalistes, s'est souvent mis en avant lors des manifestations publiques.
Le 5 mars, le président Alassane Ouattara a mis fin à des mois de suspense en annonçant qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, une décision surprise saluée dans le pays et à l'étranger.
Le climat politique est tendu en Côte d'Ivoire avant la présidentielle qui se tiendra dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011, née du refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara, et qui avait fait 3.000 morts.
Au sein de l'opposition, l'ancien Premier ministre Guillaume Soro, 47 ans, ex-chef de la rébellion pro-Ouattara, mais devenu un de ses adversaires, est le seul à s'être déclaré candidat. Accusé de complot, sous le coup d'un mandat d'arrêt en Côte d'Ivoire, il vit actuellement en France.
L'ex-président Henri Konan Bédié (1993-99), chef du principal mouvement d'opposition, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), laisse planer le mystère sur son éventuelle candidature.
L'ex-président Laurent Gbgabo (2000-10), figure tutélaire du Front Populaire ivoirien, l'autre grand parti d'opposition, est en liberté conditionnelle en Belgique, dans l'attente de l'examen de l'appel de son procès devant la Cour pénale internationale, après son acquittement en première instance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.