Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les symptômes d'un éclatement
Alliance présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 01 - 2010

Les ingrédients d'un éclatement sont là, et ce n'est pas le récent accord conclu entre le RND et le PT qui infirmera cette sentence. La messe est dite. En effet, plusieurs indicateur
Les ingrédients d'un éclatement sont là, et ce n'est pas le récent accord conclu entre le RND et le PT qui infirmera cette sentence. La messe est dite. En effet, plusieurs indicateur
L'Alliance présidentielle semble très affectée par les vicissitudes de la vie politique. Le malaise s'est davantage accentué au sein de cette coalition à l'occasion du renouvellement partiel du Conseil de la nation. s plaident dans ce sens. D'abord, l'accord entre le parti de Louisa Hanoune et celui d'Ahmed Ouyahia, est politique et non conjoncturel puisque ses contractants veulent l'inscrire dans la durée, le retard pris dans la passation de la présidence tournante de l'Alliance qui a largement dépassé les normes statutaires et ensuite le désintérêt affiché par les trois partenaires beaucoup plus préoccupés par leurs situations internes. Si le RND a annoncé la couleur en s'assurant l'appui du PT, le vieux parti lui, a replongé dans ses clivages comme à l'approche de chaque congrès, alors que le MSP est déchiré en deux factions après l'éclosion d'un mouvement de dissidence mené par un poids lourd de cette formation islamiste, Abdelmadjid Ménasra en l'occurrence, qui a fait une ombre épaisse à Aboudjerra Soltani. Said Bouhadja, membre de l'instance politique du FLN, explique que le parti tient toujours à l'Alliance présidentielle, tout en nourrissant des appréhensions sur l'alliance RND-PT «illogique et contre-nature » pour le paraphraser. Il n'a pas manqué tout de même de réagir aux récentes déclarations de Chiheb Seddik qui voulait faire du FLN «un patrimoine national dans le musée de tous les algériens». Pour Bouhadja, l'histoire de Saint Egidio, évoquée par ce cadre du RND, est dépassée par le temps et elle ressuscitée aujourd'hui pour nuire au FLN. C'est dire les hostilités ouvertes entre les deux partis majoritaires de l'Alliance présidentielle, avec Louisa Hanoune comme invitée-surprise. Donc, l'effritement de cette coalition née autour du programme présidentielle, se confirme chaque jour davantage, bien que le FLN et le MSP aspirent à se rencontrer après l'achèvement des rendez-vous électoraux pour passer la présidence de l'Alliance au RND. Ce dernier a le vent en poupe, après sa montée lors des élections sénatoriales du 29 décembre dernier, talonnant de très près le vieux parti comme pour l'avertir de son arrivée. Si cela renseigne sur la sérénité et la persévérance de la formation de l'actuel Premier ministre, il n'en demeure pas moins qu'il est annonciateur d'une reconfiguration de l'échiquier politique national imminente. Les desseins et les prétentions du RND sont tellement manifestes que le FLN s'affole à l'idée de voir sa suprématie menacée. L'arrivée d'autres formations dans la cour des «grands», le PT et le FNA, donne plus de consistance à cette nouvelle situation.
M. C.
L'Alliance présidentielle semble très affectée par les vicissitudes de la vie politique. Le malaise s'est davantage accentué au sein de cette coalition à l'occasion du renouvellement partiel du Conseil de la nation. s plaident dans ce sens. D'abord, l'accord entre le parti de Louisa Hanoune et celui d'Ahmed Ouyahia, est politique et non conjoncturel puisque ses contractants veulent l'inscrire dans la durée, le retard pris dans la passation de la présidence tournante de l'Alliance qui a largement dépassé les normes statutaires et ensuite le désintérêt affiché par les trois partenaires beaucoup plus préoccupés par leurs situations internes. Si le RND a annoncé la couleur en s'assurant l'appui du PT, le vieux parti lui, a replongé dans ses clivages comme à l'approche de chaque congrès, alors que le MSP est déchiré en deux factions après l'éclosion d'un mouvement de dissidence mené par un poids lourd de cette formation islamiste, Abdelmadjid Ménasra en l'occurrence, qui a fait une ombre épaisse à Aboudjerra Soltani. Said Bouhadja, membre de l'instance politique du FLN, explique que le parti tient toujours à l'Alliance présidentielle, tout en nourrissant des appréhensions sur l'alliance RND-PT «illogique et contre-nature » pour le paraphraser. Il n'a pas manqué tout de même de réagir aux récentes déclarations de Chiheb Seddik qui voulait faire du FLN «un patrimoine national dans le musée de tous les algériens». Pour Bouhadja, l'histoire de Saint Egidio, évoquée par ce cadre du RND, est dépassée par le temps et elle ressuscitée aujourd'hui pour nuire au FLN. C'est dire les hostilités ouvertes entre les deux partis majoritaires de l'Alliance présidentielle, avec Louisa Hanoune comme invitée-surprise. Donc, l'effritement de cette coalition née autour du programme présidentielle, se confirme chaque jour davantage, bien que le FLN et le MSP aspirent à se rencontrer après l'achèvement des rendez-vous électoraux pour passer la présidence de l'Alliance au RND. Ce dernier a le vent en poupe, après sa montée lors des élections sénatoriales du 29 décembre dernier, talonnant de très près le vieux parti comme pour l'avertir de son arrivée. Si cela renseigne sur la sérénité et la persévérance de la formation de l'actuel Premier ministre, il n'en demeure pas moins qu'il est annonciateur d'une reconfiguration de l'échiquier politique national imminente. Les desseins et les prétentions du RND sont tellement manifestes que le FLN s'affole à l'idée de voir sa suprématie menacée. L'arrivée d'autres formations dans la cour des «grands», le PT et le FNA, donne plus de consistance à cette nouvelle situation.
M. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.