La fierté du Hirak!    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Mohammed VI désavoue    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    La semaine de Dame justice    19 mai 1956-2019 : Les étudiants toujours à l'avant-garde    La nouvelle scène de la chanson chaâbie au rendez-vous    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Un quartier "chic" sans eau    Wilaya d'Alger : La dernière opération de relogement à la Casbah "entachée de plusieurs dépassements"    G5 Sahel : Washington s'oppose à la proposition de conférer un mandat onusien    Sit-in pour exiger la libération de Louisa Hanoune    Les scorpions redoublent de férocité    Il y a 38 ans, les lycéens manifestaient    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Gaïd Salah reprend les inspections    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La force tranquille du Hirak    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    El Bahia prépare la saison estivale    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Behdja Rahal et Nouri Koufi lui rendent hommage
32e anniversaire de la mortde Abdelkrim Dali
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 04 - 2010

Dans le cadre de la commémoration du 32e anniversaire de sa mort, deux artistes algériens, Behdja Rahal et Nouri Koufi, renderont hommage le 29 avril prochain, à partir de 19h30 à la salle Ibn Zeydoun, au Grand maître de la musique andalouse, Cheikh Abdelkrim Dali. Cette hommage sera suivi de la projection d'un documentaire sur le défunt artiste. Pour les jeunes qui ne connaissent pas cette grande légende, il serait temps de le découvrir à travers ce concert.
Abdelkrim Dali (Ali) (né à Tlemcen en 1914 - décédé à Alger en 1978) est un grand chanteur et musicien, Maâlem maître du gharnati et du hawzi tlemcéniens, genres classiques traditionnels de la musique algérienne. Instrumentiste polyvalent, il joue indifféremment du rebab et du oud. Issu d'une famille de mélomanes tlemcénienne, son goût pour la musique s'est développé au contact des Maîtres Omar Bakhchi, Abdessalam Bensari, Yahia Bendali, Boudalfa, Mustapha Brixi et El Yaho Bensaïd. Il intègre les orchestres de Cheikh Larbi Bensari et Cheikha Tetma, ce qui va le faire connaître à tous les férus de musique andalouse. En 1938, il fait une grande tournée en Algérie et l'année suivante en France. En 1940, il participe au lancement de Radio-Alger dont il intégra définitivement l'orchestre comme joueur de luth (oud) en 1952. Ce qui le fit venir à Alger avec sa famille. Après l'indépendance du pays (1962), il participe à toutes les semaines culturelles algériennes dans les Pays Arabes ou en Europe et on lui attribue une chaire au Conservatoire d'Alger. En 1971, il est conseiller à l'Institut National de Musique, spécialiste de musique arabo-andalouse. Il enregistre toutes les Noubas selon la tradition tlemcénienne. Au déclin de sa vie, il fait le pèlerinage à la Mecque et compose un grand poème symphonique intitulé Rihla Hidjazia, œuvre qui représente le couronnement d'une longue carrière au service de la musique andalouse.
Personnalité simple et doté d'une grande générosité, on retient de cet homme d'une grande talentuosité, une tessiture vocale d'une grande clarté capable aussi de chanter sans micro. Venant de Tlemcen, résidant à Alger, il a su allier les deux styles de la musique andalouse que sont le gharnati de Tlemcen et le san'â d'Alger. C'est au rythme de sa mélodie que les algériens fêtent l'Aïd Es Séghir et l'Aïd El Kébir.
Dans le cadre de la commémoration du 32e anniversaire de sa mort, deux artistes algériens, Behdja Rahal et Nouri Koufi, renderont hommage le 29 avril prochain, à partir de 19h30 à la salle Ibn Zeydoun, au Grand maître de la musique andalouse, Cheikh Abdelkrim Dali. Cette hommage sera suivi de la projection d'un documentaire sur le défunt artiste. Pour les jeunes qui ne connaissent pas cette grande légende, il serait temps de le découvrir à travers ce concert.
Abdelkrim Dali (Ali) (né à Tlemcen en 1914 - décédé à Alger en 1978) est un grand chanteur et musicien, Maâlem maître du gharnati et du hawzi tlemcéniens, genres classiques traditionnels de la musique algérienne. Instrumentiste polyvalent, il joue indifféremment du rebab et du oud. Issu d'une famille de mélomanes tlemcénienne, son goût pour la musique s'est développé au contact des Maîtres Omar Bakhchi, Abdessalam Bensari, Yahia Bendali, Boudalfa, Mustapha Brixi et El Yaho Bensaïd. Il intègre les orchestres de Cheikh Larbi Bensari et Cheikha Tetma, ce qui va le faire connaître à tous les férus de musique andalouse. En 1938, il fait une grande tournée en Algérie et l'année suivante en France. En 1940, il participe au lancement de Radio-Alger dont il intégra définitivement l'orchestre comme joueur de luth (oud) en 1952. Ce qui le fit venir à Alger avec sa famille. Après l'indépendance du pays (1962), il participe à toutes les semaines culturelles algériennes dans les Pays Arabes ou en Europe et on lui attribue une chaire au Conservatoire d'Alger. En 1971, il est conseiller à l'Institut National de Musique, spécialiste de musique arabo-andalouse. Il enregistre toutes les Noubas selon la tradition tlemcénienne. Au déclin de sa vie, il fait le pèlerinage à la Mecque et compose un grand poème symphonique intitulé Rihla Hidjazia, œuvre qui représente le couronnement d'une longue carrière au service de la musique andalouse.
Personnalité simple et doté d'une grande générosité, on retient de cet homme d'une grande talentuosité, une tessiture vocale d'une grande clarté capable aussi de chanter sans micro. Venant de Tlemcen, résidant à Alger, il a su allier les deux styles de la musique andalouse que sont le gharnati de Tlemcen et le san'â d'Alger. C'est au rythme de sa mélodie que les algériens fêtent l'Aïd Es Séghir et l'Aïd El Kébir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.