Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    Présidentielle: clôture de la campagne électorale des candidats dimanche à minuit    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    POUR LA DEUXIEME FOIS : Des Mostaganémois marchent pour la présidentielle    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Behdja Rahal et Nouri Koufi lui rendent hommage
32e anniversaire de la mortde Abdelkrim Dali
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 04 - 2010

Dans le cadre de la commémoration du 32e anniversaire de sa mort, deux artistes algériens, Behdja Rahal et Nouri Koufi, renderont hommage le 29 avril prochain, à partir de 19h30 à la salle Ibn Zeydoun, au Grand maître de la musique andalouse, Cheikh Abdelkrim Dali. Cette hommage sera suivi de la projection d'un documentaire sur le défunt artiste. Pour les jeunes qui ne connaissent pas cette grande légende, il serait temps de le découvrir à travers ce concert.
Abdelkrim Dali (Ali) (né à Tlemcen en 1914 - décédé à Alger en 1978) est un grand chanteur et musicien, Maâlem maître du gharnati et du hawzi tlemcéniens, genres classiques traditionnels de la musique algérienne. Instrumentiste polyvalent, il joue indifféremment du rebab et du oud. Issu d'une famille de mélomanes tlemcénienne, son goût pour la musique s'est développé au contact des Maîtres Omar Bakhchi, Abdessalam Bensari, Yahia Bendali, Boudalfa, Mustapha Brixi et El Yaho Bensaïd. Il intègre les orchestres de Cheikh Larbi Bensari et Cheikha Tetma, ce qui va le faire connaître à tous les férus de musique andalouse. En 1938, il fait une grande tournée en Algérie et l'année suivante en France. En 1940, il participe au lancement de Radio-Alger dont il intégra définitivement l'orchestre comme joueur de luth (oud) en 1952. Ce qui le fit venir à Alger avec sa famille. Après l'indépendance du pays (1962), il participe à toutes les semaines culturelles algériennes dans les Pays Arabes ou en Europe et on lui attribue une chaire au Conservatoire d'Alger. En 1971, il est conseiller à l'Institut National de Musique, spécialiste de musique arabo-andalouse. Il enregistre toutes les Noubas selon la tradition tlemcénienne. Au déclin de sa vie, il fait le pèlerinage à la Mecque et compose un grand poème symphonique intitulé Rihla Hidjazia, œuvre qui représente le couronnement d'une longue carrière au service de la musique andalouse.
Personnalité simple et doté d'une grande générosité, on retient de cet homme d'une grande talentuosité, une tessiture vocale d'une grande clarté capable aussi de chanter sans micro. Venant de Tlemcen, résidant à Alger, il a su allier les deux styles de la musique andalouse que sont le gharnati de Tlemcen et le san'â d'Alger. C'est au rythme de sa mélodie que les algériens fêtent l'Aïd Es Séghir et l'Aïd El Kébir.
Dans le cadre de la commémoration du 32e anniversaire de sa mort, deux artistes algériens, Behdja Rahal et Nouri Koufi, renderont hommage le 29 avril prochain, à partir de 19h30 à la salle Ibn Zeydoun, au Grand maître de la musique andalouse, Cheikh Abdelkrim Dali. Cette hommage sera suivi de la projection d'un documentaire sur le défunt artiste. Pour les jeunes qui ne connaissent pas cette grande légende, il serait temps de le découvrir à travers ce concert.
Abdelkrim Dali (Ali) (né à Tlemcen en 1914 - décédé à Alger en 1978) est un grand chanteur et musicien, Maâlem maître du gharnati et du hawzi tlemcéniens, genres classiques traditionnels de la musique algérienne. Instrumentiste polyvalent, il joue indifféremment du rebab et du oud. Issu d'une famille de mélomanes tlemcénienne, son goût pour la musique s'est développé au contact des Maîtres Omar Bakhchi, Abdessalam Bensari, Yahia Bendali, Boudalfa, Mustapha Brixi et El Yaho Bensaïd. Il intègre les orchestres de Cheikh Larbi Bensari et Cheikha Tetma, ce qui va le faire connaître à tous les férus de musique andalouse. En 1938, il fait une grande tournée en Algérie et l'année suivante en France. En 1940, il participe au lancement de Radio-Alger dont il intégra définitivement l'orchestre comme joueur de luth (oud) en 1952. Ce qui le fit venir à Alger avec sa famille. Après l'indépendance du pays (1962), il participe à toutes les semaines culturelles algériennes dans les Pays Arabes ou en Europe et on lui attribue une chaire au Conservatoire d'Alger. En 1971, il est conseiller à l'Institut National de Musique, spécialiste de musique arabo-andalouse. Il enregistre toutes les Noubas selon la tradition tlemcénienne. Au déclin de sa vie, il fait le pèlerinage à la Mecque et compose un grand poème symphonique intitulé Rihla Hidjazia, œuvre qui représente le couronnement d'une longue carrière au service de la musique andalouse.
Personnalité simple et doté d'une grande générosité, on retient de cet homme d'une grande talentuosité, une tessiture vocale d'une grande clarté capable aussi de chanter sans micro. Venant de Tlemcen, résidant à Alger, il a su allier les deux styles de la musique andalouse que sont le gharnati de Tlemcen et le san'â d'Alger. C'est au rythme de sa mélodie que les algériens fêtent l'Aïd Es Séghir et l'Aïd El Kébir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.