«Affranchir l'Algérie du vice de la corruption avant les élections»    L'aveu d'une gouvernance pourrie    Report au 1er juillet du jugement en appel du sénateur Boudjouher    Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans    La charte des droits et libertés rendue publique    Le conseil de la concurrence fait le point    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    Prison à vie requise pour les généraux Diendéré et Bassolé    «Il fallait monter en puissance»    Les actionnaires sur le banc des accusés    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    Belmadi : "Il est parti sans raison…"    Mellal : "La JSK dispose désormais d'un staff technique de haut niveau"    Nouvelles de l'Ouest    Débuts satisfaisants pour les candidats    102 élèves ont obtenu 10/10    Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques    1 candidat au BEM et 2 de ses complices devant la justice pour fraude via un réseau social    Des pollueurs par excellence    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    ACTUCULT    "Pour que cesse la censure !"    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le consommateur victime des spéculateurs
Boumerdès, prix exhorbitants des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 08 - 2010

Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble rattrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet.
Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble rattrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet.
«C'est désolant de voir en ce mois-ci, les prix flamber», s'indigne un citoyen venu avant-hier au marché des fruits et légumes de Boumerdès pour faire ses courses en ce deuxième jour de Ramadhan. Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble attrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet. Au deuxième jour dudit mois, réputé de piété, les prix affichaient déjà, à travers tout les marchés de Boumerdès, une hausse vertigineuse. Les consommateurs sont étonnés par les prix des fruits et légumes qui n'étaient pas les mêmes il y a une semaine de cela. Certains produits ont connu une hausse relative d'autres sont passés du simple au double. C'est ainsi que les marchés de Boumerdès plongent dans une grande fièvre.
Un citoyen rencontré au marché de Boumerdès s'interrogeait : à qui la faute ? Au citoyen, au commerçant où à l'Etat ? En l'absence d'un cadre juridique fiable régissant le marché, la situation devient anarchique. Conséquences : le consommateur est livrée à lui-même. Le commerçant s'enrichit au détriment des consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer surtout lorsqu'on sait que le pouvoir d'achat des citoyens s'est drastiquement dégradé. Plusieurs consommateurs dits de classe moyenne ne trouvent plus de quoi remplir leurs couffins. Le consommateur accuse à tort le commerçant de vouloir s'enrichir et gagner plus en ce mois de Ramadhan. Le commerçant trouve la raison de cette flambée dans le processus d'acheminement des produits. « Nous achetons les marchandises auprès des marchands de gros qui, eux aussi, augmentent les prix à l'approche dudit mois», nous dira un marchand de Boumerdès.
Dans certains marchés de la wilaya, le kilo de tomate a franchi les 70 DA, alors que son prix était de 20 DA, une semaine auparavant. La laitue 60 DA, la courgette 60 DA, les aubergines 80 DA, la carotte 50 DA, pour ne citer que ces produits. Les prix risqueront de connaître, une nouvelle fois, une hausse dans les prochains jours. Pis encore, les prix de fruits ne sont pas accessibles de fait d'une hausse jamais égalée. Le prix des dattes varie entre 400 et 450 DA. Les pommes sont cédées à 180 DA le kilo. Le raisin entre 80 et 140 DA le kilo. Outre les fruits et légumes, la viande rouge et blanche a connu une hausse significative. Le poulet est cédé ainsi entre 250 et 229 DA le kilo. La viande rouge, quant à elle, est presque inaccessible aux petites bourses. Elle est vendue à 750 DA le kilo. De même pour les poissons qui ont connu la semaine dernière une hausse vertigineuse. Au deuxième jour de Ramadhan, ce produit est vendu à 120 DA au marché des Issers. En somme, la flambée touche pratiquement tous les produits, même de seconde nécessité. il est temps que les responsables concernés notamment ceux de commerce, au niveau national et local, d'établir un plan d'action en faveur de la réduction des prix des produits au consommateur et de mettre en place des brigades de contrôle afin de contourner tout dépassement à l'encontre du consommateur.
«C'est désolant de voir en ce mois-ci, les prix flamber», s'indigne un citoyen venu avant-hier au marché des fruits et légumes de Boumerdès pour faire ses courses en ce deuxième jour de Ramadhan. Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble attrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet. Au deuxième jour dudit mois, réputé de piété, les prix affichaient déjà, à travers tout les marchés de Boumerdès, une hausse vertigineuse. Les consommateurs sont étonnés par les prix des fruits et légumes qui n'étaient pas les mêmes il y a une semaine de cela. Certains produits ont connu une hausse relative d'autres sont passés du simple au double. C'est ainsi que les marchés de Boumerdès plongent dans une grande fièvre.
Un citoyen rencontré au marché de Boumerdès s'interrogeait : à qui la faute ? Au citoyen, au commerçant où à l'Etat ? En l'absence d'un cadre juridique fiable régissant le marché, la situation devient anarchique. Conséquences : le consommateur est livrée à lui-même. Le commerçant s'enrichit au détriment des consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer surtout lorsqu'on sait que le pouvoir d'achat des citoyens s'est drastiquement dégradé. Plusieurs consommateurs dits de classe moyenne ne trouvent plus de quoi remplir leurs couffins. Le consommateur accuse à tort le commerçant de vouloir s'enrichir et gagner plus en ce mois de Ramadhan. Le commerçant trouve la raison de cette flambée dans le processus d'acheminement des produits. « Nous achetons les marchandises auprès des marchands de gros qui, eux aussi, augmentent les prix à l'approche dudit mois», nous dira un marchand de Boumerdès.
Dans certains marchés de la wilaya, le kilo de tomate a franchi les 70 DA, alors que son prix était de 20 DA, une semaine auparavant. La laitue 60 DA, la courgette 60 DA, les aubergines 80 DA, la carotte 50 DA, pour ne citer que ces produits. Les prix risqueront de connaître, une nouvelle fois, une hausse dans les prochains jours. Pis encore, les prix de fruits ne sont pas accessibles de fait d'une hausse jamais égalée. Le prix des dattes varie entre 400 et 450 DA. Les pommes sont cédées à 180 DA le kilo. Le raisin entre 80 et 140 DA le kilo. Outre les fruits et légumes, la viande rouge et blanche a connu une hausse significative. Le poulet est cédé ainsi entre 250 et 229 DA le kilo. La viande rouge, quant à elle, est presque inaccessible aux petites bourses. Elle est vendue à 750 DA le kilo. De même pour les poissons qui ont connu la semaine dernière une hausse vertigineuse. Au deuxième jour de Ramadhan, ce produit est vendu à 120 DA au marché des Issers. En somme, la flambée touche pratiquement tous les produits, même de seconde nécessité. il est temps que les responsables concernés notamment ceux de commerce, au niveau national et local, d'établir un plan d'action en faveur de la réduction des prix des produits au consommateur et de mettre en place des brigades de contrôle afin de contourner tout dépassement à l'encontre du consommateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.