Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Les étudiants des hydrocarbures réclament des emplois    Il y a tromperie sur la marchandise    Gaïd Salah appelle à une véritable mobilisation nationale    La Palestine refuse toute médiation américaine    Des partisans du président agressent des opposants    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Mihoubi: la campagne électorale est "largement suivie"    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Se disputer avec soi-même    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Handball - Division Excellence: Belle opportunité pour l'ESA et le MCOT    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le consommateur victime des spéculateurs
Boumerdès, prix exhorbitants des fruits et légumes
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 08 - 2010

Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble rattrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet.
Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble rattrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet.
«C'est désolant de voir en ce mois-ci, les prix flamber», s'indigne un citoyen venu avant-hier au marché des fruits et légumes de Boumerdès pour faire ses courses en ce deuxième jour de Ramadhan. Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble attrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet. Au deuxième jour dudit mois, réputé de piété, les prix affichaient déjà, à travers tout les marchés de Boumerdès, une hausse vertigineuse. Les consommateurs sont étonnés par les prix des fruits et légumes qui n'étaient pas les mêmes il y a une semaine de cela. Certains produits ont connu une hausse relative d'autres sont passés du simple au double. C'est ainsi que les marchés de Boumerdès plongent dans une grande fièvre.
Un citoyen rencontré au marché de Boumerdès s'interrogeait : à qui la faute ? Au citoyen, au commerçant où à l'Etat ? En l'absence d'un cadre juridique fiable régissant le marché, la situation devient anarchique. Conséquences : le consommateur est livrée à lui-même. Le commerçant s'enrichit au détriment des consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer surtout lorsqu'on sait que le pouvoir d'achat des citoyens s'est drastiquement dégradé. Plusieurs consommateurs dits de classe moyenne ne trouvent plus de quoi remplir leurs couffins. Le consommateur accuse à tort le commerçant de vouloir s'enrichir et gagner plus en ce mois de Ramadhan. Le commerçant trouve la raison de cette flambée dans le processus d'acheminement des produits. « Nous achetons les marchandises auprès des marchands de gros qui, eux aussi, augmentent les prix à l'approche dudit mois», nous dira un marchand de Boumerdès.
Dans certains marchés de la wilaya, le kilo de tomate a franchi les 70 DA, alors que son prix était de 20 DA, une semaine auparavant. La laitue 60 DA, la courgette 60 DA, les aubergines 80 DA, la carotte 50 DA, pour ne citer que ces produits. Les prix risqueront de connaître, une nouvelle fois, une hausse dans les prochains jours. Pis encore, les prix de fruits ne sont pas accessibles de fait d'une hausse jamais égalée. Le prix des dattes varie entre 400 et 450 DA. Les pommes sont cédées à 180 DA le kilo. Le raisin entre 80 et 140 DA le kilo. Outre les fruits et légumes, la viande rouge et blanche a connu une hausse significative. Le poulet est cédé ainsi entre 250 et 229 DA le kilo. La viande rouge, quant à elle, est presque inaccessible aux petites bourses. Elle est vendue à 750 DA le kilo. De même pour les poissons qui ont connu la semaine dernière une hausse vertigineuse. Au deuxième jour de Ramadhan, ce produit est vendu à 120 DA au marché des Issers. En somme, la flambée touche pratiquement tous les produits, même de seconde nécessité. il est temps que les responsables concernés notamment ceux de commerce, au niveau national et local, d'établir un plan d'action en faveur de la réduction des prix des produits au consommateur et de mettre en place des brigades de contrôle afin de contourner tout dépassement à l'encontre du consommateur.
«C'est désolant de voir en ce mois-ci, les prix flamber», s'indigne un citoyen venu avant-hier au marché des fruits et légumes de Boumerdès pour faire ses courses en ce deuxième jour de Ramadhan. Comme à l'accoutumée, les prix des fruits et légumes s'envolent et le citoyen lambda semble attrapé par la frénésie des commerçants qui s'impatientaient de l'arrivée de ce mois sacré pour faire le paquet. Au deuxième jour dudit mois, réputé de piété, les prix affichaient déjà, à travers tout les marchés de Boumerdès, une hausse vertigineuse. Les consommateurs sont étonnés par les prix des fruits et légumes qui n'étaient pas les mêmes il y a une semaine de cela. Certains produits ont connu une hausse relative d'autres sont passés du simple au double. C'est ainsi que les marchés de Boumerdès plongent dans une grande fièvre.
Un citoyen rencontré au marché de Boumerdès s'interrogeait : à qui la faute ? Au citoyen, au commerçant où à l'Etat ? En l'absence d'un cadre juridique fiable régissant le marché, la situation devient anarchique. Conséquences : le consommateur est livrée à lui-même. Le commerçant s'enrichit au détriment des consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer surtout lorsqu'on sait que le pouvoir d'achat des citoyens s'est drastiquement dégradé. Plusieurs consommateurs dits de classe moyenne ne trouvent plus de quoi remplir leurs couffins. Le consommateur accuse à tort le commerçant de vouloir s'enrichir et gagner plus en ce mois de Ramadhan. Le commerçant trouve la raison de cette flambée dans le processus d'acheminement des produits. « Nous achetons les marchandises auprès des marchands de gros qui, eux aussi, augmentent les prix à l'approche dudit mois», nous dira un marchand de Boumerdès.
Dans certains marchés de la wilaya, le kilo de tomate a franchi les 70 DA, alors que son prix était de 20 DA, une semaine auparavant. La laitue 60 DA, la courgette 60 DA, les aubergines 80 DA, la carotte 50 DA, pour ne citer que ces produits. Les prix risqueront de connaître, une nouvelle fois, une hausse dans les prochains jours. Pis encore, les prix de fruits ne sont pas accessibles de fait d'une hausse jamais égalée. Le prix des dattes varie entre 400 et 450 DA. Les pommes sont cédées à 180 DA le kilo. Le raisin entre 80 et 140 DA le kilo. Outre les fruits et légumes, la viande rouge et blanche a connu une hausse significative. Le poulet est cédé ainsi entre 250 et 229 DA le kilo. La viande rouge, quant à elle, est presque inaccessible aux petites bourses. Elle est vendue à 750 DA le kilo. De même pour les poissons qui ont connu la semaine dernière une hausse vertigineuse. Au deuxième jour de Ramadhan, ce produit est vendu à 120 DA au marché des Issers. En somme, la flambée touche pratiquement tous les produits, même de seconde nécessité. il est temps que les responsables concernés notamment ceux de commerce, au niveau national et local, d'établir un plan d'action en faveur de la réduction des prix des produits au consommateur et de mettre en place des brigades de contrôle afin de contourner tout dépassement à l'encontre du consommateur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.