Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une histoire de tribu
Douar Ouled-Melal
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 09 - 2010

Cette tribu s'est formée par des immigrations successives de fractions de tribus arabes ou berbères. Les Hassan ben Ali forment aujourd'hui six fractions que sont : Les Ouled Mellal, Ouled Fergane, Ouled Trif, Ouled Brahim, Ouled Maïza et Gueraba.
Cette tribu s'est formée par des immigrations successives de fractions de tribus arabes ou berbères. Les Hassan ben Ali forment aujourd'hui six fractions que sont : Les Ouled Mellal, Ouled Fergane, Ouled Trif, Ouled Brahim, Ouled Maïza et Gueraba.
Les Hassan ben Ali n'ont pas une origine homogène ; ils n'ont pas de grand-père (djed), comme disent les Arabes. Cette tribu s'est formée par des immigrations successives de fractions de tribus arabes ou berbères. Il est nécessaire, avant de commencer, de nommer les fractions actuelles et de donner une idée de la composition de cette tribu. Les Hassan ben Ali forment aujourd'hui six fractions que sont : Les Ouled Mellal, Ouled Fergane, Ouled Trif, Ouled Brahim, Ouled Maïza et Gueraba. Ils sont limités au Nord par les Beni bou Yagoub, les Ouzera et le territoire civil ; au Sud, par les Abid, les Ouled Sidi Nadji et les Beni Slimane, à l'Est et à l'Ouest par les Houara. Le point culminant de ce territoire est Ben Chicao, qui se relie à la montagne de Fernane et qui commande tout le pays. Par la suite d'un système de collines et de vallées, les limites viennent atteindre, par des plateaux successifs, la profondeur relativement grande des plaines des Beni Slimane et de Meracheda et la vallée d'Oued Lahrèche. Les points les plus culminants sont le Djebel Sidi Messaoud, Baten Ezzeboudj et Djebel Sebbah. Les cours d'eau sont : Oued El-Guelat (rivière des bassins), Oued El-Besbès (rivière des fenouils), Oued Guergour et Oued Zeraïb (rivière des haies). Tous ces cours d'eau, d'abord très encaissés, vont en s'élargissant et finissent par former des vallées. Les Ouled Ameur du Titteri furent les premiers qui vinrent s'établir sur le territoire des Hassan ben Ali. Leur chef Benzekour, s'étant fâché avec son frère, réunit ses tentes et se mit en route. Comme il passait devant la tente de son frère, celui-ci lui dit, pour le retenir : "Ô Benzekour ! maudis Satan !" Benzekour répondit : "Je suis dégoûté de vivre avec toi." Le frère aîné irrité, leur fit ses adieux en leur criant : "Allez-vous en donc, ô fils du dégoûté !" Les Ouled Ameur conservèrent depuis le nom d'Ouled Melal qui désigne encore leur fraction aujourd'hui. A cette époque, une tribu, presque à l'état sauvage, habitait le territoire des Hassan ben Ali. C'était une population étrange : elle vivait de glands, de begouga et de lait de chèvre. Les femmes n'avaient que la tête, les reins et la ceinture cachés ; les seins étaient nus. On les appelait les Ouled Maïza. C'étaient d'ailleurs de bons musulmans qui ne sortaient jamais de leurs forêts. La culture leur était inconnue. Les Ouled Melal s'abouchèrent avec eux et obtinrent l'autorisation d'occuper tout le pays qui n'était pas boisé. Voilà comment les Ouled Melal s'installèrent sur les pentes si fertiles, mais dénudées, qui descendent du Fernane, à quelque deux kilomètres du village des Asphodèles (Berrouaghia) dans la direction du Nord. Les Ouled Melal, une fois établis, appelèrent à eux les Ouled Mendil, leurs frères qui à une époque antérieure avaient émigré dans la Mitidja et dont une fraction vint s'établir chez eux. Comme on le voit, les Ouled Melal sont composés des Ouled Ameur du Titteri et des Ouled Mendil de la Mitidja.
H. S.
Les Hassan ben Ali n'ont pas une origine homogène ; ils n'ont pas de grand-père (djed), comme disent les Arabes. Cette tribu s'est formée par des immigrations successives de fractions de tribus arabes ou berbères. Il est nécessaire, avant de commencer, de nommer les fractions actuelles et de donner une idée de la composition de cette tribu. Les Hassan ben Ali forment aujourd'hui six fractions que sont : Les Ouled Mellal, Ouled Fergane, Ouled Trif, Ouled Brahim, Ouled Maïza et Gueraba. Ils sont limités au Nord par les Beni bou Yagoub, les Ouzera et le territoire civil ; au Sud, par les Abid, les Ouled Sidi Nadji et les Beni Slimane, à l'Est et à l'Ouest par les Houara. Le point culminant de ce territoire est Ben Chicao, qui se relie à la montagne de Fernane et qui commande tout le pays. Par la suite d'un système de collines et de vallées, les limites viennent atteindre, par des plateaux successifs, la profondeur relativement grande des plaines des Beni Slimane et de Meracheda et la vallée d'Oued Lahrèche. Les points les plus culminants sont le Djebel Sidi Messaoud, Baten Ezzeboudj et Djebel Sebbah. Les cours d'eau sont : Oued El-Guelat (rivière des bassins), Oued El-Besbès (rivière des fenouils), Oued Guergour et Oued Zeraïb (rivière des haies). Tous ces cours d'eau, d'abord très encaissés, vont en s'élargissant et finissent par former des vallées. Les Ouled Ameur du Titteri furent les premiers qui vinrent s'établir sur le territoire des Hassan ben Ali. Leur chef Benzekour, s'étant fâché avec son frère, réunit ses tentes et se mit en route. Comme il passait devant la tente de son frère, celui-ci lui dit, pour le retenir : "Ô Benzekour ! maudis Satan !" Benzekour répondit : "Je suis dégoûté de vivre avec toi." Le frère aîné irrité, leur fit ses adieux en leur criant : "Allez-vous en donc, ô fils du dégoûté !" Les Ouled Ameur conservèrent depuis le nom d'Ouled Melal qui désigne encore leur fraction aujourd'hui. A cette époque, une tribu, presque à l'état sauvage, habitait le territoire des Hassan ben Ali. C'était une population étrange : elle vivait de glands, de begouga et de lait de chèvre. Les femmes n'avaient que la tête, les reins et la ceinture cachés ; les seins étaient nus. On les appelait les Ouled Maïza. C'étaient d'ailleurs de bons musulmans qui ne sortaient jamais de leurs forêts. La culture leur était inconnue. Les Ouled Melal s'abouchèrent avec eux et obtinrent l'autorisation d'occuper tout le pays qui n'était pas boisé. Voilà comment les Ouled Melal s'installèrent sur les pentes si fertiles, mais dénudées, qui descendent du Fernane, à quelque deux kilomètres du village des Asphodèles (Berrouaghia) dans la direction du Nord. Les Ouled Melal, une fois établis, appelèrent à eux les Ouled Mendil, leurs frères qui à une époque antérieure avaient émigré dans la Mitidja et dont une fraction vint s'établir chez eux. Comme on le voit, les Ouled Melal sont composés des Ouled Ameur du Titteri et des Ouled Mendil de la Mitidja.
H. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.