Erdogan : l'Algérie, un élément de stabilité et de paix dans la région    Liverpool fonce sur Fabian Ruiz    Le ministre émirati des Affaires étrangères en visite lundi à Alger    Un nouveau site électronique pour la DG des Douanes algériennes    Handball / CAN-2020: l'Algérie bat l'Angola (32-27) et prend la 3e place    Coronavirus: le ministère de la Santé appelle à l'impératif respect des mesures préventives    MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur reçu par le président de la République    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le dossier de Karim Tabbou transféré en correctionnel    Une bactérie dans le camembert Tassili    MOUVEMENT DANS LES CORPS DES WALIS : Le président Tebboune procède à un nouveau changement    ASPHYXIEE AU MONOXYDE DE CARBONE : Une femme décède à Beni Messous    Les entretiens Tebboune-Erdogan élargis aux membres des deux délégations    Une réplique d'une magnitude de 3,3 enregistrée à Jijel (CRAAG)    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Pour une conférence nationale indépendante    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    Les actes qui "tuent" les promesses    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    L'USMA manquait d'armurerie !    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Alliés pour tuer le progrès !    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    En bref    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme: Près de 1.500 nouveaux cas de cancer en 2019     Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Je suis victime d'un complot politique »
Messaoud Benagoun réfute toutes les accusations
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 05 - 2017

Le désormais ex ministre du Tourisme et de l'Artisanat rompt le silence et passe même à l'offensive. En effet Messaoud Benagoun clame haut et fort son innocence de toutes les accusations dont il a fait l'objet ces derniers jours et promet d'ester en justice tous ceux qui ont colporté de fausses informations sur sa personne.
Le désormais ex ministre du Tourisme et de l'Artisanat rompt le silence et passe même à l'offensive. En effet Messaoud Benagoun clame haut et fort son innocence de toutes les accusations dont il a fait l'objet ces derniers jours et promet d'ester en justice tous ceux qui ont colporté de fausses informations sur sa personne.
Déclarant que son casier judiciaire est vierge et qu'il n'a jamais été condamné à des peines d'emprisonnement comme rapporté par les medias. Il estime être l'objet d'un complot politique ». Dans le sillage des explications fournies par son parti, le MPA, qui l'a défendu et innocenté de toutes les accusations, Messaoud Benagoun est lui aussi monté au créneau en accordant des interviews dans lesquelles il soutient mordicus, et preuves à l'appui, qu'il n'a rien à se reprocher.
« Oui, il y a un complot contre moi. Je suis victime d'un complot politique » a-t-il declaré dans un entretien accordé au journal électronique TSA. Benagoun a indiqué n'avoir aucune explication sur son limogeage. «Et je remercie le président de la République pour cette confiance surtout que je suis jeune.
Le président a la prérogative de nommer et de démettre qui il veut » s'est-il contenté de répondre. Mais celui qui a été ministre juste 72 heures,a tenu par-dessus tout à se défendre et a réfuter toutes les « contrevérités » dites à son propos et précise qu'il ne connait toujours pas les raisons de son limogeage.
« Les fausses rumeurs colportées à mon égard m'ont beaucoup touché. J'ai été la cible d'une campagne violente et diffamatoire menée par la chaîne de télévision Ennahar. Cette chaîne, qui n'a même pas cherché à me contacter, a également attaqué le secrétaire général du MPA » dira Messaoud Benagoune. « Benagoun n'a pas de dossier noir.
Il n'a pas été condamné à six ans de prison ferme. Si j'avais été condamné à six ans de prison, qu'est-ce que je fais dehors ? Avant d'être désigné à la tête du MNEA(mouvement national des étudiants algériens NDLR), j'ai fait l'objet d'une enquête d'habilitation des trois services de sécurité (DRS, police, gendarmerie). Les membres fondateurs ont été entendus par les trois services avant le congrès constitutif du MNEA. Une enquête a été également menée avant ma candidature aux élections législatives du 4 mai 2017.
Le MPA a envoyé la liste des cadres proposés pour des postes ministériels depuis quinze jours. Ils ont eu tout le temps pour enquêter et exprimer des réserves »a –t-il souligné lorsque il est entré dans le vif du sujet. A la question de savoir s'il a déjà été condamné par la justice, il a eu cette réponse : « Toute personne a droit à la présomption d'innocence. Je me suis porté candidat aux législatives et au secrétariat général du MNEA avec un casier judiciaire vierge.
En 2008, j'ai eu un accrochage verbal avec un agent de sécurité à la cité universitaire de Delly Brahim. J'étais avec un groupe de jeunes. L'un d'eux, qui s'appelle M. S, a frappé l'agent en question. Il a été condamné à payer une amende de 20 000 dinars et moi j'ai été relaxé L'affaire a ensuite été portée devant la Cour d'appel. J'ai été condamné au payement d'une amende de 10 000 dinars que j'ai versée en 2011.
J'ai été aussi poursuivi dans une banale affaire de contrôle technique de véhicules et d'assurance périmée. J'ai été jugé par défaut et j'ai fait opposition. Donc, ces condamnations ne sont pas portées dans le casier judiciaire.Un autre agent de sécurité du Resto U de Delly Brahim a déposé plainte contre moi pour « insultes » mais je n'ai pas été entendu par le juge. Une condamnation a été prononcée par contumace contre moi.
Personne ne m'a contacté du tribunal, je ne le savais même pas. Je n'ai pas reçu de convocation.En fait, je me suis aperçu du problème lors du dépôt de ma candidature aux élections législatives du 4 mai. Mon dossier a été rejeté par le wali de Batna. On m'a dit que j'ai été condamné à une peine de prison avec sursis. J'ai saisi le tribunal administratif et j'ai obtenu gain de cause ». IL a aussi refuté les accusations de trafic de diplômes universitaires.
« J'ai décroché mon diplôme en droit en octobre 2012 à l'université Alger 1 et, là, je termine mes études en économie. S'ils savaient que j'ai falsifié mon diplôme, pourquoi n'ont-ils pas sollicité le procureur général pour qu'il lance un mandat d'arrêt contre moi ? » dira –t-il. Par conséquent, a-t-il ajouté, « je vais déposer plainte contre la chaîne Ennahar pour diffamation »
Déclarant que son casier judiciaire est vierge et qu'il n'a jamais été condamné à des peines d'emprisonnement comme rapporté par les medias. Il estime être l'objet d'un complot politique ». Dans le sillage des explications fournies par son parti, le MPA, qui l'a défendu et innocenté de toutes les accusations, Messaoud Benagoun est lui aussi monté au créneau en accordant des interviews dans lesquelles il soutient mordicus, et preuves à l'appui, qu'il n'a rien à se reprocher.
« Oui, il y a un complot contre moi. Je suis victime d'un complot politique » a-t-il declaré dans un entretien accordé au journal électronique TSA. Benagoun a indiqué n'avoir aucune explication sur son limogeage. «Et je remercie le président de la République pour cette confiance surtout que je suis jeune.
Le président a la prérogative de nommer et de démettre qui il veut » s'est-il contenté de répondre. Mais celui qui a été ministre juste 72 heures,a tenu par-dessus tout à se défendre et a réfuter toutes les « contrevérités » dites à son propos et précise qu'il ne connait toujours pas les raisons de son limogeage.
« Les fausses rumeurs colportées à mon égard m'ont beaucoup touché. J'ai été la cible d'une campagne violente et diffamatoire menée par la chaîne de télévision Ennahar. Cette chaîne, qui n'a même pas cherché à me contacter, a également attaqué le secrétaire général du MPA » dira Messaoud Benagoune. « Benagoun n'a pas de dossier noir.
Il n'a pas été condamné à six ans de prison ferme. Si j'avais été condamné à six ans de prison, qu'est-ce que je fais dehors ? Avant d'être désigné à la tête du MNEA(mouvement national des étudiants algériens NDLR), j'ai fait l'objet d'une enquête d'habilitation des trois services de sécurité (DRS, police, gendarmerie). Les membres fondateurs ont été entendus par les trois services avant le congrès constitutif du MNEA. Une enquête a été également menée avant ma candidature aux élections législatives du 4 mai 2017.
Le MPA a envoyé la liste des cadres proposés pour des postes ministériels depuis quinze jours. Ils ont eu tout le temps pour enquêter et exprimer des réserves »a –t-il souligné lorsque il est entré dans le vif du sujet. A la question de savoir s'il a déjà été condamné par la justice, il a eu cette réponse : « Toute personne a droit à la présomption d'innocence. Je me suis porté candidat aux législatives et au secrétariat général du MNEA avec un casier judiciaire vierge.
En 2008, j'ai eu un accrochage verbal avec un agent de sécurité à la cité universitaire de Delly Brahim. J'étais avec un groupe de jeunes. L'un d'eux, qui s'appelle M. S, a frappé l'agent en question. Il a été condamné à payer une amende de 20 000 dinars et moi j'ai été relaxé L'affaire a ensuite été portée devant la Cour d'appel. J'ai été condamné au payement d'une amende de 10 000 dinars que j'ai versée en 2011.
J'ai été aussi poursuivi dans une banale affaire de contrôle technique de véhicules et d'assurance périmée. J'ai été jugé par défaut et j'ai fait opposition. Donc, ces condamnations ne sont pas portées dans le casier judiciaire.Un autre agent de sécurité du Resto U de Delly Brahim a déposé plainte contre moi pour « insultes » mais je n'ai pas été entendu par le juge. Une condamnation a été prononcée par contumace contre moi.
Personne ne m'a contacté du tribunal, je ne le savais même pas. Je n'ai pas reçu de convocation.En fait, je me suis aperçu du problème lors du dépôt de ma candidature aux élections législatives du 4 mai. Mon dossier a été rejeté par le wali de Batna. On m'a dit que j'ai été condamné à une peine de prison avec sursis. J'ai saisi le tribunal administratif et j'ai obtenu gain de cause ». IL a aussi refuté les accusations de trafic de diplômes universitaires.
« J'ai décroché mon diplôme en droit en octobre 2012 à l'université Alger 1 et, là, je termine mes études en économie. S'ils savaient que j'ai falsifié mon diplôme, pourquoi n'ont-ils pas sollicité le procureur général pour qu'il lance un mandat d'arrêt contre moi ? » dira –t-il. Par conséquent, a-t-il ajouté, « je vais déposer plainte contre la chaîne Ennahar pour diffamation »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.