Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Et un million pour la 2008 !    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Le programme arrêté    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    Bataille de communication    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    Ballon carré    Education: 2 500 enseignants au concours de promotion    Bouira- Monoxyde de carbone : trois personnes sauvées de la mort    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations
Déçus par le discours de Macron
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 12 - 2018

Ce n'est pas une certitude, mais on n'en est pas loin:les Parisiens risquent derespirer encore les gaz lacrymogènes,avec de nouvelles manifestationsdes "gilets jaunes",samedi prochain.
Ce n'est pas une certitude, mais on n'en est pas loin:les Parisiens risquent derespirer encore les gaz lacrymogènes,avec de nouvelles manifestationsdes "gilets jaunes",samedi prochain.
Un acte V de la protestation esten train de se dessiner, aprèsl'adresse à la nation du présidentEmmanuel Macron, lundi soir.Si les avis sont plus ou moinspartagés sur la pertinence desréponses apportées à la crise quia ébranlé son pouvoir, personnen'y a vu un électrochoc. Encoremoins un virage décisif de sonquinquennat, comme celui prispar François Miterrand en 1983,lorsque le président socialiste dutmettre la barre à droite.Le libéral Macron a effectué, lui,une inflexion à gauche.Regrettable du point de vue duquotidien
Les Echos. Pour cejournal proche des milieux d'affaires,Macron "n'a pas lésinésur les moyens d'éteindre le feu"mais "la paix a un goût amer"parce que de son point de vue,"la violence a payé".Pour le quotidien conservateurLe Figaro, ce "n'est plus del'avenir politique d'EmmanuelMacron, ni même de sa capacitéà mettre encore en oeuvre sesréformes (au point où en sont leschoses, il est à craindre qu'elle soit durablement entamée)" qui est en jeu. Mais "ce qui se joue aujourd'hui dans les rues de nos villes et sur les routes de France,c'est notre avenir démocratique". La crainte est donc là, confirmée par Libération. "Le mouvement, selon toutes les probabilités, nes'arrêtera pas du jour au lendemain", parie son éditorialiste. Emmanuel Macron a décrété un "état d'urgence économique et sociale". La parade proposéen'est pas à la hauteur des attentes, du point de vue de la majorité des "gilets jaunes".
plus durs d'entre eux continuent de réclamer le départ du chef de l'Etat. Dans son messsage, Macron a essayé d'ouvrirune brèche dans le mouvement, en séparant les radicaux des modérés. Mais aussi de briser l'élan de sympathie et de soutien, que le mouvement s'estattiré parmi une écrasante majoritédes Français. Surtout ceuxqui se sentent exaspérés par les pillages et actes de violence ayant émaillé les manifestations. "Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse", menace Macron ."C'est donc désormais le calme et l'ordre républicain qui doivent régner. Nous y mettrons tous les moyens car, rien ne se construira de durable tant qu'on aura des craintes pour la paix civile.
J'ai donné en ce sens au gouvernement, les instructions les plusrigoureuses", a-t-il insisté, étalant la peur qui s'est emparée de lui. En matière de moyens donnés aux forces de l'ordre, le magazine Marianne a révélé que certains des blindés de la gendarmerie déployés pour la première fois à Paris, étaient secrètement équipés d'un dispositif radical qui ne devait servir qu'en dernier recours. Il s'agit d'un liquide incapacitant, mettant les gens à terre même quand ils sont munis d'un masque, explique Marianne. Cela va-t-il impressionner les
"gilets jaunes" et lesamener à se délester de leur chasuble? Une partie d'entre euxpeut-être, mais pas dans leur ensemble. Ils promettent un "Ve acte" de protestation qui "peutêtre, sera la fin de la Ve République". Sur le front politique, ils ont déjà le soutien du leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélecnchon, favorable à un cinquième acte. Dans son discours de 13 minutes, Macron a visiblement voulu donner des gages sociaux sans effrayer le monde économique, alors que la crise va faire perdre 0,1 point de croissance à France au 4e trimestre. La Banque de France a ramené à contre 0,4% précédemment, sa prévision de croissance pour le dernier trimestre.
des annonces qui ne pèsent ni sur les plus fortunés, ni sur entreprises. La mesure phare,la hausse pour les salariés au Smic, sera financée par une prime d'activité versée parl'Etat. C'est également l'Etat qui paiera l'exonération de lade CSG, pour les inférieures à 2000 euros et la défiscalisation des heures supplémentaires. Quant à la prime de fin d'année, les entreprises sont appelées à la verser, mais sur une base volontaire. Pour nombre de protestataires, ce ne sont que des "miettes". Alors? "On va continuer à se battre, on n'est pas prêt de partir", a assuré un représentant.
Un acte V de la protestation esten train de se dessiner, aprèsl'adresse à la nation du présidentEmmanuel Macron, lundi soir.Si les avis sont plus ou moinspartagés sur la pertinence desréponses apportées à la crise quia ébranlé son pouvoir, personnen'y a vu un électrochoc. Encoremoins un virage décisif de sonquinquennat, comme celui prispar François Miterrand en 1983,lorsque le président socialiste dutmettre la barre à droite.Le libéral Macron a effectué, lui,une inflexion à gauche.Regrettable du point de vue duquotidien
Les Echos. Pour cejournal proche des milieux d'affaires,Macron "n'a pas lésinésur les moyens d'éteindre le feu"mais "la paix a un goût amer"parce que de son point de vue,"la violence a payé".Pour le quotidien conservateurLe Figaro, ce "n'est plus del'avenir politique d'EmmanuelMacron, ni même de sa capacitéà mettre encore en oeuvre sesréformes (au point où en sont leschoses, il est à craindre qu'elle soit durablement entamée)" qui est en jeu. Mais "ce qui se joue aujourd'hui dans les rues de nos villes et sur les routes de France,c'est notre avenir démocratique". La crainte est donc là, confirmée par Libération. "Le mouvement, selon toutes les probabilités, nes'arrêtera pas du jour au lendemain", parie son éditorialiste. Emmanuel Macron a décrété un "état d'urgence économique et sociale". La parade proposéen'est pas à la hauteur des attentes, du point de vue de la majorité des "gilets jaunes".
plus durs d'entre eux continuent de réclamer le départ du chef de l'Etat. Dans son messsage, Macron a essayé d'ouvrirune brèche dans le mouvement, en séparant les radicaux des modérés. Mais aussi de briser l'élan de sympathie et de soutien, que le mouvement s'estattiré parmi une écrasante majoritédes Français. Surtout ceuxqui se sentent exaspérés par les pillages et actes de violence ayant émaillé les manifestations. "Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse", menace Macron ."C'est donc désormais le calme et l'ordre républicain qui doivent régner. Nous y mettrons tous les moyens car, rien ne se construira de durable tant qu'on aura des craintes pour la paix civile.
J'ai donné en ce sens au gouvernement, les instructions les plusrigoureuses", a-t-il insisté, étalant la peur qui s'est emparée de lui. En matière de moyens donnés aux forces de l'ordre, le magazine Marianne a révélé que certains des blindés de la gendarmerie déployés pour la première fois à Paris, étaient secrètement équipés d'un dispositif radical qui ne devait servir qu'en dernier recours. Il s'agit d'un liquide incapacitant, mettant les gens à terre même quand ils sont munis d'un masque, explique Marianne. Cela va-t-il impressionner les
"gilets jaunes" et lesamener à se délester de leur chasuble? Une partie d'entre euxpeut-être, mais pas dans leur ensemble. Ils promettent un "Ve acte" de protestation qui "peutêtre, sera la fin de la Ve République". Sur le front politique, ils ont déjà le soutien du leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélecnchon, favorable à un cinquième acte. Dans son discours de 13 minutes, Macron a visiblement voulu donner des gages sociaux sans effrayer le monde économique, alors que la crise va faire perdre 0,1 point de croissance à France au 4e trimestre. La Banque de France a ramené à contre 0,4% précédemment, sa prévision de croissance pour le dernier trimestre.
des annonces qui ne pèsent ni sur les plus fortunés, ni sur entreprises. La mesure phare,la hausse pour les salariés au Smic, sera financée par une prime d'activité versée parl'Etat. C'est également l'Etat qui paiera l'exonération de lade CSG, pour les inférieures à 2000 euros et la défiscalisation des heures supplémentaires. Quant à la prime de fin d'année, les entreprises sont appelées à la verser, mais sur une base volontaire. Pour nombre de protestataires, ce ne sont que des "miettes". Alors? "On va continuer à se battre, on n'est pas prêt de partir", a assuré un représentant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.