Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    «Il faut faire confiance aux jeunes»    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations
Déçus par le discours de Macron
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 12 - 2018

Ce n'est pas une certitude, mais on n'en est pas loin:les Parisiens risquent derespirer encore les gaz lacrymogènes,avec de nouvelles manifestationsdes "gilets jaunes",samedi prochain.
Ce n'est pas une certitude, mais on n'en est pas loin:les Parisiens risquent derespirer encore les gaz lacrymogènes,avec de nouvelles manifestationsdes "gilets jaunes",samedi prochain.
Un acte V de la protestation esten train de se dessiner, aprèsl'adresse à la nation du présidentEmmanuel Macron, lundi soir.Si les avis sont plus ou moinspartagés sur la pertinence desréponses apportées à la crise quia ébranlé son pouvoir, personnen'y a vu un électrochoc. Encoremoins un virage décisif de sonquinquennat, comme celui prispar François Miterrand en 1983,lorsque le président socialiste dutmettre la barre à droite.Le libéral Macron a effectué, lui,une inflexion à gauche.Regrettable du point de vue duquotidien
Les Echos. Pour cejournal proche des milieux d'affaires,Macron "n'a pas lésinésur les moyens d'éteindre le feu"mais "la paix a un goût amer"parce que de son point de vue,"la violence a payé".Pour le quotidien conservateurLe Figaro, ce "n'est plus del'avenir politique d'EmmanuelMacron, ni même de sa capacitéà mettre encore en oeuvre sesréformes (au point où en sont leschoses, il est à craindre qu'elle soit durablement entamée)" qui est en jeu. Mais "ce qui se joue aujourd'hui dans les rues de nos villes et sur les routes de France,c'est notre avenir démocratique". La crainte est donc là, confirmée par Libération. "Le mouvement, selon toutes les probabilités, nes'arrêtera pas du jour au lendemain", parie son éditorialiste. Emmanuel Macron a décrété un "état d'urgence économique et sociale". La parade proposéen'est pas à la hauteur des attentes, du point de vue de la majorité des "gilets jaunes".
plus durs d'entre eux continuent de réclamer le départ du chef de l'Etat. Dans son messsage, Macron a essayé d'ouvrirune brèche dans le mouvement, en séparant les radicaux des modérés. Mais aussi de briser l'élan de sympathie et de soutien, que le mouvement s'estattiré parmi une écrasante majoritédes Français. Surtout ceuxqui se sentent exaspérés par les pillages et actes de violence ayant émaillé les manifestations. "Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse", menace Macron ."C'est donc désormais le calme et l'ordre républicain qui doivent régner. Nous y mettrons tous les moyens car, rien ne se construira de durable tant qu'on aura des craintes pour la paix civile.
J'ai donné en ce sens au gouvernement, les instructions les plusrigoureuses", a-t-il insisté, étalant la peur qui s'est emparée de lui. En matière de moyens donnés aux forces de l'ordre, le magazine Marianne a révélé que certains des blindés de la gendarmerie déployés pour la première fois à Paris, étaient secrètement équipés d'un dispositif radical qui ne devait servir qu'en dernier recours. Il s'agit d'un liquide incapacitant, mettant les gens à terre même quand ils sont munis d'un masque, explique Marianne. Cela va-t-il impressionner les
"gilets jaunes" et lesamener à se délester de leur chasuble? Une partie d'entre euxpeut-être, mais pas dans leur ensemble. Ils promettent un "Ve acte" de protestation qui "peutêtre, sera la fin de la Ve République". Sur le front politique, ils ont déjà le soutien du leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélecnchon, favorable à un cinquième acte. Dans son discours de 13 minutes, Macron a visiblement voulu donner des gages sociaux sans effrayer le monde économique, alors que la crise va faire perdre 0,1 point de croissance à France au 4e trimestre. La Banque de France a ramené à contre 0,4% précédemment, sa prévision de croissance pour le dernier trimestre.
des annonces qui ne pèsent ni sur les plus fortunés, ni sur entreprises. La mesure phare,la hausse pour les salariés au Smic, sera financée par une prime d'activité versée parl'Etat. C'est également l'Etat qui paiera l'exonération de lade CSG, pour les inférieures à 2000 euros et la défiscalisation des heures supplémentaires. Quant à la prime de fin d'année, les entreprises sont appelées à la verser, mais sur une base volontaire. Pour nombre de protestataires, ce ne sont que des "miettes". Alors? "On va continuer à se battre, on n'est pas prêt de partir", a assuré un représentant.
Un acte V de la protestation esten train de se dessiner, aprèsl'adresse à la nation du présidentEmmanuel Macron, lundi soir.Si les avis sont plus ou moinspartagés sur la pertinence desréponses apportées à la crise quia ébranlé son pouvoir, personnen'y a vu un électrochoc. Encoremoins un virage décisif de sonquinquennat, comme celui prispar François Miterrand en 1983,lorsque le président socialiste dutmettre la barre à droite.Le libéral Macron a effectué, lui,une inflexion à gauche.Regrettable du point de vue duquotidien
Les Echos. Pour cejournal proche des milieux d'affaires,Macron "n'a pas lésinésur les moyens d'éteindre le feu"mais "la paix a un goût amer"parce que de son point de vue,"la violence a payé".Pour le quotidien conservateurLe Figaro, ce "n'est plus del'avenir politique d'EmmanuelMacron, ni même de sa capacitéà mettre encore en oeuvre sesréformes (au point où en sont leschoses, il est à craindre qu'elle soit durablement entamée)" qui est en jeu. Mais "ce qui se joue aujourd'hui dans les rues de nos villes et sur les routes de France,c'est notre avenir démocratique". La crainte est donc là, confirmée par Libération. "Le mouvement, selon toutes les probabilités, nes'arrêtera pas du jour au lendemain", parie son éditorialiste. Emmanuel Macron a décrété un "état d'urgence économique et sociale". La parade proposéen'est pas à la hauteur des attentes, du point de vue de la majorité des "gilets jaunes".
plus durs d'entre eux continuent de réclamer le départ du chef de l'Etat. Dans son messsage, Macron a essayé d'ouvrirune brèche dans le mouvement, en séparant les radicaux des modérés. Mais aussi de briser l'élan de sympathie et de soutien, que le mouvement s'estattiré parmi une écrasante majoritédes Français. Surtout ceuxqui se sentent exaspérés par les pillages et actes de violence ayant émaillé les manifestations. "Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse", menace Macron ."C'est donc désormais le calme et l'ordre républicain qui doivent régner. Nous y mettrons tous les moyens car, rien ne se construira de durable tant qu'on aura des craintes pour la paix civile.
J'ai donné en ce sens au gouvernement, les instructions les plusrigoureuses", a-t-il insisté, étalant la peur qui s'est emparée de lui. En matière de moyens donnés aux forces de l'ordre, le magazine Marianne a révélé que certains des blindés de la gendarmerie déployés pour la première fois à Paris, étaient secrètement équipés d'un dispositif radical qui ne devait servir qu'en dernier recours. Il s'agit d'un liquide incapacitant, mettant les gens à terre même quand ils sont munis d'un masque, explique Marianne. Cela va-t-il impressionner les
"gilets jaunes" et lesamener à se délester de leur chasuble? Une partie d'entre euxpeut-être, mais pas dans leur ensemble. Ils promettent un "Ve acte" de protestation qui "peutêtre, sera la fin de la Ve République". Sur le front politique, ils ont déjà le soutien du leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélecnchon, favorable à un cinquième acte. Dans son discours de 13 minutes, Macron a visiblement voulu donner des gages sociaux sans effrayer le monde économique, alors que la crise va faire perdre 0,1 point de croissance à France au 4e trimestre. La Banque de France a ramené à contre 0,4% précédemment, sa prévision de croissance pour le dernier trimestre.
des annonces qui ne pèsent ni sur les plus fortunés, ni sur entreprises. La mesure phare,la hausse pour les salariés au Smic, sera financée par une prime d'activité versée parl'Etat. C'est également l'Etat qui paiera l'exonération de lade CSG, pour les inférieures à 2000 euros et la défiscalisation des heures supplémentaires. Quant à la prime de fin d'année, les entreprises sont appelées à la verser, mais sur une base volontaire. Pour nombre de protestataires, ce ne sont que des "miettes". Alors? "On va continuer à se battre, on n'est pas prêt de partir", a assuré un représentant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.