Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le casse-tête des étudiants algériens commence
Frais d'inscription en France
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 01 - 2019

La prochaine rentrée universitaire est encore dansquelques mois, mais lespréparatifs ont déjàcommencé pour les Algérienssouhaitant effectuer oupoursuivre leurs études enFrance et rejoindre les plus de30 .000 de leurs compatriotes qui étudient actuellement sur place.
La prochaine rentrée universitaire est encore dansquelques mois, mais lespréparatifs ont déjàcommencé pour les Algérienssouhaitant effectuer oupoursuivre leurs études enFrance et rejoindre les plus de30 .000 de leurs compatriotes qui étudient actuellement sur place.
ContenuCes préparatifs sont devenus autrement compliqués par la décisiondu gouvernement françaisd'augmenter de manière unilatérale, lesfrais de scolarité dans les universitéspubliques françaises, dès la rentrée 2019.Les frais d'inscriptions à l'universitépasseront en effet, pour les nouveaux étudiantsalgériens en licence de 170 euros à2770 euros dès l'an prochain, soit uneaugmentation de 1529%. Les frais de scolaritépour les étudiants algériens en masteret en doctorat, passeront quant à eux, de243 euros et 380 euros, respectivement à3770 euros, soit une hausse de 1.551% pour le master et 992% pour le doctorat. Une fois passé le choc de l'impact causpar la hausse soudaine des frais de scolarité,vient pour les étudiants potentielsl'heure des interrogations sur les modalitésd'acquittement d'un tel montant qui s'ajouteaux dépenses déjà importantes d'unevie en France.
En effet, la réglementation de la Banqued'Algérie n'autorise pas le transfert dedevises vers la France pour payer les fraisd'inscription dans une universitéétrangère. Les étudiants vont doncinévitablement faire appel au marché parallèlepour acquérir des devises permettantdes payer les frais de scolarité, soit auminimum près de 600.000 dinars correspondantaux 2.770 euros nécessaires pours'inscrire en licence. À cette réalité s'ajoute un autre obstacle très risque, qui estle risque de voir le consulat français exigerque les frais de scolarité soient payés aupréalable à l'université en complément à toute dossier de demande de visa étudiant, avec l'objectif d'éviter que le visa étudiant ne soit utilisé pour accéder légalement enFrance et d'y rester dans la clandestinité.Cette exigence pourrait poser un sérieuxproblème pour les étudiants algériens, quidisposent d'une marge de manoeuvre très limitée pour s'acquitter du montant. Dans le cas de la licence,
les 2,770 euros doivent être payés à l'université ellemême. Campus France ne pourrait par exemple en aucun cas servir d'intermédiaire pour recevoir les paiements de ces sommes en devises en Algérie puisque toutes les transactions dans le pays doivent avoir lieu avec la monnaie nationale, à savoir le dinar algérien. De même que voir Campus France recevoir la somme en dinar n'aurait que peu de sens, étant donné que la Banque d'Algérie empêchera que l'argent soit transféré en devises vers les universités françaises. Le casse-tête est réel, et à priori seules des options compliquées se présentent aux étudiants algériens pour s'acquitter au préalable des frais de scolarité en France. La première consiste à payer au moyen d'une carte VISA, coûteuse et dont l'obtention est laborieuse. La deuxième option consiste à faire appel à la solidarité d'une personne en France qui irait payer les frais de scolarité au nom de l'étudiant concerné.
Une opération en "système D" qui s'avèrera impraticable à grande échelle. Reste à voir si effectivement le consulat français imposera une telle exigence aux étudiants algériens. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise concernant cet aspect. Quoi qu'il en soit, la rentrée rochaine s'annonce bien compliquée pour ceux qui veulent partir.
ContenuCes préparatifs sont devenus autrement compliqués par la décisiondu gouvernement françaisd'augmenter de manière unilatérale, lesfrais de scolarité dans les universitéspubliques françaises, dès la rentrée 2019.Les frais d'inscriptions à l'universitépasseront en effet, pour les nouveaux étudiantsalgériens en licence de 170 euros à2770 euros dès l'an prochain, soit uneaugmentation de 1529%. Les frais de scolaritépour les étudiants algériens en masteret en doctorat, passeront quant à eux, de243 euros et 380 euros, respectivement à3770 euros, soit une hausse de 1.551% pour le master et 992% pour le doctorat. Une fois passé le choc de l'impact causpar la hausse soudaine des frais de scolarité,vient pour les étudiants potentielsl'heure des interrogations sur les modalitésd'acquittement d'un tel montant qui s'ajouteaux dépenses déjà importantes d'unevie en France.
En effet, la réglementation de la Banqued'Algérie n'autorise pas le transfert dedevises vers la France pour payer les fraisd'inscription dans une universitéétrangère. Les étudiants vont doncinévitablement faire appel au marché parallèlepour acquérir des devises permettantdes payer les frais de scolarité, soit auminimum près de 600.000 dinars correspondantaux 2.770 euros nécessaires pours'inscrire en licence. À cette réalité s'ajoute un autre obstacle très risque, qui estle risque de voir le consulat français exigerque les frais de scolarité soient payés aupréalable à l'université en complément à toute dossier de demande de visa étudiant, avec l'objectif d'éviter que le visa étudiant ne soit utilisé pour accéder légalement enFrance et d'y rester dans la clandestinité.Cette exigence pourrait poser un sérieuxproblème pour les étudiants algériens, quidisposent d'une marge de manoeuvre très limitée pour s'acquitter du montant. Dans le cas de la licence,
les 2,770 euros doivent être payés à l'université ellemême. Campus France ne pourrait par exemple en aucun cas servir d'intermédiaire pour recevoir les paiements de ces sommes en devises en Algérie puisque toutes les transactions dans le pays doivent avoir lieu avec la monnaie nationale, à savoir le dinar algérien. De même que voir Campus France recevoir la somme en dinar n'aurait que peu de sens, étant donné que la Banque d'Algérie empêchera que l'argent soit transféré en devises vers les universités françaises. Le casse-tête est réel, et à priori seules des options compliquées se présentent aux étudiants algériens pour s'acquitter au préalable des frais de scolarité en France. La première consiste à payer au moyen d'une carte VISA, coûteuse et dont l'obtention est laborieuse. La deuxième option consiste à faire appel à la solidarité d'une personne en France qui irait payer les frais de scolarité au nom de l'étudiant concerné.
Une opération en "système D" qui s'avèrera impraticable à grande échelle. Reste à voir si effectivement le consulat français imposera une telle exigence aux étudiants algériens. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise concernant cet aspect. Quoi qu'il en soit, la rentrée rochaine s'annonce bien compliquée pour ceux qui veulent partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.