ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le casse-tête des étudiants algériens commence
Frais d'inscription en France
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 01 - 2019

La prochaine rentrée universitaire est encore dansquelques mois, mais lespréparatifs ont déjàcommencé pour les Algérienssouhaitant effectuer oupoursuivre leurs études enFrance et rejoindre les plus de30 .000 de leurs compatriotes qui étudient actuellement sur place.
La prochaine rentrée universitaire est encore dansquelques mois, mais lespréparatifs ont déjàcommencé pour les Algérienssouhaitant effectuer oupoursuivre leurs études enFrance et rejoindre les plus de30 .000 de leurs compatriotes qui étudient actuellement sur place.
ContenuCes préparatifs sont devenus autrement compliqués par la décisiondu gouvernement françaisd'augmenter de manière unilatérale, lesfrais de scolarité dans les universitéspubliques françaises, dès la rentrée 2019.Les frais d'inscriptions à l'universitépasseront en effet, pour les nouveaux étudiantsalgériens en licence de 170 euros à2770 euros dès l'an prochain, soit uneaugmentation de 1529%. Les frais de scolaritépour les étudiants algériens en masteret en doctorat, passeront quant à eux, de243 euros et 380 euros, respectivement à3770 euros, soit une hausse de 1.551% pour le master et 992% pour le doctorat. Une fois passé le choc de l'impact causpar la hausse soudaine des frais de scolarité,vient pour les étudiants potentielsl'heure des interrogations sur les modalitésd'acquittement d'un tel montant qui s'ajouteaux dépenses déjà importantes d'unevie en France.
En effet, la réglementation de la Banqued'Algérie n'autorise pas le transfert dedevises vers la France pour payer les fraisd'inscription dans une universitéétrangère. Les étudiants vont doncinévitablement faire appel au marché parallèlepour acquérir des devises permettantdes payer les frais de scolarité, soit auminimum près de 600.000 dinars correspondantaux 2.770 euros nécessaires pours'inscrire en licence. À cette réalité s'ajoute un autre obstacle très risque, qui estle risque de voir le consulat français exigerque les frais de scolarité soient payés aupréalable à l'université en complément à toute dossier de demande de visa étudiant, avec l'objectif d'éviter que le visa étudiant ne soit utilisé pour accéder légalement enFrance et d'y rester dans la clandestinité.Cette exigence pourrait poser un sérieuxproblème pour les étudiants algériens, quidisposent d'une marge de manoeuvre très limitée pour s'acquitter du montant. Dans le cas de la licence,
les 2,770 euros doivent être payés à l'université ellemême. Campus France ne pourrait par exemple en aucun cas servir d'intermédiaire pour recevoir les paiements de ces sommes en devises en Algérie puisque toutes les transactions dans le pays doivent avoir lieu avec la monnaie nationale, à savoir le dinar algérien. De même que voir Campus France recevoir la somme en dinar n'aurait que peu de sens, étant donné que la Banque d'Algérie empêchera que l'argent soit transféré en devises vers les universités françaises. Le casse-tête est réel, et à priori seules des options compliquées se présentent aux étudiants algériens pour s'acquitter au préalable des frais de scolarité en France. La première consiste à payer au moyen d'une carte VISA, coûteuse et dont l'obtention est laborieuse. La deuxième option consiste à faire appel à la solidarité d'une personne en France qui irait payer les frais de scolarité au nom de l'étudiant concerné.
Une opération en "système D" qui s'avèrera impraticable à grande échelle. Reste à voir si effectivement le consulat français imposera une telle exigence aux étudiants algériens. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise concernant cet aspect. Quoi qu'il en soit, la rentrée rochaine s'annonce bien compliquée pour ceux qui veulent partir.
ContenuCes préparatifs sont devenus autrement compliqués par la décisiondu gouvernement françaisd'augmenter de manière unilatérale, lesfrais de scolarité dans les universitéspubliques françaises, dès la rentrée 2019.Les frais d'inscriptions à l'universitépasseront en effet, pour les nouveaux étudiantsalgériens en licence de 170 euros à2770 euros dès l'an prochain, soit uneaugmentation de 1529%. Les frais de scolaritépour les étudiants algériens en masteret en doctorat, passeront quant à eux, de243 euros et 380 euros, respectivement à3770 euros, soit une hausse de 1.551% pour le master et 992% pour le doctorat. Une fois passé le choc de l'impact causpar la hausse soudaine des frais de scolarité,vient pour les étudiants potentielsl'heure des interrogations sur les modalitésd'acquittement d'un tel montant qui s'ajouteaux dépenses déjà importantes d'unevie en France.
En effet, la réglementation de la Banqued'Algérie n'autorise pas le transfert dedevises vers la France pour payer les fraisd'inscription dans une universitéétrangère. Les étudiants vont doncinévitablement faire appel au marché parallèlepour acquérir des devises permettantdes payer les frais de scolarité, soit auminimum près de 600.000 dinars correspondantaux 2.770 euros nécessaires pours'inscrire en licence. À cette réalité s'ajoute un autre obstacle très risque, qui estle risque de voir le consulat français exigerque les frais de scolarité soient payés aupréalable à l'université en complément à toute dossier de demande de visa étudiant, avec l'objectif d'éviter que le visa étudiant ne soit utilisé pour accéder légalement enFrance et d'y rester dans la clandestinité.Cette exigence pourrait poser un sérieuxproblème pour les étudiants algériens, quidisposent d'une marge de manoeuvre très limitée pour s'acquitter du montant. Dans le cas de la licence,
les 2,770 euros doivent être payés à l'université ellemême. Campus France ne pourrait par exemple en aucun cas servir d'intermédiaire pour recevoir les paiements de ces sommes en devises en Algérie puisque toutes les transactions dans le pays doivent avoir lieu avec la monnaie nationale, à savoir le dinar algérien. De même que voir Campus France recevoir la somme en dinar n'aurait que peu de sens, étant donné que la Banque d'Algérie empêchera que l'argent soit transféré en devises vers les universités françaises. Le casse-tête est réel, et à priori seules des options compliquées se présentent aux étudiants algériens pour s'acquitter au préalable des frais de scolarité en France. La première consiste à payer au moyen d'une carte VISA, coûteuse et dont l'obtention est laborieuse. La deuxième option consiste à faire appel à la solidarité d'une personne en France qui irait payer les frais de scolarité au nom de l'étudiant concerné.
Une opération en "système D" qui s'avèrera impraticable à grande échelle. Reste à voir si effectivement le consulat français imposera une telle exigence aux étudiants algériens. Pour l'instant, aucune décision n'a été prise concernant cet aspect. Quoi qu'il en soit, la rentrée rochaine s'annonce bien compliquée pour ceux qui veulent partir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.