Juventus.. Ronaldo dément son départ    AEROPORT D'ALGER : Le nouveau terminal mis en service lundi prochain    DOUANES ET BANQUE D'ALGERIE : Le Chef de l'Etat nomme de nouveaux responsables    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    L'avis de trois personnalités    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'ex-Premier ministre Ouyahia et le ministre des Finances Loukal devant la justice ?    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Début du référendum constitutionnel en Egypte    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    "Trop tard, M.Bensalah..."    En hommage aux 126 martyrs    Chiheb torpille Ouyahia    Deux médecins et un pharmacien dans le collimateur    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    L'Algérie fortement représentée    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG annonce un retour à la stabilisation du déficit
Caisse nationale des retraites
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 01 - 2019

Le déficit financier de la Caisse nationale des Retraites (CNR), qui se reproduit d'année en année, connaîtra une "stabilité" durant les prochaines années en raison de la "régression" enregistrée dans les départs à la retraite.
Le déficit financier de la Caisse nationale des Retraites (CNR), qui se reproduit d'année en année, connaîtra une "stabilité" durant les prochaines années en raison de la "régression" enregistrée dans les départs à la retraite.
C'est ce qu'a déclaré, hier à Alger, son directeur général, SlimaneMellouka."Il y aura une certaine stabilité du déficitfinancier de la caisse dans les années àvenir, puisqu'il y a eu une régression desdossiers de retraites en 2018 avec l'abrogationdes dispositions pour le départ à la retraite avant l'âge légal. Aussi, nous prévoyons un passage du déficit de l'ordre de
600 à 610 milliards DA en 2019", a préciséM. Mellouka, sur les ondes de la Chaîne
III de la Radio nationale.Faisant savoir que le nombre de départs àla retraite a été de moins de 80.000 l'année écoulée, il a rappelé que le déficit actuel de la caisse s'élève à 600 milliards DA.Un montant qui a été octroyé à cette dernière,sous forme de prêt à payer en différéet en 2 tranches, avec un délai de 20 ans, et ce, dans le cadre de la loi de finances201). A ce montant, s'ajoute la contribution"régulière de l'Etat, ce qui a permis à la caisse de se doter d'un total de 700 milliards DA devant lui permettre de couvrir le
payement des pensions et allocations desret
raites", a-t-il ajouté.Le même responsable a fait état, en outre,de "réflexions sur des pistes" devant endiguerle déficit qui "se creuse" depuis 2015,dont des "mesures juridiques" pour assurerle recouvrement des déperditions dues aux non déclarations ou à la sous-déclarationdes travailleurs par leurs employeurs. Sachant, a-t-il noté, qu'"il y aurait quelque 43 % de salariés non déclarés", selon l'affirmation du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. "L'Etat réfléchit à des mécanismes de réduction des frais de fonctionnement ciblant l'ensemble des organismes du système de Sécurité sociale, en plus du développement de la politique de l'emploi afin d'augmenter le nombre des cotisations", at- il poursuivi, exprimant son "souhait de revenir à la situation d'équilibre", soit 1 retraité pour 5 cotisants. Tout en rappelant les mesures
"déjà prises" par les pouvoirs publics pour faire face au déficit de la caisse induit par le nombre "très important" des départs à la,retraite anticipée, il a affirmé que cela s'est traduit par un déficit croissant, de l'ordre de 100 milliards DA l'an, passant ainsi de 150 milliards DA en 2015 à près de 560 milliards DA en 2018. Un montant de 500 milliards DA avait alors été accordé à la caisse pour lui permettre d'assurer le paiement des pensions, et ce, dans le cadre de la loi de finances 2018. Revenant sur l'évolution du de ce déficit financier, il a soutenu qu'en 2013-2014, la caisse "avait encore les moyens nécessaires" pour prendre en charge les dépenses de l'époque, mais depuis 2015, une "saignée très importante" a été ressentie.
"En 2016, près de 300.000 dossiers de départs à la retraite ont été déposés", a-t-ilrelevé, faisant savoir qu'après sélection, plus de la moitié a été retenue, ce qui a négativement impacté l'équilibre de cette caisse "dépendante" des cotisations, a-t-il encore rappelé. Autant M. Mellouka a été loquace sur le déficit chronique de la CNR, qui est le véritable problème, autant il s'est montré très évasif , voire même muet sur la question de l'augmentation des retraites pour l'année 2019, alors que lui-même avait fait cette annonce en novembre 2018.
C'est ce qu'a déclaré, hier à Alger, son directeur général, SlimaneMellouka."Il y aura une certaine stabilité du déficitfinancier de la caisse dans les années àvenir, puisqu'il y a eu une régression desdossiers de retraites en 2018 avec l'abrogationdes dispositions pour le départ à la retraite avant l'âge légal. Aussi, nous prévoyons un passage du déficit de l'ordre de
600 à 610 milliards DA en 2019", a préciséM. Mellouka, sur les ondes de la Chaîne
III de la Radio nationale.Faisant savoir que le nombre de départs àla retraite a été de moins de 80.000 l'année écoulée, il a rappelé que le déficit actuel de la caisse s'élève à 600 milliards DA.Un montant qui a été octroyé à cette dernière,sous forme de prêt à payer en différéet en 2 tranches, avec un délai de 20 ans, et ce, dans le cadre de la loi de finances201). A ce montant, s'ajoute la contribution"régulière de l'Etat, ce qui a permis à la caisse de se doter d'un total de 700 milliards DA devant lui permettre de couvrir le
payement des pensions et allocations desret
raites", a-t-il ajouté.Le même responsable a fait état, en outre,de "réflexions sur des pistes" devant endiguerle déficit qui "se creuse" depuis 2015,dont des "mesures juridiques" pour assurerle recouvrement des déperditions dues aux non déclarations ou à la sous-déclarationdes travailleurs par leurs employeurs. Sachant, a-t-il noté, qu'"il y aurait quelque 43 % de salariés non déclarés", selon l'affirmation du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. "L'Etat réfléchit à des mécanismes de réduction des frais de fonctionnement ciblant l'ensemble des organismes du système de Sécurité sociale, en plus du développement de la politique de l'emploi afin d'augmenter le nombre des cotisations", at- il poursuivi, exprimant son "souhait de revenir à la situation d'équilibre", soit 1 retraité pour 5 cotisants. Tout en rappelant les mesures
"déjà prises" par les pouvoirs publics pour faire face au déficit de la caisse induit par le nombre "très important" des départs à la,retraite anticipée, il a affirmé que cela s'est traduit par un déficit croissant, de l'ordre de 100 milliards DA l'an, passant ainsi de 150 milliards DA en 2015 à près de 560 milliards DA en 2018. Un montant de 500 milliards DA avait alors été accordé à la caisse pour lui permettre d'assurer le paiement des pensions, et ce, dans le cadre de la loi de finances 2018. Revenant sur l'évolution du de ce déficit financier, il a soutenu qu'en 2013-2014, la caisse "avait encore les moyens nécessaires" pour prendre en charge les dépenses de l'époque, mais depuis 2015, une "saignée très importante" a été ressentie.
"En 2016, près de 300.000 dossiers de départs à la retraite ont été déposés", a-t-ilrelevé, faisant savoir qu'après sélection, plus de la moitié a été retenue, ce qui a négativement impacté l'équilibre de cette caisse "dépendante" des cotisations, a-t-il encore rappelé. Autant M. Mellouka a été loquace sur le déficit chronique de la CNR, qui est le véritable problème, autant il s'est montré très évasif , voire même muet sur la question de l'augmentation des retraites pour l'année 2019, alors que lui-même avait fait cette annonce en novembre 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.