Plus de 250 adhérentes à la Cellule d'accompagnement de la femme rurale    «Atal ne partira pas l'été prochain»    Les défis de la gestion de la LFP en question    Zerouati officialise son retour à la tête du club    Arrestation de deux éléments de soutien aux groupes terroristes à Tin-Zaouatine    Appel à la cessation de la répression marocaine des Sahraouis    Real Madrid: Benzema titulaire à Majorque, pas Varane    L'ANIE à pied d'œuvre    Signature d'une convention entre le GIE monétique et l'ANPT    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Dossier clos    Silence radio à la Sonatrach    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les Verts veulent réaliser l'exploit à Berkane    Régulation de l'économie avec l'apport des Nations-Unies et de l'UE    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DG annonce un retour à la stabilisation du déficit
Caisse nationale des retraites
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 01 - 2019

Le déficit financier de la Caisse nationale des Retraites (CNR), qui se reproduit d'année en année, connaîtra une "stabilité" durant les prochaines années en raison de la "régression" enregistrée dans les départs à la retraite.
Le déficit financier de la Caisse nationale des Retraites (CNR), qui se reproduit d'année en année, connaîtra une "stabilité" durant les prochaines années en raison de la "régression" enregistrée dans les départs à la retraite.
C'est ce qu'a déclaré, hier à Alger, son directeur général, SlimaneMellouka."Il y aura une certaine stabilité du déficitfinancier de la caisse dans les années àvenir, puisqu'il y a eu une régression desdossiers de retraites en 2018 avec l'abrogationdes dispositions pour le départ à la retraite avant l'âge légal. Aussi, nous prévoyons un passage du déficit de l'ordre de
600 à 610 milliards DA en 2019", a préciséM. Mellouka, sur les ondes de la Chaîne
III de la Radio nationale.Faisant savoir que le nombre de départs àla retraite a été de moins de 80.000 l'année écoulée, il a rappelé que le déficit actuel de la caisse s'élève à 600 milliards DA.Un montant qui a été octroyé à cette dernière,sous forme de prêt à payer en différéet en 2 tranches, avec un délai de 20 ans, et ce, dans le cadre de la loi de finances201). A ce montant, s'ajoute la contribution"régulière de l'Etat, ce qui a permis à la caisse de se doter d'un total de 700 milliards DA devant lui permettre de couvrir le
payement des pensions et allocations desret
raites", a-t-il ajouté.Le même responsable a fait état, en outre,de "réflexions sur des pistes" devant endiguerle déficit qui "se creuse" depuis 2015,dont des "mesures juridiques" pour assurerle recouvrement des déperditions dues aux non déclarations ou à la sous-déclarationdes travailleurs par leurs employeurs. Sachant, a-t-il noté, qu'"il y aurait quelque 43 % de salariés non déclarés", selon l'affirmation du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. "L'Etat réfléchit à des mécanismes de réduction des frais de fonctionnement ciblant l'ensemble des organismes du système de Sécurité sociale, en plus du développement de la politique de l'emploi afin d'augmenter le nombre des cotisations", at- il poursuivi, exprimant son "souhait de revenir à la situation d'équilibre", soit 1 retraité pour 5 cotisants. Tout en rappelant les mesures
"déjà prises" par les pouvoirs publics pour faire face au déficit de la caisse induit par le nombre "très important" des départs à la,retraite anticipée, il a affirmé que cela s'est traduit par un déficit croissant, de l'ordre de 100 milliards DA l'an, passant ainsi de 150 milliards DA en 2015 à près de 560 milliards DA en 2018. Un montant de 500 milliards DA avait alors été accordé à la caisse pour lui permettre d'assurer le paiement des pensions, et ce, dans le cadre de la loi de finances 2018. Revenant sur l'évolution du de ce déficit financier, il a soutenu qu'en 2013-2014, la caisse "avait encore les moyens nécessaires" pour prendre en charge les dépenses de l'époque, mais depuis 2015, une "saignée très importante" a été ressentie.
"En 2016, près de 300.000 dossiers de départs à la retraite ont été déposés", a-t-ilrelevé, faisant savoir qu'après sélection, plus de la moitié a été retenue, ce qui a négativement impacté l'équilibre de cette caisse "dépendante" des cotisations, a-t-il encore rappelé. Autant M. Mellouka a été loquace sur le déficit chronique de la CNR, qui est le véritable problème, autant il s'est montré très évasif , voire même muet sur la question de l'augmentation des retraites pour l'année 2019, alors que lui-même avait fait cette annonce en novembre 2018.
C'est ce qu'a déclaré, hier à Alger, son directeur général, SlimaneMellouka."Il y aura une certaine stabilité du déficitfinancier de la caisse dans les années àvenir, puisqu'il y a eu une régression desdossiers de retraites en 2018 avec l'abrogationdes dispositions pour le départ à la retraite avant l'âge légal. Aussi, nous prévoyons un passage du déficit de l'ordre de
600 à 610 milliards DA en 2019", a préciséM. Mellouka, sur les ondes de la Chaîne
III de la Radio nationale.Faisant savoir que le nombre de départs àla retraite a été de moins de 80.000 l'année écoulée, il a rappelé que le déficit actuel de la caisse s'élève à 600 milliards DA.Un montant qui a été octroyé à cette dernière,sous forme de prêt à payer en différéet en 2 tranches, avec un délai de 20 ans, et ce, dans le cadre de la loi de finances201). A ce montant, s'ajoute la contribution"régulière de l'Etat, ce qui a permis à la caisse de se doter d'un total de 700 milliards DA devant lui permettre de couvrir le
payement des pensions et allocations desret
raites", a-t-il ajouté.Le même responsable a fait état, en outre,de "réflexions sur des pistes" devant endiguerle déficit qui "se creuse" depuis 2015,dont des "mesures juridiques" pour assurerle recouvrement des déperditions dues aux non déclarations ou à la sous-déclarationdes travailleurs par leurs employeurs. Sachant, a-t-il noté, qu'"il y aurait quelque 43 % de salariés non déclarés", selon l'affirmation du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale. "L'Etat réfléchit à des mécanismes de réduction des frais de fonctionnement ciblant l'ensemble des organismes du système de Sécurité sociale, en plus du développement de la politique de l'emploi afin d'augmenter le nombre des cotisations", at- il poursuivi, exprimant son "souhait de revenir à la situation d'équilibre", soit 1 retraité pour 5 cotisants. Tout en rappelant les mesures
"déjà prises" par les pouvoirs publics pour faire face au déficit de la caisse induit par le nombre "très important" des départs à la,retraite anticipée, il a affirmé que cela s'est traduit par un déficit croissant, de l'ordre de 100 milliards DA l'an, passant ainsi de 150 milliards DA en 2015 à près de 560 milliards DA en 2018. Un montant de 500 milliards DA avait alors été accordé à la caisse pour lui permettre d'assurer le paiement des pensions, et ce, dans le cadre de la loi de finances 2018. Revenant sur l'évolution du de ce déficit financier, il a soutenu qu'en 2013-2014, la caisse "avait encore les moyens nécessaires" pour prendre en charge les dépenses de l'époque, mais depuis 2015, une "saignée très importante" a été ressentie.
"En 2016, près de 300.000 dossiers de départs à la retraite ont été déposés", a-t-ilrelevé, faisant savoir qu'après sélection, plus de la moitié a été retenue, ce qui a négativement impacté l'équilibre de cette caisse "dépendante" des cotisations, a-t-il encore rappelé. Autant M. Mellouka a été loquace sur le déficit chronique de la CNR, qui est le véritable problème, autant il s'est montré très évasif , voire même muet sur la question de l'augmentation des retraites pour l'année 2019, alors que lui-même avait fait cette annonce en novembre 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.