Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran
Attaques contre des navires pétroliers
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 06 - 2019

Les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran sont montées d'un cran cette semaine après que les Etats-Unis aient accusé l'Iran d'être responsabled'attaques non revendiquées contre deuxnavires pétroliers en mer d'Oman, faisant craindreune escalade de tensions dans la volatile région duGolfe,
Les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran sont montées d'un cran cette semaine après que les Etats-Unis aient accusé l'Iran d'être responsabled'attaques non revendiquées contre deuxnavires pétroliers en mer d'Oman, faisant craindreune escalade de tensions dans la volatile région duGolfe,
rapportent plusieurs médias.Un tanker norvégien et un tanker japonais ont étéce jeudi la cible d'attaques d'origine indéterminéealors qu'ils naviguaient près du détroit d'Ormuz,un passage maritime stratégique à l'échelle mondialeoù transite un cinquième de la productionmondiale de pétrole. Très rapidement le gouvernementaméricain, à sa tête le Président DonaldTrump, a accusé l'Iran être à l'origine de cetteattaque, rejetant le démenti de l'Iran et affirmantque l'attaque était "signée".Pour étayer leur affirmation, les Etats-Unis ontdiffusé par le biais de l'US Navy une vidéo supposéemontrer une vedette de patrouille des Gardiensde la Révolution accoster l'un des deux naviresafin de retirer un "mine ventouse non explosée" dela coque du pétrolier. Pour le Président Trump, lesGardiens de la Révolution "
ne voulaient pas laisserde preuves derrière eux", a-t-il soutenu.L'Arabie saoudite a dans ce cadre fait part de sa "grande inquiétude", tandis que les Emirats ontdénoncé une "dangereuse escalade".L'Iran a cependant démenti toute implication,jugeant les accusations américaines "sans fondement",tandis que la Russie a condamné "sévèrement"les attaques non revendiquées et a demandéaux Etats-Unis de ne pas "tirer des conclusionshâtives".
Même son de cloche du côté de la diplomatieallemande. "La vidéo n'est pas suffisante.Nous pouvons bien sûr comprendre ce qu'on nousmontre mais, pour tirer des conclusions, ce n'estselon moi pas suffisant", a déclaré le ministre desAffaires étrangères allemand, Heiko Maas.Le ministre de la Défense américain PatrickShanahan, n'a quant à lui pas écarté la possibilitéde renforcer encore la présence militaire américainedans la région, après l'annonce le mois dernierde l'envoi de 1.500 soldats supplémentaires etd'avions de combat et de reconnaissance auMoyen-Orient. C'est dans ce contexte que laChine a appelé au "dialogue" tandis que l'Irak aprôné "l'apaisement". La Ligue arabe a pour sapart mis en garde contre "une confrontation qui nelaissera personne en sécurité".
rapportent plusieurs médias.Un tanker norvégien et un tanker japonais ont étéce jeudi la cible d'attaques d'origine indéterminéealors qu'ils naviguaient près du détroit d'Ormuz,un passage maritime stratégique à l'échelle mondialeoù transite un cinquième de la productionmondiale de pétrole. Très rapidement le gouvernementaméricain, à sa tête le Président DonaldTrump, a accusé l'Iran être à l'origine de cetteattaque, rejetant le démenti de l'Iran et affirmantque l'attaque était "signée".Pour étayer leur affirmation, les Etats-Unis ontdiffusé par le biais de l'US Navy une vidéo supposéemontrer une vedette de patrouille des Gardiensde la Révolution accoster l'un des deux naviresafin de retirer un "mine ventouse non explosée" dela coque du pétrolier. Pour le Président Trump, lesGardiens de la Révolution "
ne voulaient pas laisserde preuves derrière eux", a-t-il soutenu.L'Arabie saoudite a dans ce cadre fait part de sa "grande inquiétude", tandis que les Emirats ontdénoncé une "dangereuse escalade".L'Iran a cependant démenti toute implication,jugeant les accusations américaines "sans fondement",tandis que la Russie a condamné "sévèrement"les attaques non revendiquées et a demandéaux Etats-Unis de ne pas "tirer des conclusionshâtives".
Même son de cloche du côté de la diplomatieallemande. "La vidéo n'est pas suffisante.Nous pouvons bien sûr comprendre ce qu'on nousmontre mais, pour tirer des conclusions, ce n'estselon moi pas suffisant", a déclaré le ministre desAffaires étrangères allemand, Heiko Maas.Le ministre de la Défense américain PatrickShanahan, n'a quant à lui pas écarté la possibilitéde renforcer encore la présence militaire américainedans la région, après l'annonce le mois dernierde l'envoi de 1.500 soldats supplémentaires etd'avions de combat et de reconnaissance auMoyen-Orient. C'est dans ce contexte que laChine a appelé au "dialogue" tandis que l'Irak aprôné "l'apaisement". La Ligue arabe a pour sapart mis en garde contre "une confrontation qui nelaissera personne en sécurité".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.