Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





300 milliards de dollars détournés en 20 ans !
Selon le professeur benmihoub
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 06 - 2019

Par le biais des nombreuses affaires d'atteinte aux biens publics portées devant la justice, les Algériens découvrent avec effarement l'étendue d'une corruption qu'ils devinaient, mais dont ilsignoraient les multiplesramifications jusqu'au sein des institutions de l'Etat.
Par le biais des nombreuses affaires d'atteinte aux biens publics portées devant la justice, les Algériens découvrent avec effarement l'étendue d'une corruption qu'ils devinaient, mais dont ilsignoraient les multiplesramifications jusqu'au sein des institutions de l'Etat.
Pour l'analyste en économie, le professeur Mohamed-CherifBenmihoub, pour prétendre mener lalutte contre cette déchéance, il faudraitnécessairement en passer par la révision enprofondeur du "système" tel qu'il a fonctionnéjusqu'alors, en engageant "laréforme du système de gouvernance".Reçu, hier, à l'émission l'Invité de larédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne,celui-ci impute cette situation à la"perversion morale" des personnes impliquéeset à sa corrélation avec les commandespubliques, constatant que "plus lebudget de l'Etat est important, plus la corruptiona tendance à se généraliser". Pourlui, cette dernière a toujours existé,d'autant, explique-t-il, que le système politiquea préféré avoir à faire à des "clients"et à cultiver les "compromis", en dépit, relève-t-il, d'une "législation assez complète en matière de lutte contre ce phénomène". Au fil des années, constate l'intervenant,
"cette situation a fini par devenir une règle normale de fonctionnement". Certaines personnes, dit-il, "poussant jusqu'à payer pour accéder à des postes au sein d'organismes et d'institutions de l'Etat etattendant en retour une compensation financière autrement plus importante queleur mise de départ".Des sommes ayant fait l'objet de détournementsfrauduleux, le professeur Benmihoub les estime à 30 % de la dépense publique opérée au cours des 20 dernières années, soit quelque 1.000 milliardsde dollars. Il observe que la corruption s'est, au fil des ans, trouvée disséminée à tous les niveaux d'activités (collectivités,entreprises, institutions,…) particulièrement, note-t-il, là "où existent despossibilités d'accès aux marchés publics,auxquels on ne peut prétendre si on neverse pas des pots de vin".
Pour l'analyste en économie, le professeur Mohamed-CherifBenmihoub, pour prétendre mener lalutte contre cette déchéance, il faudraitnécessairement en passer par la révision enprofondeur du "système" tel qu'il a fonctionnéjusqu'alors, en engageant "laréforme du système de gouvernance".Reçu, hier, à l'émission l'Invité de larédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne,celui-ci impute cette situation à la"perversion morale" des personnes impliquéeset à sa corrélation avec les commandespubliques, constatant que "plus lebudget de l'Etat est important, plus la corruptiona tendance à se généraliser". Pourlui, cette dernière a toujours existé,d'autant, explique-t-il, que le système politiquea préféré avoir à faire à des "clients"et à cultiver les "compromis", en dépit, relève-t-il, d'une "législation assez complète en matière de lutte contre ce phénomène". Au fil des années, constate l'intervenant,
"cette situation a fini par devenir une règle normale de fonctionnement". Certaines personnes, dit-il, "poussant jusqu'à payer pour accéder à des postes au sein d'organismes et d'institutions de l'Etat etattendant en retour une compensation financière autrement plus importante queleur mise de départ".Des sommes ayant fait l'objet de détournementsfrauduleux, le professeur Benmihoub les estime à 30 % de la dépense publique opérée au cours des 20 dernières années, soit quelque 1.000 milliardsde dollars. Il observe que la corruption s'est, au fil des ans, trouvée disséminée à tous les niveaux d'activités (collectivités,entreprises, institutions,…) particulièrement, note-t-il, là "où existent despossibilités d'accès aux marchés publics,auxquels on ne peut prétendre si on neverse pas des pots de vin".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.