Hand/Coupe arabe des clubs champions: l'ED Arzew obtient l'accord des autorités locales pour accueillir la compétition    Virus en Chine: l'épidémie gagne d'autres pays, réunion d'urgence de l'OMS    Quand Kamel Daoud enterre la contestation algérienne.    Conflit au Sahara Occidental: l'UA doit prendre en considération les graves pratiques marocaines    Des citoyens à la rescousse des étudiants à Annaba    Les commerçants indélicats avertis !    Les urgences remises à plus tard    Droit de réponse    L'état de santé de Louisa Hanoune se serait dégradé    L'Algérie coprésidera la session 2020    Lyes Fakhfakh, nouveau chef du gouvernement    Trois manifestants tués dans de nouveaux heurts à Baghdad    Appel à la libération des détenus et à l'indépendance de la justice    Le Burkina Faso, Djibouti et le Niger au menu des Verts    Dziri critique de nouveau la LFP    Le Sept national en route pour la finale de la CAN-2020    Trois offres de clubs étrangers pour Iheb Belhoucini    Ghanem, troisième et dernière recrue du CRB    "Pour une véritable transition démocratique"    Un étudiant retrouvé mort à la résidence universitaire de Tassoust    Gâteau fondant aux poires    ACTUCULT    Un court métrage tourné à Oran sélectionné au Festival Nikon de Paris    L'histoire et le patrimoine musical à l'honneur    Le ballet "La belle au bois dormant", l'arnaque    "Un rêve… trois regards" ou l'union autour de l'art    Révision de la Constitution: le FLN installe une commission chargée de l'élaboration de propositions    Le digne fils de son père    Tebboune charge Djerad de trouver des solutions aux accidents de la route    «Nous sommes le seul pays au monde qui possède l'arme hypersonique international», dit poutine    Deux thérapies dont les bienfaits sont incontestables pour le physique et le moral    Le Président Tebboune décide l'envoi d'une caravane d'aide humanitaire au peuple libyen    Fondemnt du développement, instaurer la bonne gouvernance    Première Fête des agrumes mercredi et jeudi    Une foule nombreuse l'accompagne à sa dernière demeure    Soixante-dix rendez-vous en 2020    Histoires populaires adaptées en romans    L'Algérie a produit 5,2 millions de quintaux en 8 mois    48ème mardi de manifestation estudiantine: La mobilisation se poursuit    Tebboune reçoit aujourd'hui des responsables de médias publics et privés    Le Drian à Alger: La Libye et le Sahel, mais aussi les visas et l'économie    Malfaçons dans les logements neufs: Des mesures seront prises à l'encontre des responsables    Insécurité, transport, commerces, voirie...: Sit-in des souscripteurs des 1.300 logements AADL de Misserghine devant la wilaya    Alger: Sit-in des enseignants du primaire    Médéa: Un Homme Agé Meurt Brûlé Dans Un Incendie    Lakhdaria: Une femme morte dans l'explosion d'un extincteur    Enlisement du conflit    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia
Affaires de corruption
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 12 - 2019

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger), a requis, hier dimanche, une peine de 20 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un (1) million DA, contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis dans des affaires de corruption et d'abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile et le financement de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed (Alger), a requis, hier dimanche, une peine de 20 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un (1) million DA, contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis dans des affaires de corruption et d'abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile et le financement de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
La même peine a été requise contre l'ancien ministre de l'Industrie et desMines, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), avec émission d'un mandat d'arrêtinternational. Le procureur de la République a requis, en outre, 15 ans de prison ferme et une amende d'un (1) million DA contre les deux anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 1 million DA contre l'ancienwali de Boumerdès,
Yamina Zarhouni, et10 ans de prison ferme assortie d'uneamende d'un million DA ,contre l'ancienministre des Travaux publics et desTransports, Abdelghani Zaalane. Le représentant du ministère public arequis également, une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende de trois (3) millions DA, à l'encontre de Ali Haddad, Ferrat Ahmed et Hadj Malek Saïd, ainsi qu'une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un(01) million DA, à l'encontre des hommes d'affaires Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed, Achour Abboud, Hassan Laarbaoui et Nemroud Abdelkader.
Une peine de huit (8) ans de prison ferme, assortie d'une amende de trois (3) millions DA, a été requise à l'encontre de Farès Sellal, fils de Abdelmalek Sellal, Senaï Karim et Senaï Sofiane. Par ailleurs, le procureur de la République a requis une peine de huit (8) ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un (1) millions DA, à l'encontre de fonctionnaires au ministère de l'Industrie et des Mines. Il s'agit de Boudjemea Karim, Agadir Omar, Tira Amine, Alouane Mohamed, Abdekrim Mustapha et Mekraoui Hassiba. Le procureur de la République a requis "la saisie de tous les biens et fonds illégaux" des accusés, tout en "leur interdisant d'exercer leurs droits civiques".
Le tribunal de Sid M'hamed avait entamé, mercredi dernier, le procès d'anciens ministres et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption. Le collectif de défense des accusés avait avancé, samedi dans un communiqué, les motifs de "la demande de report du procès, jusqu'à ce que les conditions d'un procès équitable soient réunies et que les droits de la défense soient garantis". Le même collectif avait dénoncé, lors d'une conférence de presse le 2 décembre 2019, "des dépassements et des difficultés qui ne leur permettent pas de faire leur travail convenablement", insistant sur la nécessité d'un procès équitable, pour faire prévaloir les droits fondamentaux et les libertés individuelles et collectives.
Le juge d'audience au tribunal de Sidi M'hamed (Alger), avait ordonné, samedi, dans le cadre du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans les affaires du montage automobile et du financement illégal de la campagne électorale du 5e mandat de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire sortir Saïd Bouteflika de la salle d'audience, car ayant refusé de répondre aux questions qui lui étaient adressées. Lorsque le tribunal l'a interrogé s'il avait demandé à l'homme d'affaire Ali Haddad, de collecter des fonds pour le financement de la campagne électorale du 5e mandat de son frère et de les transférer (plus de 700 milliards de centimes) au siège de la société de Haddad, Saïd Bouteflika a refusé de répondre. Suite à quoi, le président de l'audience a ordonné de le faire sortir de la salle.
La même peine a été requise contre l'ancien ministre de l'Industrie et desMines, Abdessalem Bouchouareb (en fuite), avec émission d'un mandat d'arrêtinternational. Le procureur de la République a requis, en outre, 15 ans de prison ferme et une amende d'un (1) million DA contre les deux anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 1 million DA contre l'ancienwali de Boumerdès,
Yamina Zarhouni, et10 ans de prison ferme assortie d'uneamende d'un million DA ,contre l'ancienministre des Travaux publics et desTransports, Abdelghani Zaalane. Le représentant du ministère public arequis également, une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende de trois (3) millions DA, à l'encontre de Ali Haddad, Ferrat Ahmed et Hadj Malek Saïd, ainsi qu'une peine de 10 ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un(01) million DA, à l'encontre des hommes d'affaires Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed, Achour Abboud, Hassan Laarbaoui et Nemroud Abdelkader.
Une peine de huit (8) ans de prison ferme, assortie d'une amende de trois (3) millions DA, a été requise à l'encontre de Farès Sellal, fils de Abdelmalek Sellal, Senaï Karim et Senaï Sofiane. Par ailleurs, le procureur de la République a requis une peine de huit (8) ans de prison ferme, assortie d'une amende d'un (1) millions DA, à l'encontre de fonctionnaires au ministère de l'Industrie et des Mines. Il s'agit de Boudjemea Karim, Agadir Omar, Tira Amine, Alouane Mohamed, Abdekrim Mustapha et Mekraoui Hassiba. Le procureur de la République a requis "la saisie de tous les biens et fonds illégaux" des accusés, tout en "leur interdisant d'exercer leurs droits civiques".
Le tribunal de Sid M'hamed avait entamé, mercredi dernier, le procès d'anciens ministres et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption. Le collectif de défense des accusés avait avancé, samedi dans un communiqué, les motifs de "la demande de report du procès, jusqu'à ce que les conditions d'un procès équitable soient réunies et que les droits de la défense soient garantis". Le même collectif avait dénoncé, lors d'une conférence de presse le 2 décembre 2019, "des dépassements et des difficultés qui ne leur permettent pas de faire leur travail convenablement", insistant sur la nécessité d'un procès équitable, pour faire prévaloir les droits fondamentaux et les libertés individuelles et collectives.
Le juge d'audience au tribunal de Sidi M'hamed (Alger), avait ordonné, samedi, dans le cadre du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans les affaires du montage automobile et du financement illégal de la campagne électorale du 5e mandat de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de faire sortir Saïd Bouteflika de la salle d'audience, car ayant refusé de répondre aux questions qui lui étaient adressées. Lorsque le tribunal l'a interrogé s'il avait demandé à l'homme d'affaire Ali Haddad, de collecter des fonds pour le financement de la campagne électorale du 5e mandat de son frère et de les transférer (plus de 700 milliards de centimes) au siège de la société de Haddad, Saïd Bouteflika a refusé de répondre. Suite à quoi, le président de l'audience a ordonné de le faire sortir de la salle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.