Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le financement participatif bientôt opérationnel
Start-ups
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 07 - 2020

Le dispositif du financement participatif (crowdfunding), qui permet la collecte de fonds au profit des start-ups via des plateformes internet, devrait être opérationnel à partir du dernier trimestre 2020, a indiqué à l'APS, le président de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob), Abdelhakim Berrah. La Cosob prépare, en effet, un règlement précisant les conditions d'agrément et d'exercice et de contrôle des Conseillers en investissement participatif (CIP),
Le dispositif du financement participatif (crowdfunding), qui permet la collecte de fonds au profit des start-ups via des plateformes internet, devrait être opérationnel à partir du dernier trimestre 2020, a indiqué à l'APS, le président de la Commission d'organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob), Abdelhakim Berrah. La Cosob prépare, en effet, un règlement précisant les conditions d'agrément et d'exercice et de contrôle des Conseillers en investissement participatif (CIP),
qui prendront en charge la création et la gestion, sur Internet, de plateformes de placement de fonds du grand public, dans des projets d'investissement participatif. Institué en vertu de l'article 45 de la Loi de finances complémentaire pour l'année 2020, le statut de CIP est conféré aux sociétés commerciales crées et dédiées exclusivement à cette activité, aux Intermédiaires en opérations de Bourse (IOB) ainsi qu'aux sociétés de gestion de fonds d'investissement (SGFI).
Selon les termes de ce règlement, en cours de finalisation, le statut de CIP est accordé après examen par la Cosob, sur dossier comprenant notamment, une présentation de l'activité prévue, y compris le modèle d'investissement, la fourchette prévisionnelle des montants de levée de fonds, la procédure de sélection de projets et les diligences à réaliser, la procédure de valorisation, la politique de suivi de l'activité des émetteurs ainsi que les modalités de rémunération du CIP, explique Mr Berrah. Le projet de règlement prévoit également, d'exiger un certain nombre d'informations qui devront être publiées sur le site de la plateforme et notamment l'obligation de disposer des compétences techniques nécessaires à ce type d'activité, respecter les règles d'une déontologie indispensable à l'installation d'un climat de confiance et présenter une information claire et exhaustive, sur les projets proposés et sur les risques auxquels l'investisseur est exposé. A ces conditions d'accès à l'exercice de l'activité, s'ajoutent les règles de bonne conduite et la capacité professionnelle des administrateurs et des dirigeants de plateforme, selon M. Berrah, qui a souligné que la Cosob avait proposé un dispositif réglementaire "simplifié" pour les gestionnaires de plateformes, mais "sans pour autant occulter la protection des investisseurs". Le cadre réglementaire, pour l'exercice de cette nouvelle activité en Algérie,
entrera en vigueur dés la promulgation dans le journal officiel du règlement de la Cosob, qui commencera ensuite à recevoir et à traiter les demandes de création de plateformes de Crowdfunding. insi, les Start-ups et les porteurs de projets peuvent bénéficier de ce nouvel outil de financement, "à titre indicatif", dès le dernier trimestre de l'année en cours, d'après le président de la Cosob. La création de plateformes de crowdfunding sera, par ailleurs, accompagnée par un dispositif d'exonérations fiscales au profit des Start-ups et par le lancement d'un fonds dédié au financement de la phase précédant la concrétisation de leurs projets. Apparu dans le courant des années 2000, en Europe et aux Etats-Unis, le Crowdfunding est un mécanisme qui permet de collecter les apports financiers, d'un grand nombre de particuliers au moyen d'une plateforme Internet, dans l'objectif de financer un projet dans les différents secteurs d'activité (agriculture, immobilier, art... ).
La Cosob a été chargée par les autorités publiques, de travailler, dans son champ de compétences, sur l' "Equity Crowdfunding", qui peut apporter une solution de financement en capital, adaptée aux Start-ups algériennes et aux projets innovants qui manquent de financement à cause du caractère risqué de ce type de projets. "Il est clair, que le financement classique, à savoir les institutions financières, les banques et les institutions de l'Etat, présente des limites dans le contexte algérien actuel. Le marché financier, de son coté, ne permet le financement que des grands projets d'investissement pour ce qui est du marché principal et les projets de moyenne envergure pour le ce qui concerne le compartiment PME", constate M. Berrah. C'est pourquoi, il est important de développer d'autres moyens de financement pour les petits projets, qui ne sont pas nécessairement des projets d'investissement lourd. "Le Crowdfunding s'avère être le moyen le plus indiqué dans le sens où il pourra pallier à la baisse des ressources financières classiques, d'un coté, et répondre aux besoins des petits promoteurs, d'un autre coté", soutient
qui prendront en charge la création et la gestion, sur Internet, de plateformes de placement de fonds du grand public, dans des projets d'investissement participatif. Institué en vertu de l'article 45 de la Loi de finances complémentaire pour l'année 2020, le statut de CIP est conféré aux sociétés commerciales crées et dédiées exclusivement à cette activité, aux Intermédiaires en opérations de Bourse (IOB) ainsi qu'aux sociétés de gestion de fonds d'investissement (SGFI).
Selon les termes de ce règlement, en cours de finalisation, le statut de CIP est accordé après examen par la Cosob, sur dossier comprenant notamment, une présentation de l'activité prévue, y compris le modèle d'investissement, la fourchette prévisionnelle des montants de levée de fonds, la procédure de sélection de projets et les diligences à réaliser, la procédure de valorisation, la politique de suivi de l'activité des émetteurs ainsi que les modalités de rémunération du CIP, explique Mr Berrah. Le projet de règlement prévoit également, d'exiger un certain nombre d'informations qui devront être publiées sur le site de la plateforme et notamment l'obligation de disposer des compétences techniques nécessaires à ce type d'activité, respecter les règles d'une déontologie indispensable à l'installation d'un climat de confiance et présenter une information claire et exhaustive, sur les projets proposés et sur les risques auxquels l'investisseur est exposé. A ces conditions d'accès à l'exercice de l'activité, s'ajoutent les règles de bonne conduite et la capacité professionnelle des administrateurs et des dirigeants de plateforme, selon M. Berrah, qui a souligné que la Cosob avait proposé un dispositif réglementaire "simplifié" pour les gestionnaires de plateformes, mais "sans pour autant occulter la protection des investisseurs". Le cadre réglementaire, pour l'exercice de cette nouvelle activité en Algérie,
entrera en vigueur dés la promulgation dans le journal officiel du règlement de la Cosob, qui commencera ensuite à recevoir et à traiter les demandes de création de plateformes de Crowdfunding. insi, les Start-ups et les porteurs de projets peuvent bénéficier de ce nouvel outil de financement, "à titre indicatif", dès le dernier trimestre de l'année en cours, d'après le président de la Cosob. La création de plateformes de crowdfunding sera, par ailleurs, accompagnée par un dispositif d'exonérations fiscales au profit des Start-ups et par le lancement d'un fonds dédié au financement de la phase précédant la concrétisation de leurs projets. Apparu dans le courant des années 2000, en Europe et aux Etats-Unis, le Crowdfunding est un mécanisme qui permet de collecter les apports financiers, d'un grand nombre de particuliers au moyen d'une plateforme Internet, dans l'objectif de financer un projet dans les différents secteurs d'activité (agriculture, immobilier, art... ).
La Cosob a été chargée par les autorités publiques, de travailler, dans son champ de compétences, sur l' "Equity Crowdfunding", qui peut apporter une solution de financement en capital, adaptée aux Start-ups algériennes et aux projets innovants qui manquent de financement à cause du caractère risqué de ce type de projets. "Il est clair, que le financement classique, à savoir les institutions financières, les banques et les institutions de l'Etat, présente des limites dans le contexte algérien actuel. Le marché financier, de son coté, ne permet le financement que des grands projets d'investissement pour ce qui est du marché principal et les projets de moyenne envergure pour le ce qui concerne le compartiment PME", constate M. Berrah. C'est pourquoi, il est important de développer d'autres moyens de financement pour les petits projets, qui ne sont pas nécessairement des projets d'investissement lourd. "Le Crowdfunding s'avère être le moyen le plus indiqué dans le sens où il pourra pallier à la baisse des ressources financières classiques, d'un coté, et répondre aux besoins des petits promoteurs, d'un autre coté", soutient


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.