Le consensus impossible?    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Exportation des hydrocarbures: L'Algérie a perdu 10 milliards de dollars en 2020    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    Le président du CNES: Pour un contrôle effectif des politiques publiques    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    ASO Chlef: Nadir Leknaoui en renfort    MO Béjaïa: L'ère Mourad Karouf commence    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Tizi-Ouzou: Un mort et trois blessés dans une explosion de gaz    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Dans un appel téléphonique à Tebboune: Macron propose de reprendre le travail sur les dossiers en commun    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Le nouveau directeur de l'éducation installé    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Un juge face à ses pairs    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les laboratoires privés pointés du doigt
Le "business du covid" dénoncé
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 11 - 2020

Profitant de la pandémie virale, des laboratoires privés affichent des tarifs exorbitants de tests PCR, scanners et autres examens.
Profitant de la pandémie virale, des laboratoires privés affichent des tarifs exorbitants de tests PCR, scanners et autres examens.
Des associations de défense des consommateurs dénoncent ce business qui révèle l'autre facette de l'affairisme morbide. Le constat est révélé par l'association de protection des consommateurs et de l'environnement (Apoce) qui a déploré que "les prix des examens radiologiques et de tests pour la Covid-19 sont revus à la hausse pénalisant ainsi le citoyen de droit à la santé de façon équitable".
Il n'estpas normal, s'interroge le docteur Mustapha Zebdi président de l'association sur "les écarts entre les prix de la PCR et de scanners soient creusés entre un laboratoire et un autre". Ainsi, un test de la PCR varie entre12.000 et 20.000 DA alors qu'un scanner coûterait entre 10.000 et 12.000 DA. Pis encore, une simple analyse de sang pour le test Covid se situerait entre 1.500 et 6.000 DA. Le président de l'Apoce se dit contre de tels tarifs qui "mettent à rude épreuve la bourse des citoyens profitant de la conjoncture où la demande sur les tests est en perpétuelle augmentation". La vague de pandémie virale qui sévit actuellement est une opportunité pour un "business" qui renseigne sur le diktat des laboratoires privés dans un tel contexte. Avec l'arrivée d'une vague plus virulente de contaminations du virus, l'Etat s'attendait à une complémentarité des laboratoires privés pour prendre en charge les examens médicaux dont les seuls laboratoires des hôpitaux étaient dépassés par l'ampleur de la demande.Les autorités qui avaient fait appel au privé, espéraient une perspective de solidarit dans ce contexte de la crise sanitaire où les structures publiques étaient débordées.
Au mieux, le ministre de la Santé avait déclaré dernièrement que "l'Etat compte équiper tous les hôpitaux en équipements de tests PCR pour satisfaire toute la demande", sachant que plusieurs conventions avec des pays ont été signées pour l'acquisition d'un tel matériel. Pour le président de l'Apoce "les efforts entrepris par les pouvoirs publics pour contrer le virus et son expansion ne doivent pas être mis en déroute par de telles pratiques qui appellent les autorités à prendre en main cette situation". L'Etat, selon l'Association de défense des consommateurs, doit "impérativement réguler ce marché et permettre aux citoyens des couches vulnérables d'avoir accès équitable à la santé".
Des associations de défense des consommateurs dénoncent ce business qui révèle l'autre facette de l'affairisme morbide. Le constat est révélé par l'association de protection des consommateurs et de l'environnement (Apoce) qui a déploré que "les prix des examens radiologiques et de tests pour la Covid-19 sont revus à la hausse pénalisant ainsi le citoyen de droit à la santé de façon équitable".
Il n'estpas normal, s'interroge le docteur Mustapha Zebdi président de l'association sur "les écarts entre les prix de la PCR et de scanners soient creusés entre un laboratoire et un autre". Ainsi, un test de la PCR varie entre12.000 et 20.000 DA alors qu'un scanner coûterait entre 10.000 et 12.000 DA. Pis encore, une simple analyse de sang pour le test Covid se situerait entre 1.500 et 6.000 DA. Le président de l'Apoce se dit contre de tels tarifs qui "mettent à rude épreuve la bourse des citoyens profitant de la conjoncture où la demande sur les tests est en perpétuelle augmentation". La vague de pandémie virale qui sévit actuellement est une opportunité pour un "business" qui renseigne sur le diktat des laboratoires privés dans un tel contexte. Avec l'arrivée d'une vague plus virulente de contaminations du virus, l'Etat s'attendait à une complémentarité des laboratoires privés pour prendre en charge les examens médicaux dont les seuls laboratoires des hôpitaux étaient dépassés par l'ampleur de la demande.Les autorités qui avaient fait appel au privé, espéraient une perspective de solidarit dans ce contexte de la crise sanitaire où les structures publiques étaient débordées.
Au mieux, le ministre de la Santé avait déclaré dernièrement que "l'Etat compte équiper tous les hôpitaux en équipements de tests PCR pour satisfaire toute la demande", sachant que plusieurs conventions avec des pays ont été signées pour l'acquisition d'un tel matériel. Pour le président de l'Apoce "les efforts entrepris par les pouvoirs publics pour contrer le virus et son expansion ne doivent pas être mis en déroute par de telles pratiques qui appellent les autorités à prendre en main cette situation". L'Etat, selon l'Association de défense des consommateurs, doit "impérativement réguler ce marché et permettre aux citoyens des couches vulnérables d'avoir accès équitable à la santé".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.